Chasse aux immigrés en Guinée équatoriale

(Agence Ecofin) - En Guinée équatoriale, la police a procédé à une vaste chasse aux étrangers en situation irrégulière : les arrestations et les procédures pour expulsions se sont multipliées à Bata.

« Nous avons reçu un ordre de la hiérarchie disant que nous devons arrêter tout étranger vivant en Guinée équatoriale clandestinement », a déclaré un policier de Bata à l’AFP. « Notre pays est en train d'être envahi par les étrangers, et ces derniers causent, comme d'habitude, de nombreux problèmes : falsification de documents, vols », a-t-il ajouté.

Depuis quelques années, les Africains de l’ouest et du centre affluent en Guinée équatoriale, attirés par la richesse relative de ce petit pays pétrolier de 700 000 habitants. On y trouve de nombreux Camerounais, mais aussi, selon le Ministère de la sécurité nationale, « des Nigérians, Maliens, Burkinabés et Béninois, en possession de faux visas ».

La Guinée équatoriale est membre de la CEMAC, qui a mis en chantier en 2001 le « passeport CEMAC » qui devait, en principe, assurer la libre circulation entre les Etats membres en janvier 2010.

Lire aussi

18/10/2012 - Haro sur les émigrés africains en Guinée équatoriale

28/08/2012 - Immigration illégale : le Cameroun et la Guinée équatoriale se concertent

23/01/2012 - La CEEAC appelle à la libre circulation en Afrique centrale

Enveloppe Recevez chaque semaine la lettre
Ecofin Droits