Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Cameroun : près de 20 000 hectares concédés à Herakles Farms pour la création des palmeraies

  • Date de création: 26 novembre 2013 09:42

(Agence Ecofin) - 19 843 hectares de terrain dans la région du Sud-Ouest du Cameroun ont été provisoirement concédés à la société Sithe Global Sustainaible Oil Cameroon Ltd,  la filiale de l’américaine Herakles Farms, sur une durée de trois ans, pour la création d’une palmeraie d’un montant global de près de 260 milliards de FCfa. Le président de la République Paul Biya a signé trois décrets relatifs à ces concessions provisoires hier, mardi 25 novembre 2013.

C’est au total 20 dépendances du domaine national dans les départements du Ndian et du Kupe-Muanenguba qui ont été concédées à la firme américaine. Mais avant toute exploitation, Herakles Farms paiera aux Recettes départementales en charge des Domaines des deux départements concernés un montant total de 198 430 000 FCfa au titre de la redevance foncière. Durant cette période de concession provisoire, l’entreprise devrait investir au total 259 878 682 FCfa dans la création des palmeraies et les trois décrets présidentiels précisent que « la société Sithe Global Sustainaible Oil Cameroon Ltd ne peut changer la nature de l’investissement prévu à l’alinéa 1 ci-dessus, sans accord préalable de l’Etat du Cameroun ».

Dans l’arrondissement de Mundemba, dans le département du Ndian, dix dépendances du domaine national d’une superficie totale de 5384 hectares, sises aux lieux-dits « Ndiba », « Mokange », « Kuma », « Essoki », « Fabe », « Lipenja II », « Mokango-Bima », « Beboka Village », « Massaka-Bima » et « Iwei », leur ont été concédées. A Toko dans le même département, trois dépendances du domaine national d’une superficie totale de 1264 hectares aux lieux-dits « Ikotti », « Mobenge », et « Lipenja I » leur sont accordées. Dans l’arrondissement de Nguti, dans le département du Kupe-Muanenguba, sept dépendances d’une superficie totale de 13 195 hectares aux lieux-dits « Nguti », « Talangaye », « Manyemen-Ebanga », « Ekita », « Badung », «Ayong » et «Sikam », seront exploitées par Herakles Farms. De toutes ces dépendances du domaine national, c’est celle située entre les villages Manyemen et Ebanga d’une superficie de 2941 ha qui est la plus grande parcelle concédée à l’entreprise américaine.

Curiosité tout de même dans les textes du président de la République, des disparités entre les montant des investissements : dans chacun des arrondissements Toko (1264 ha) et Mundemba (5384), c’est 100 milliards de francs Cfa qui seront investis, alors que dans l’arrondissement de Nguti dans le Kupe-Muanenguba, qui dispose de la plus grande superficie concédée (13 195 ha), c’est juste près de 60 milliards de FCfa qui seront investis.

La société devra absolument respecter ses engagements, au cas contraire, précise Paul Biya, « l’Etat du Cameroun se réserve le droit de résilier la présente concession si à l’expiration du délai de trois ans, visé à l’article premier ci-dessus, le concessionnaire n’a pas effectivement réalisé les investissements prévus dans le cahier des charges y afférant ».

Convention annulée

La signature de ces décrets intervient après l’annulation par le gouvernement en mai dernier de la première convention signée le  17 septembre 2009 entre le gouvernement du Cameroun, représenté par le ministère en charge de l’Economie (Minepat), et la société SGSOC « pour la mise sur pied d’une grande plantation industrielle de palmiers à huile et d’une raffinerie sur la superficie de 73 086 hectares dans les départements du Ndian et du Koupe-Manengoumba ». Le ministre de l’Agriculture, Essimi Menye, avait expliqué en juin dernier que le gouvernement voulait faire les choses « selon les règles de l’art » et « examiner point par point » les aspects de la convention. Car certains documents laissaient entendre que la location des terres avait été fixée dans la première convention à 500 FCfa l’hectare. Si l’on s’en réfère aux textes présidentiels publiés hier, la redevance foncière est taxée à 10 000 FCfa l’hectare pour les trois années.

Plus encore, précisait le ministre,  « le problème avec ce projet, c’est qu’ils voulaient que le bois enlevé sur la surface leur appartienne. C’est à ce moment que le ministre des Forêts et de la Faune (Philip Ngole Ngwesse, ndlr) leur a dit ’’Non’’. Le bois enlevé sur la surface ne leur appartient pas. Ils veulent juste créer une plantation. » « Figurez-vous qu’ils voulaient même s’accaparer du sable, pas seulement du bois », confiait alors Essimi Menye. Les décrets du président de la République signés hier précisent que les surfaces concédées sont exclusivement destinées à la création des palmeraies.

Bail emphytéotique

Au terme de la concession provisoire, Herakles Farms pourrait conclure un bail emphytéotique (bail de longue durée - 18 à 99 ans - qui confère au preneur un droit réel susceptible d'hypothèque) avec l’Etat du Cameroun s’il remplit tous ses engagements indiqués dans le cahier des charges. En effet, le décret n°76/166 du27 avril 1976 fixant les modalités de gestion du domaine national stipule en son article 9 qu’« à l’expiration de la durée de la concession provisoire, la Commission consultative procède à un constat de mise en valeur des lieux et dresse un procès verbal faisant ressortir le montant des investissements réalisés. Si le projet de mise en valeur est réalisé en totalité, avant l’expiration de la concession provisoire, le concessionnaire peut demander à la Commission de procéder à ce constat ».

Le procès verbal de ce constat sera alors adressé au préfet qui peut proposer, selon les cas, la prolongation de la durée de la concession provisoire, l’attribution définitive, la déchéance ou alors l’octroi d’un bail emphytéotique.

L’article 10 dispose que le préfet tient compte du montant des investissements réalisés et ne peut proposer l’attribution en concession définitive que si le terrain a été mis en valeur conformément aux conditions imposées par l’acte de concession et ses avenants éventuels. « En cas de mise en valeur partielle du terrain concédé, le préfet peut demander l’attribution en concession définitive de tout ou partie de ce terrain. Il ne peut proposer que les baux emphytéotiques pour les étrangers ayant mis en valeur une dépendance du domaine national », indique le décret fixant les modalités de gestion du domaine national.

Beaugas-Orain Djoyum

Répartition des hectares et des investissements concédés à Herakles Farms

Départements

Nombre d’hectares

Montant de la redevance foncière

Montant de l’investissement en palmeraie

 Kupe-Muanenguba (Nguti)

13 195

131 950 000 FCFA

59 878 391 682 FCFA

 Ndian (Toko)

1 264

12 640 000 FCFA

100 000 000 000 FCFA

 Ndian (Mundemba)

5 384

53 840 000 FCFA

100 000 000 000 FCFA

 Total

19 843

198 430 000 FCFA

259 878 391 682 FCFA

Lire aussi

21/06/2013 - Le Cameroun annule la première convention signée avec Herakles Farms

14/08/2013 - Cameroun: le  projet de Herakles Farms menace la biodiversité, selon une étude

10/06/2013 - Greenpeace  et Oakland Institute appellent le Cameroun à enquêter sur Herakles Farms

06/06/2013 - Cameroun : le gouvernement lève la suspension des opérations de la société Herakles Farms


Ecofin Agro     


 
GESTION PUBLIQUE

Côte d'Ivoire : au terme du premier trimestre 2019, l'Etat a déjà mobilisé plus de 609 millions $ pour son programme social

Afrique du Sud: la Banque centrale maintient son taux directeur à 6,75%

AfricTalents Abidjan 2019 – Les 11 et 12 Octobre au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire

Côte d'Ivoire: le gouvernement français financera la création d'une académie antiterroriste à vocation régionale

 
FINANCE

Côte d’Ivoire : la filiale de Société Générale accorde une ligne de crédit de 594,3 millions $ destinée à des PME

Tunisie: Poulina Group Holding négocie son entrée au capital de l’Université privée Esprit

BGFIBank Gabon augmente son capital social, un niveau inédit en Afrique centrale

Maurice : le prestataire de services Axis et la société de conseil Innpact lancent une société de gestion de fonds axée sur l’Afrique

 
ELECTRICITE

Rwanda : BBOXX obtient 8 millions $ en francs rwandais pour étendre sa part de marché

Maroc : le consortium mené par EDF remporte la construction d’une centrale solaire de 800 MW

Algérie : 20 millions $ consacrés au réseau de distribution d’El Oued en six ans

Ethiopie : la SEFA accompagne la mise en place d’un cadre d’inclusion des producteurs indépendants d’énergie

 
HYDROCARBURES

La Sierra Leone rouvre son quatrième cycle d’octroi de licences pétrolières

Namibie : Calima Energy va céder ses parts dans le bloc PEL 90 à la filiale locale de Tullow

Egypte : démarrage du forage du puits Merak-1 dans la concession North El Arish

Angola : Sonangol choisit Total et Trafigura pour l’approvisionner en produits pétroliers sur les 12 prochains mois

 
MINES

Afrique du Sud : la mine de vanadium Vametco peut être encore exploitée sur des décennies

Lesotho : la mine Mothae livre un nouveau diamant de qualité gemme

Zimbabwe : le milliardaire nigérian Benedict Peters investira dans le secteur du platine

Ethiopie : le gouvernement octroie des permis d’exploitation minière pour les gisements Mato Bula et Da Tambuk

 
TELECOM

Nigeria: MTN a jusqu’au 31 mai pour verser la dernière tranche de son amende écopée en 2015

Afrique du Sud : Cortex Group lance une société de capital-risque dédiée au soutien financier des start-up orientées vers l’IA

Côte d’Ivoire : Orange confie à Engie l’exploitation et la maintenance de son centre de données pour 5 ans

La Fondation Jack Ma est en quête des dix meilleurs entrepreneurs numériques d’Afrique pour 2019

 
COMM

Les métriques, la technologie et les réseaux sociaux ont changé la façon de travailler des journalistes dans le monde  

Zambie : les chaînes de télévision et de radio doivent désormais envoyer les enregistrements des programmes déjà diffusés toutes les deux semaines

Côte d’Ivoire : la chaîne d’informations 7info sera lancée sur la plateforme TNT du pays au dernier trimestre 2019

Guinée : le régulateur des médias organise des journées portes ouvertes pour expliquer son rôle au grand public

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro