Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Luanda Leaks : pour Isabel dos Santos, l'enquête de l'ICIJ n'a « démontré aucun comportement illégal » de sa part

Luanda Leaks : pour Isabel dos Santos, l'enquête de l'ICIJ n'a « démontré aucun comportement illégal » de sa part
  • Date de création: 21 janvier 2020 09:13

(Agence Ecofin) - Visée par une enquête pour corruption dans son pays, la milliardaire angolaise, Isabel dos Santos (photo, à droite), a réagi cette semaine aux révélations du rapport du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) l’accusant de corruption massive. Pour la femme de 46 ans, la nouvelle enquête produite par plus de 120 journalistes n’est qu’une énième attaque politique orchestrée par le pouvoir angolais.

Les nouvelles révélations qui se basent sur plus de 715 000 documents confidentiels exposent un montage financier complexe mis en place par la femme d’affaires avec l’aide de son époux, le milliardaire Sindika Dokolo. D’après les auteurs de l’enquête, le couple aurait bénéficié de plusieurs millions de dollars grâce à leur proximité avec la société nationale pétrolière (Sonangol), à travers des entreprises leur appartenant ou appartenant à leur entourage. Plus de 400 sociétés disséminées dans 41 pays dans le monde auraient ainsi permis à Isabel dos Santos de mettre en place un véritable « système d’accaparement des richesses angolaises ». De nombreux véhicules financiers logés dans des paradis fiscaux auraient été utilisés par le couple pour éviter de payer des impôts à l’Etat angolais.

Si les actions du couple dos Santos-Dokolo sont loin d’être irréprochables, la fille de l’ancien président José Eduardo dos Santos se défend néanmoins d’avoir eu le moindre comportement illégal.

« L'ICIJ et ses partenaires médiatiques ont eu des mois et des mois pour examiner ces prétendues "preuves" et pourtant les allégations extrêmement graves qu'ils formulent contre moi dans ce déluge de reportages sont toujours basées sur des suppositions. Nulle part dans les documents ni dans leurs reportages, ils n'ont démontré un comportement illégal de ma part ou de la part de mes entreprises », a indiqué Isabel Dos Santos dans une déclaration écrite obtenue par l’Agence Ecofin.

Pour l’ancienne présidente de la Sonangol, ces « allégations infondées » ne sont qu’une manœuvre politique du pouvoir en place pour se débarrasser de la menace qu’elle représente. Quelques jours plus tôt, la femme d’affaires avait annoncé qu’elle envisageait de briguer la présidence de son pays en 2022, affirmant qu’elle était prête à tout pour « défendre et servir » l’Angola. Ce, alors même que la dégradation de l’économie nationale sous le régime de son père, couplée à un fort taux de pauvreté et à de nombreux scandales de corruption, a entaché la réputation de la famille dos Santos et de la « princesse Isabel », accusée d’avoir bâti sa fortune sur le dos du peuple.

Pour Isabel dos Santos, la « chasse aux sorcières » lancée contre elle par le président Joao Lourenço qui a démarré une vaste campagne anticorruption depuis 2017, pourrait être préjudiciable à de nombreux Angolais.

« Il faut se demander à qui profite le crime d'obtention illégale de ces documents. Ce n'est certainement pas le peuple angolais. Bien au contraire. En raison de cette campagne de persécution politique, des milliers d'emplois dans les entreprises angolaises que je dirige sont en danger », déclare-t-elle. Et d’ajouter : « je suis prête à me battre devant les tribunaux internationaux pour défendre ma réputation ».

Moutiou Adjibi Nourou

Lire aussi:

16/01/2020 - En guerre contre la justice angolaise, Isabel dos Santos envisage la possibilité de briguer la présidence en 2022

17/01/2020 - Isabel dos Santos : traquée par la justice de son pays, la « princesse » menace de devenir présidente en 2022


 
FINANCE

Ecobank : deux programmes de formation pour favoriser l’insertion des Jeunes Talents Africains de l’Uemoa

Shelter Afrique financera des projets immobiliers au Sénégal à 11,6 millions $

Sensibilisation des investisseurs institutionnels et des émetteurs potentiels : étape de la Côte d'Ivoire

En Ethiopie, Khalifa Fund s’engage à financer des entreprises privées sur une période de 4 ans

 
AGRO

Kenya : la dette des sucreries publiques grimpe à 893 millions $

Le Malawi légalise le cannabis à usage médical et industriel

Les entreprises transnationales livreront 60 000 tonnes de cacao aux exportateurs locaux

Côte d’Ivoire : l’exécutif reconnaît officiellement l’Apromac

 
ELECTRICITE

Togo : Energy Generation recrute des professionnels pour animer des formations en technologie solaire photovoltaïque

GERD : l’Éthiopie n’enverra pas de représentant au prochain round des négociations

Kenya : les marges de la Kenya Power plongent de 92 % pour l’exercice budgétaire précédent

Côte d’Ivoire : la KfW débloque 6 millions € pour stimuler les investissements dans les énergies renouvelables

 
HYDROCARBURES

Égypte : EGAS vise des investissements en amont de 690 millions $ au cours de l’année fiscale 2020/2021

Égypte : l’usine de liquéfaction de gaz naturel de Damiette va redémarrer en juin

Mauritanie : Maersk Decom remporte un contrat sur les champs Banda et Tiof de Tullow

Congo : Zenith annonce des négociations avancées pour une plateforme de forage sur le pétrole de Tilapia

 
MINES

Tanzanie : Shanta Gold atteint ses objectifs de production pour l’année 2019

Côte d’Ivoire : la perspective de l’élection présidentielle de 2020 fait baisser les investissements dans le secteur minier

Guinée : la mine Boffa exporte ses premières tonnes de bauxite vers la Chine

Afrique du Sud : Implats enregistre des résultats financiers record grâce à la hausse des cours des PGM

 
TELECOM

Nigeria : selon Airtel, la mauvaise qualité de service devrait perdurer encore longtemps

RD Congo: Orange Corners lance son programme d’accompagnement des start-up locales

Égypte: Orange signe un accord de fourniture de services numériques avec le transporteur Mwasalat Misr

Huawei lance officiellement l’ICT Competition en Côte d’Ivoire

 
TRANSPORT

Sénégal – Mali : vers la relance de la société Dakar Bamako Ferroviaire

Algérie : la start-up française Karos s’associe à TemTem et lance un service de covoiturage

Gambie : l’Arabie saoudite débloque 12 millions USD pour la modernisation de l'aéroport international de Banjul

Air Côte d'Ivoire va introduire des services téléphoniques et Internet en vol sur sa nouvelle flotte A320neo

 
ENTREPRENDRE

Au Tchad, Issa Saleh transforme un dépotoir d’ordures en salle de jeux

Sénégal : exonération fiscale pour les entreprises nouvellement créées (Gouvernement)

La plateforme Kandua propose un service en ligne d’artisans à domicile en Afrique du Sud

La startup sénégalaise Nano Air permet aux agriculteurs d’irriguer à distance leurs cultures

 
MULTIMEDIA

A la rencontre de Dieudonné Djouga, handicapé, plein de vie et optimiste (Vidéo)

Comme 15 pays africains, la Tunisie interdit les sacs en plastiques sur son sol (Vidéo)

Mali : Moussa Diarra se sert de déchets plastiques pour concevoir des drones

Comment comprendre la "Titrisation" ? (Vidéo)

 
FORMATION

Une école suisse lance un programme de formation et de recherche scientifique en Afrique

Ghana : lancement de la plateforme Study in Ghana, pour attirer les étudiants internationaux vers le pays

L'IDEP propose un cours en ligne sur la ZLECAf

Kenya : le gouvernement lance un programme de formation professionnelle des jeunes, avec l'appui de l'Allemagne

 
COMM

Selon le cabinet Warc, les dépenses publicitaires mondiales vont atteindre 660 milliards de dollars en 2020

Soudan du Sud : le pays souhaite acquérir des créneaux satellitaires pour de la radiodiffusion

Botswana : une pénurie de décodeurs perturbe la migration vers la radiodiffusion numérique

Nigeria : Netflix renforce ses positions dans la République fédérale