Cameroun : Charles Metouck, ancien DG de la Sonara, condamné à 9 ans de prison ferme

(Agence Ecofin) - Le Tribunal de grande instance du Fako à Limbe, dans la région du Sud-Ouest du Cameroun a rendu le 24 avril 2013 dans la nuit, le verdict dans l’affaire opposant Charles Metouck, ancien directeur général de la Sonara (Société nationale de raffinage), à cette entreprise publique camerounaise. Selon les informations recueillies par l’agence Ecofin, l’ancien Dg a été condamné à 9 ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 2 millions de FCFA.

En rappel, Charles Metouck, selon les sources officielles, avait été surpris dans son ancien bureau le 18 février 2013, soit 3 jours après son limogeage, et avait été accusé de destruction de documents. Interpellé avec six de ses anciens collaborateurs, l’ancien Dg de la Sonara avait été aussitôt gardé à vue à la police judiciaire, avant d’être présenté au procureur de la République qui va finalement l’inculper, entre autres choses, pour destruction de documents de l’entreprise et signature a postériori d’un accord avec Glencore, pour la livraison du pétrole à la Sonara.

Des accusations niées en bloc par Charles Metouck, qui ira jusqu’à faire publier dans la presse un document signé du PCA de la Sonara, Ebong Ngolle John, autorisant l’ex-Dg, avec l’accord du nouveau Dg, Ibrahim Talba Malla, à se retrouver dans les locaux d la Sonara à des jours indiqués, afin de présenter les dossiers de l’entreprise au nouveau promu. Un document que le PCA, au tribunal, a déclaré ne pas reconnaître.

Cet épisode qui présageait déjà de la descente aux enfers de M. Metouck va être suivi quelques semaines plus tard par la publication par le Contrôle supérieur de l’Etat, de sanctions (interdiction pendant 7 ans de diriger un service ou entreprise publique et 2 millions d’amende spéciale) contre Charles Metouck, reconnu coupable de 20 fautes de gestion pendant son magister de 10 ans à la tête de la Sonara, fautes ayant causé à la Sonara un préjudice financier estimé à 26 milliards de FCFA.

Enveloppe Recevez chaque semaine la lettre
Ecofin Droits