Ecofin Entrepreneur
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Se lancer dans la culture et la vente des fleurs

Se lancer dans la culture et la vente des fleurs
  • Date de création: 15 mars 2021 13:22

(Agence Ecofin) - Si la culture et la consommation des fleurs naturelles est peu ancrée dans les habitudes des Africains, le continent possède pourtant un climat favorable à cette filière. Depuis quelques années, la floriculture gagne du terrain dans les pays comme le Kenya, l’Ethiopie, le Rwanda qui sont les plus grands producteurs sur le continent. La forte demande des pays occidentaux pour les fleurs africaines constitue une opportunité d’entreprendre dans ce secteur en pleine croissance.

Les connaissances nécessaires

Un bon fleuriste doit connaître les différents types de fleurs, leur durée de vie et la manière de les entretenir correctement. Il est également compétent en matière de décoration et est capable de créer divers arrangements.

Les petits fleuristes se tournent généralement vers les fleurs d’été parce qu’elles sont résistantes aux parasites et aux maladies, et tolèrent diverses conditions de sol, contrairement aux roses, dont la plupart sont cultivées sous serre. L'arabicum, l'ammi, le mobydick, l'eryngium, le tuberosa, l'onis et le claspedia sont quelques-unes des fleurs d'été qui sont populaires auprès des petits exploitants. D’autres variétés comme les Hemerocallis, Agapanthus blue, Roystonea palm et Ixora red sont également convoitées.

Notons que les fortes pluies ou un arrosage excessif sont les pires ennemis des fleurs d'été. Il est donc conseillé de veiller à arroser les plantes avec parcimonie, surtout après leur croissance, afin d'obtenir des produits de qualité, et de faire coïncider leurs plantations avec les périodes où il ne pleut pas beaucoup.

Comment apprendre ?

On trouvera des tutoriels en ligne qui montrent comment cultiver des fleurs et affiner ses compétences. Une compréhension des marges standards du secteur et des frais liés à ce type d’activité, des compétences néessaires en conception florale, et enfin, des connaissances sur l’entretien des fleurs sont nécessaires. Si aucun diplôme n’est vraiment obligatoire, il est cependant recommandé de suivre une formation professionnalisante auprès d’un établissement agréé, ou de se former auprès de fleuristes qui comptent quelques années de pratique.

Quel budget pour se lancer ?

La création d’un commerce de fleurs coûte en moyenne 10 000 dollars, un montant qui peut varier en fonction de notre projet. La majeure partie de cette somme est consacrée à la location du terrain, l'achat de matériel de conservation des fleurs fraîches, à la location ou à l'achat d’outils pour l'arrangement floral (ruban adhésif, vases, mousse florale, fil de fer) et à la livraison. Pour ceux qui n’ont pas les moyens, les fleurs d’été sont une bonne option, car elles ne nécessitent pas beaucoup d’intrants.

Quel matériel ou équipement ?

On peut aménager son jardin si on n’a pas les moyens d’acquérir des terres pour la culture des fleurs. Le matériel de jardinage comprend une bêche, une griffe, un arrosoir et/ou un tuyau d'arrosage, un petit sécateur, des gants, un terreau et des engrais adaptés. Pour le jardinage sur terrasse et balcon, il faut ajouter des pots, des billes d'argile ou des gravillons (mis au fond du pot afin de filtrer les eaux en surplus), du feutre de drainage découpé à la dimension du contenant (pour éviter l'inondation sur la terrasse), du terreau adapté à la plantation, du paillage en surface du pot pour éviter l'évaporation et les mauvaises herbes.

Si on souhaite exporter ses fleurs en plus de les vendre localement, on aura besoin d’un certificat de constitution d'entreprise délivré par le registraire des entreprises, le numéro d'identification personnel auprès des autorités compétentes, le certificat de conformité fiscale, la licence d'exportation, le certificat phytosanitaire, une autorisation et un permis d’exploitation.

Où s’approvisionner ?

L’acquisition directe des semences est l’une des difficultés de cette activité. La plupart des semences sont importées de l’Occident, ce qui peut nécessiter de gros frais. Il est donc recommandé pour cela de se rapprocher des structures en charge de l’agriculture, ou des artisans fleuristes locaux.

Comment trouver des clients ?

La plupart des gens achètent des fleurs pour des occasions spéciales (Saint-Valentin, mariages, anniversaires et autres cérémonies). La majeure partie des fleurs cultivées en Afrique est vendue en Europe, mais les marchés émergents d'Asie, notamment le Japon et la Chine, présentent un grand potentiel. Le Kenya par exemple, exporte chaque année environ un milliard de tiges de roses vers l'Europe via les Pays-Bas, selon le Kenya Flower Council, ce qui rapporte au pays en moyenne 1 milliard de dollars chaque année.

Les fleuristes peuvent augmenter leurs commandes en restant en contact avec leur clientèle. Ils peuvent augmenter le prix de vente moyen des commandes en proposant des articles supplémentaires et des arrangements originaux. On peut également fournir un service client personnalisé en créant une base de données qui comprend les dates importantes des clients, et leur proposer des offres pour ces jours spéciaux.

A quel moment/niveau devient-on rentable ?

Le prix des fleurs varie d'environ 5 dollars ou moins pour certaines fleurs individuelles à 100 dollars ou plus pour d’autres. Les événements qui nécessitent des arrangements multiples, comme les mariages, peuvent facilement atteindre 1000 dollars, voire plus. Au Rwanda, les pépinières de l’entrepreneur Viateur Ndahayo rapportent en moyenne entre 1000 et 50 000 dollars par mois en fonction des marchés qu’il gagne. Un acre d'arabicum, par exemple, peut rapporter jusqu'à 8415 dollars, dont moins d'un quart est consacré à la production, selon certains producteurs.

Aïsha Moyouzame


Aïsha MOYOUZAME

Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Défis sécuritaires : N’Djamena veut doubler la taille de son armée

Le Maroc réceptionne ses premiers drones turcs Bayraktar TB2

Nigeria : plus de 21 milliards $ investis dans les infrastructures au cours des six dernières années (Osinbajo)

Les cinq informations de la gestion publique africaine qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

 
FINANCE

Togo : les raisons de la cession de la filiale Vie de Sanlam à NSIA

Le Fonds de Solidarité Africain offre sa garantie à Cofina pour lever 5 milliards FCFA

UEMOA : le conseil des ministres des finances a planché sur la répression des infractions boursières

L’agence américaine DFC cherche à investir 1 milliard $ dans le secteur agricole et au sein des pays émergents

 
AGRO

Côte d’Ivoire : une délégation de BAD évalue les avancées du projet agro-industriel de Yamoussoukro

L’Egypte pourrait devenir le 5ème importateur mondial de maïs d’ici 2030

Ghana : le Cocobod contracte un prêt syndiqué de 1,5 milliard $ pour ses achats de cacao en 2021/2022

Bénin : le kilogramme de coton sera échangé à 265 Fcfa en 2021/2022

 
ELECTRICITE

Maroc : mise en service imminente de la 1ère centrale photovoltaïque flottante du continent à Sidi Slimane

Namibie : le vol d’électricité dans la ligne de mire de la compagnie publique Nored

Afrique du Sud: six centrales détenues par la société AIIM entrent en exploitation commerciale

Kenya Power retire sa demande d’augmentation des tarifs d’électricité

 
HYDROCARBURES

Guinée équatoriale : la loi sur les hydrocarbures sera révisée pour attirer plus d’investissements

Pour Vitol, la pénurie d’énergie pourrait faire bondir le Brent à plus de 80 dollars baril cet hiver

Afrique du Sud : Sasol triple ses objectifs de réduction des émissions pour 2030

Trois compagnies pétrolières américaines violent les normes sur la transparence de l’ITIE

 
MINES

Comment le Ghana veut devenir un leader africain dans la transformation de la bauxite

Investissements dans le cobalt : la RDC menacée par l’Australie selon Fitch

Mali : Roscan Gold obtient 5 millions $ auprès d’Asante Gold pour développer le projet Kandiolé

Caledonia Mining élargit son empreinte aurifère au Zimbabwe avec une nouvelle acquisition à 4 millions $

 
TELECOM

Huawei Connect 2021 : les perspectives du Groupe dans une Afrique post Covid- 19

Pour Huawei, l’infrastructure, la formation et l’efficacité énergétique seront au cœur de ses futurs investissements en Afrique

Huawei Connect 2021 : innover sans cesse pour accélérer la numérisation

Kenya : Safaricom annonce le lancement commercial de la 5G en 2022

 
TRANSPORT

Guinée : Bolloré Transport & Logistics fait don de 200 bouteilles d’oxygène à l’agence nationale de sécurité sanitaire (anss)

Tanzanie : la BAD alloue 116 millions $ pour moderniser un réseau routier de 160 km dans le sud

Bénin : un nouveau système d’information portuaire pour renforcer la digitalisation des services au port de Cotonou

Le Nigeria rejoint l’initiative World Logistics Passport en tant que hub pour l’Afrique de l'Ouest

 
ECHO

Transparence budgétaire des Etats africains (Department of State)

Emerson Sery, dit Commissaire Coco, étudiant et entrepreneur leader de la vente de noix de coco à Abidjan

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce des formations pour les acteurs des marchés publics

Maroc: des internautes lancent une campagne pour remplacer le français par l’anglais dans l’enseignement

L’Université du Rwanda va abriter le master en géologie du musée de l'Afrique en Belgique

L’UA lance son programme de bourse de formation pour les innovateurs technologiques africains

 
COMM

Vivendi, via sa filiale Canal+, est désormais premier actionnaire de MultiChoice, opérateur africain No1 de télévision payante

Togo : le Parlement adopte le projet de loi portant code du cinéma et de l’image animée

Gulli Africa & Ludikids rejoignent le mouvement #ProtègeTaTélé pour lutter contre le piratage de la production audiovisuelle

La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Solutions de financement des PME africaines par Investisseurs & Partenaires