La criminalité transfrontalière : un business qui peut atteindre 2200 milliards $ dans les pays en développement

La criminalité transfrontalière : un business qui peut atteindre 2200 milliards $ dans les pays en développement

(Ecofin Hebdo) - Dans ce rapport publié en mars 2017, le Global Financial Integrity, une organisation non gouvernementale internationale qui promeut la transparence financière dans le monde, invite les Etats, notamment ceux des régions en développement, de prendre des mesures contre les actes de criminalité transfrontalière, qui les plombe d’un montant situé entre 1600 et 2200 milliards $.

Le Document permet surtout d’identifier les activités les plus opaques. Dans ce cadre, la contrefaçon figure au premier rang, avec un volume des activités pouvant atteindre les 1200 milliards $. Elle est suivie du trafic de drogue. On retrouve aussi la pêche, l’exploitation minières et forestières et la vente des objets culturels qui sont menées dans l’illégalité.

Le rapport se positionne comme un lanceur d’alerte. Au-delà des actions de criminalité repertoriées, il revient surtout sur la manière dont la chaine de commission des méfaits est structurée, et offre la possibilité aux autorités locales des pays en développement, de pourchasser et finalement arrêter ou désigner les coupables.

 

 

Les secteurs de l'Agence

● GESTION PUBLIQUE

● Finance

● Agro

● ELECTRICITE

● Mines

● Hydrocarbures

● TIC & Télécom

● Comm

● Droits

Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo