Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L’augmentation du capital minimal des assureurs va provoquer une révolution dans l’espace CIMA, selon Finactu

  • Date de création: 21 octobre 2016 04:54

(Agence Ecofin) - La multiplication par 5 du capital social minimal des assureurs décidé en avril 2016 par la Conférence interafricaine des marchés d'assurance (CIMA), un organisme communautaire du secteur des assurances regroupant 14 pays de l'Afrique centrale et de l'Ouest, devrait déclencher une véritable révolution qui va secouer le secteur en profondeur durant plusieurs années, a estimé le cabinet de conseil spécialisé sur le continent africain Finactu dans une étude publiée le 12 octobre.

Intitulé «Le marché des assurances dans l’espace CIMA : à l’aube d’une révolution », cette étude suggère que la réforme va générer un mouvement de nettoyage et de concentration dans le secteur qui se manifestera inéluctablement par la disparition des petites compagnies et l’apparition de groupes ayant une taille critique.

La réforme préconise que le capital social minimum des sociétés anonymes d’assurances passe de 1 à 5 milliards de FCFA et le fonds d’établissement minimum des sociétés d’assurances mutuelles de 800 millions à 3 milliards de FCFA.

Les sociétés anonymes d’assurances en activité qui ont un capital social inférieur à ce minimum disposent d’un délai de trois ans pour porter leur capital social minimum à 3 milliards de FCFA et de cinq ans pour le porter à 5 milliards de FCFA à compter de la date d’entrée en vigueur du texte. En outre, leurs fonds propres ne doivent pas être inférieurs à80% du montant minimum du capital social.

S’agissant des sociétés d’assurances mutuelles en activité qui ont un fonds d’établissement inférieur à ce minimum, elles disposent d’un délai de trois ans pour porter leur fonds d’établissement à 2 milliards de FCFA et de cinq ans pour le porter à 3 milliards de FCFA à compter de la date d’entrée en vigueur des présentes dispositions.

Le point de départ de l’étude du cabinet Finactu est qu’un assureur qui, pour se conformer à la nouvelle réglementation, exige de ses actionnaires un capital de 5 milliards FCFA doit offrir un rendement à ce capital. Compte tenu du risque relatif que représente l’investissement dans une compagnie d’assurance par rapport à l’achat d’une obligation souveraine, on peut estimer qu’à moins de 15% net de rendement, un actionnaire pourra hésiter à investir dans une compagnie d’assurance.

Pour l’assureur, offrir 15% de rendement net à ses actionnaires revient à dégager un résultat net d’au minimum 750 millions de FCFA (15% x 5 milliards FCFA).

L’assurance étant une activité qui dégage une rentabilité d’environ 8% de son chiffre d’affaires en non-vie (plutôt 4% en vie), il faut donc que ce même assureur ait un chiffre d’affaires d’au moins 9,4 milliards FCFA en «non-vie», pour espérer réaliser son objectif de résultat, et de 18,8 milliards FCFA en «vie».

La première conséquence est que tous les assureurs qui réalisent moins que les seuils de

primes calculés par Finactu (soit 9,4 milliards FCFA en non-vie et 19 milliards FCFA en vie) doivent d’urgence s’interroger sur leur pérennité.

En effet, avec un chiffre d’affaires inférieur au seuil calculé, il leur sera très difficile de dégager le résultat nécessaire pour rentabiliser, et donc justifier, un capital de 5 milliards de FCFA  sauf s’ils trouvent des actionnaires philanthropiques …

Sur les 131 assureurs opérant dans les 11 plus gros marchés de l’espace CIMA pour lesquelles les données sont disponibles, 92 (54 sur 86 en non-vie et 38 sur 45 en vie) n’ont ni le chiffre d’affaires, ni le résultat net suffisant pour convaincre des actionnaires de suivre leur besoin en capital social. Ils devront soit se regrouper, soit croître, soit disparaître…

Selon les projections de Finactu,  le nombre minimal d’assureurs qui devront disparaître dans les 11 marchés étudiés ( Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Togo, Sénégal, Mali et Centrafrique) est de 58 (26 en non-vie et 32 en vie), soit plus de 4 compagnies sur 10.

L’étude de Finactu souligne, par ailleurs, que le relèvement du capital minimum exigé dans l’espace CIMA aura des retombées différentes en fonction du degré de maturité du marché des assurances dans chacun pays concerné.

Trois catégories de pays se dégagent dans ce cadre :

La première catégorie regroupe le Cameroun et la Côte d’Ivoire, qui ont chacun un marché suffisamment développé pour supporter sans difficulté la réforme, aussi bien en «vie» qu’en «non-vie», même si celle-ci entraînera la fermeture ou le regroupement de plusieurs acteurs.

La seconde catégorie regroupe 7 pays (Burkina Faso, Bénin, Congo-Brazzaville, Gabon, Mali, Sénégal et Togo). Tous ces pays jouissent d’un secteur non-vie bien développé, et certainement suffisant pour accueillir la réforme tout en maintenant un nombre suffisant d’acteurs pour animer la concurrence dans l’intérêt des assurés. Mais l’application de la réforme va poser un problème délicat en assurance vie, qui ne sera pas en mesure, même avec une croissance soutenue, de supporter la réforme et ses contraintes. Il semblerait opportun d’étudier un assouplissement de la contrainte pour les assureurs vie à l’instar du Nigéria et du Kenya qui fixent des seuils de capital différents pour chaque type d’assureur.

Enfin la dernière catégorie rassemble la Centrafrique, la Guinée Bissau, le Niger, le Tchad et la Guinée Équatoriale, marchés trop étroits pour supporter la nouvelle contrainte en l’état.

Lire aussi

14/04/2016 - Zone CIMA : 7 compagnies d’assurance agréées

02/04/2014 - La FANAF veut réglementer l’activité de réassurance dans l’espace CIMA d’ici fin 2014

11/07/2013 - 15 compagnies d’assurances d’Afrique de l’Ouest et centrale auditionnées par la CIMA

26/02/2013 - Assurances : le Cameroun veut ravir à la Côte d’Ivoire sa place de leader dans l’espace CIMA

05/11/2012 - Première édition commentée du Code des assurances dans l'espace CIMA


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

Sommet de Sotchi: Vladimir Poutine accueille plus de 40 dirigeants africains pour discuter coopération

Burkina Faso : 144 millions $ d’investissements publics prévus pour l’eau et l’assainissement sur la période 2020/2022

Coopération bilatérale : Jean-Yves Le Drian en visite au Cameroun en plein sommet Russie-Afrique

Zone franc : trop peu industrialisées, les économies restent vulnérables aux cours des matières premières (Trésor français)

 
AGRO

Ethiopie : les autorités enquêtent sur un potentiel détournement de fonds destinés aux sucreries

Tunisie : la BAD organise un séminaire d’achèvement du projet pilote d’utilisation des drones dans le secteur agricole

OCP Africa et l’ITFC signent un mémorandum pour le renforcement de la productivité agricole africaine

L’Angola adhère au Centre régional de contrôle et de surveillance des pêches de la SADC

 
ELECTRICITE

Ghana : l’annulation de la concession de l’ECG fait perdre 190 millions $ de financement à l’Etat

Gambie : 30 % de la population rurale électrifiée grâce aux solutions solaires off-grid d’ici à 2030

Cameroun : 20% des connexions au réseau électrique sont illégales

Mis en cause, l’IPTL s’oppose à la condamnation de la Tanzanie à verser 185 millions $ à la Standard Chartered

 
HYDROCARBURES

Nigeria : Eni démarre la production de gaz et de condensats sur sa dernière découverte Obiafu 41

Angola : Sonangol augmente sa participation dans la plus grande banque privée du Portugal

Egypte : au cours des 5 prochaines années, Dragon Oil va investir 1 milliard de dollars dans le golfe de Suez

CEMAC : les entreprises pétrolières vont devoir appliquer la nouvelle réglementation de change, avertit la BEAC

 
MINES

Sundance Resources espère conclure un nouvel accord avec le Cameroun sur le projet de fer de Mbalam avant juin 2020

De Beers maintient ses prévisions de production, malgré une performance en baisse au troisième trimestre

Mali : Hummingbird en passe d’atteindre son objectif de production annuelle à Yanfolila

Tanzanie : Armadale revoit à la hausse le potentiel du projet de graphite Mahenge Liandu

 
TELECOM

Telkom et Airtel reprochent au gouvernement kenyan un silence qui a accentué le retard de leur fusion

Kenya : l’université Moi injectera 2 millions $ dans l’extension de son usine d’assemblage d’appareils informatiques

La Tanzanie fournira de la connectivité Internet à haut débit au Burundi

Cameroun : MTN, Orange et le consortium Arago-Epi Use se disputent le marché de la digitalisation de la fonction publique

 
FORMATION

US News & World Report classe 52 universités africaines parmi les 1500 meilleures du monde

L’Université virtuelle du Sénégal s’associe à l'Institut Pasteur pour proposer une formation en ligne sur la résistance aux agents antibactériens

Afrique du Sud : l’Université de Stellenbosch lance une formation d'ingénieurs de données, accréditée par le Conseil d'ingénierie

RDC : Kinshasa Digital lance les inscriptions en vue de l’ouverture de sa première école de codage en janvier 2020

 
COMM

Ghana : le régulateur des médias se défend d’empêcher la liberté d’expression

Russie-Afrique : les médias comme nouvel axe de collaboration

Cameroun : les éditeurs de la presse en ligne se regroupent en association

Burundi : les autorités vont-elles sanctionner l’hebdomadaire Iwacu et la radio Isanganiro ?

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique