Dailymotion promet « un hub créatif performant à Abidjan, qui rayonnera sur toute l’Afrique » (entretien exclusif)

(Ecofin Hebdo) - Pour Dailymotion, l’Afrique est le nouveau terrain de jeu sur lequel pourrait se gagner la guerre que se livrent les sites d’hébergement et de diffusion de vidéo. La filiale de Vivendi s’est donc dotée de bureaux africains basés à Abidjan. C’est depuis la capitale africaine que les équipes de Stanislas Balay essaient d’imposer la marque Dailymotion. Le directeur du développement du groupe en Afrique revient pour l’Agence Ecofin sur la stratégie qu’il met en oeuvre et les défis auxquels la plateforme est confrontée.

 

Agence Ecofin: Vous êtes installé en Afrique depuis bientôt 14 mois. Quel premier bilan faites-vous de cette aventure africaine?

Stanislas Balay: Pour nous, le bilan est très positif. Nous sommes parvenus à établir plus de 250 partenariats dans divers pays d’Afrique comme le Sénégal, le Cameroun ou la Côte d’Ivoire mais aussi au delà de l’aire francophone avec des partenaires au Nigéria, au Kenya, en Afrique du Sud ou en Egypte. Nous avons développé 8 pages locales et nous continuons d’accroître notre base de contenus premium. Notre studio, qui a été lancé il y a six mois a déjà produit plus de 50 contenus exclusifs de très bonne qualité. Nous générons actuellement 80 millions de vues par mois, dont 10 millions exclusivement en Afrique francophone et tout ceci nous le faisons avec une équipe de 4 personnes sur place.

 

AE: Quels sont les émissions les plus regardées depuis l’Afrique sur votre plateforme?

SB: Sans surprise, les contenus sportifs, la musique, les contenus de divertissement, le lifestyle et les news.

03504 Ecofin Hebdo Stanislas Balay

Stanislas Balay : « Nous accompagnons les groupes médias dans leur transition digitale.»

 

AE: Vous vous êtes installé sur un continent qui connaît des défis liés à la connectivité et qui font que la consommation de votre service ne suit pas les mêmes modes qu’ailleurs. Quelles adaptations avez-vous mis en place pour rendre ce contenu plus accessible à l’internaute africain?

SB: La connectivité est clairement le premier enjeu de notre développement et plus largement de celui du digital en Afrique. Dans un tel contexte, nous devons rendre notre plateforme toujours plus accessible. Aussi échangeons-nous beaucoup avec nos partenaires. Ces discussions portent sur la façon de relever ces défis. Grâce à ces échanges, nous pouvons améliorer de manière constante nos fonctionnalités, comme l’importation des vidéos ou le temps qu’elles mettent à démarrer (« vidéo time delivery »). Ces échanges portent donc sur sujets techniques et les améliorations sont assez long à mettre en place. Cependant, nous avons pris le temps de tenir compte de ces difficultés pour le nouveau Dailymotion et ainsi nos partenaires nos utilisateurs peuvent déjà profiter d’une expérience plus fluide et performante.

 

AE: La nouvelle plateforme Dailymotion, parlons-en ! Pourquoi cette option ? Quels sont les résultats que vous visez avec un tel mouvement?

SB: Pour être franc, depuis quelques années, nous avions un peu abandonné les évolutions de la plateforme. Nous y avons remédié et nous sommes fiers de proposer un produit à l’image des contenus de nos partenaires : une plateforme premium avec des contenus premiums pour une audience dont les exigences ont évolué.

 

AE: Quelle est, à l’heure actuelle, la stratégie africaine de Dailymotion?

SB: Notre stratégie est claire et précise. Nous accompagnons les groupes médias dans leur transition digitale. Ensuite, nous leur permettons de diffuser leurs contenus en Live et Replay sur leur sites internet tout en les monétisant. Les internautes africains, peuvent ainsi avoir accès partout dans le monde aux contenus qui correspondent à leurs attentes. Notre stratégie est aussi de soutenir les créateurs indépendants jusqu’à la diffusion de leurs contenus dont la destination s’étend au monde entier. Il y a des projets de très grande qualité en Afrique qui trouvent leur audience en Europe, en Amérique, en Asie. Il faut les multiplier et les pousser au maximum. L’Afrique est créative, l’enjeu y est véritable. Développer et accroitre les contenus primeurs provenant du continent est un de nos objectifs.

L’Afrique est créative, l’enjeu y est véritable. Développer et accroitre les contenus primeurs provenant du continent est un de nos objectifs.

AE: Quel avantage y-a-t-il pour le producteur de contenu africain à opter pour votre plateforme plutôt qu’une autre comme Youtube, par exemple?

SB: Le but n’est pas de faire un choix drastique. La viralité est l’un des moteurs du digital. Chaque créateur de contenus a pour objectif d’atteindre la plus forte audience. Il a plutôt intérêt à multidiffuser sur les plateformes mises à disposition. Sur Dailymotion, l’audience que vous retrouverez est celle des 18-49 ans qui cherchent avant tout des contenus news, music, sport, de qualité et quotidiennement.

 

AE:  Vous vous êtes installés à Abidjan. Pourquoi ne pas vous être basé sur un marché anglophone comme le Nigéria ou le Kenya par exemple?

SB: La Côte d’Ivoire est un pays en pleine émergence digitale avec entre autre des évènements de référence tels que les Adicomdays, l’Africa Web Festival pour ne citer que ceux-là. De plus , nous faisons partie du groupe Vivendi et c’est également dans un souci de développer des synergies avec les autres entités du Groupe : CANAL +, A+, Universal Music Africa, Canal Olympia. Nous souhaitons faire de cet écosystème un hub créatif performant à Abidjan et qui rayonnera sur toute l’Afrique. Imaginez demain un artiste qui créerait des contenus avec Universal Music, diffusé sur Dailymotion et CANAL + ou A+ et qui se produirait sur le scène de CANAL OLYMPIA, ça serait top, n’est-ce pas ?! Dailymotion, c’est aussi ça. Faciliter les collaborations dans l’environnement média-entertainment, auparavant très difficilement accessible.

 

AE: Justement, le fait d’être une filiale d’un groupe comme Vivendi (qui est déjà présent dans l’audiovisuel africain avec Canal+) a-t-il constitué un avantage pour Dailymotion dans son aventure africaine?

SB: La notoriété de la marque CANAL + est indéniable, et les synergies de groupe permettent d’accélérer notre développement sur le marché africain. Dans l’industrie musical, par exemple, la marque Universal Music Africa apporte du crédit et nous donne un accès privilégié dans le domaine artistique. De plus, chacune des entités est une ressource intarissable de contenus, qui est tout de même notre premier outil de travail.

Imaginez demain un artiste qui créerait des contenus avec Universal Music, diffusé sur Dailymotion et CANAL + ou A+ et qui se produirait sur le scène de CANAL OLYMPIA, ça serait top, n’est-ce pas ?!

AE: Quels sont les futurs développements que vous prévoyez pour votre activité africaine?

SB: Déjà, continuer à bien faire ce que nous faisons actuellement et donc créer encore plus de nouveaux contenus dans notre studio Dailymotion, qui est, il faut le préciser, l’unique studio que l’entreprise possède dans le monde. Nous entendons également accroitre notre audience par le déploiement de la nouvelle plateforme. Et bien sûr nous nous devons d’accélérer notre développement sur la zone arabophone et anglophone.

 

Propos recueillis par Aaron Akinocho

Les secteurs de l'Agence
Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo