Ecofin Mines
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Mines

La Chine ne financera plus les projets de charbon : les conséquences pour l’Afrique

La Chine ne financera plus les projets de charbon : les conséquences pour l’Afrique
  • Date de création: 01 octobre 2021 17:40

(Agence Ecofin) - Dans un discours lu par visioconférence à la 76e session de l’Assemblée générale des Nations unies, le président chinois Xi Jinping a annoncé, mardi 21 septembre, la fin des investissements chinois dans de nouvelles centrales à charbon à l’étranger. Potentiellement bénéfique, dans la lutte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, cette décision pourrait tout de même remettre en cause la politique énergétique de plusieurs pays africains en mettant fin à des projets d’exploitation de leurs immenses réserves. Décryptage.

L’empire du Milieu, principal investisseur dans le charbon

L’annonce de Xi Jinping a suscité des réactions enthousiastes de militants pour le climat. Le charbon « relégué au passé » pour Alok Sharma, le président de la COP 26 : « un grand pas en avant » ou « une petite révolution », les phrases fortes n’ont pas manqué pour saluer ce virage.

« L'engagement de la Chine montre que le tuyau d'arrosage du financement public international pour le charbon est en train de s'éteindre. Il représente un tournant historique dans l'abandon du combustible fossile le plus polluant au monde », a même affirmé Helen Mountford, vice-présidente, Climat et économie, du World Resources Institute.

Il faut souligner que cet optimisme tranche avec la sobriété de la sortie du président chinois qui n’a pas fourni de détails sur la manière, ni même le calendrier, que Pékin entend suivre pour l'arrêt de ses financements. Il peut néanmoins se comprendre, en raison du statut de la Chine dans le secteur. Le pays est en effet, depuis plusieurs années, le premier bailleur de fonds des projets de centrales à charbon à travers le monde, notamment dans le cadre du programme des Nouvelles routes de la soie de Xi Jinping.

Le pays est en effet, depuis plusieurs années, le premier bailleur de fonds des projets de centrales à charbon à travers le monde, notamment dans le cadre du programme des Nouvelles routes de la soie de Xi Jinping.

Surtout que, avec la décision similaire prise plus tôt cette année par la Corée du Sud et le Japon, l’empire du Milieu demeurait le seul grand recours pour plusieurs Etats voulant exploiter leurs réserves de charbon.

Un rapport publié en mars dernier par Oil Change International est d’ailleurs assez édifiant sur le sujet. Bien que les appels à la fin de nouveaux projets d’énergies fossiles se multiplient, les grandes banques occidentales, JPMorgan Chase, BNP Paribas, Citi ou encore Bank of America, continuent de financer allègrement des projets d’extraction de pétrole, à travers le Canada et l’Arctique notamment. En revanche, les financements à destination des projets d’extraction de charbon ou de centrales à charbon sont quasi exclusivement le fait des banques chinoises comme Industrial Bank, China Construction Bank, Bank of China et enfin la puissante Banque industrielle et commerciale de Chine.

Notons que cet investissement n’est pas désintéressé puisque Pékin cherche à assurer un approvisionnement sûr pour ce combustible nécessaire à plusieurs de ses industries énergivores. La Chine consomme en effet la moitié de la production mondiale de charbon.

Lire aussi : 04/06/2021 - Fin prochaine du charbon : tout va dépendre des banques et de la Chine

Selon la manière dont la décision de Pékin sera mise en œuvre, elle pourrait ainsi affecter jusqu’à 44 projets de centrales à charbon pour un désinvestissement s’élevant à 50 milliards $, d’après les données de l’américain Global Energy Monitor (GEM).

Quel impact pour les pays africains ?

Les investissements chinois étrangers se concentrent dans deux régions, l’Asie du Sud-est (Indonésie et Vietnam notamment) et l’Afrique. Dans cette dernière région, par exemple, on retrouve l’implication des banques chinoises dans quatre des cinq projets répertoriés par le GEM et dont le financement est déjà bouclé. La prépondérance chinoise est encore plus visible quand on s’intéresse aux projets dont le financement n’a pas encore été bouclé. A ce niveau, en dehors de l’Afrique du Sud, les banques chinoises sont les seules impliquées. Les pays concernés par ces projets sont, entre autres, le Malawi, le Kenya, la Zambie, le Mozambique, le Botswana et le Zimbabwe.

Selon la manière dont la décision de Pékin sera mise en œuvre, elle pourrait ainsi affecter jusqu’à 44 projets de centrales à charbon pour un désinvestissement s’élevant à 50 milliards $, d’après les données de l’américain Global Energy Monitor (GEM).

Si la volonté chinoise d’assurer son approvisionnement régulier en charbon peut expliquer son investissement en Afrique, elle ne suffit pas à justifier pourquoi l’empire du Milieu est devenu pratiquement le seul recours des pays africains. Pour comprendre cela, il faut plutôt examiner les politiques des grandes banques occidentales qui, comme indiqué plus haut, ne financent plus de projets de charbon, contrairement aux investissements qu’elles poursuivent dans d’autres énergies fossiles comme le pétrole et le gaz. En mai 2020, par exemple, la Chine a accepté de financer le projet de 4,2 milliards $ destiné à la construction du gigantesque complexe de production d’électricité au charbon Sengwa au Zimbabwe, avant de se rétracter en juin dernier. Mais c’est une déclaration de l’un des responsables locaux du projet qui illustre bien la dépendance des pays africains vis-à-vis du financement chinois. « Nous sommes très heureux que le projet aille de l'avant, d'autant plus que les grandes banques du monde sont obligées de cesser de financer les centrales électriques au charbon », avouait alors Caleb Dengu, président de RioZim Energy, la société propriétaire du projet.

Paradoxalement, les banques sud-africaines, pays qui dépend à 80% du charbon pour ses besoins en électricité, rejoignent cette tendance. Ainsi, après Nedbank qui a indiqué, il y a quelques mois, son intention de ne plus financer de nouvelles mines de charbon, à partir de 2025, c’est la première banque d’Afrique au niveau de la capitalisation boursière qui a récemment jeté l’éponge. Pour atteindre le net zéro carbone, d’ici 2050, le sud-africain FirstRand a en effet annoncé, ce mois, sa décision de ne plus financer de nouvelles mines ou centrales à charbon.

Or, si le combustible ne représente pas la première source des revenus d’exportation pour les pays suscités, il y constitue en revanche la principale source d’électricité. De plus, alors que certains d’entre eux, à l’image de la Zambie, de l’Afrique du Sud ou du Zimbabwe font face à des problèmes récurrents de déficit énergétique, la construction de nouvelles centrales à charbon est l’une des solutions envisagées, d’autant plus que les réserves inexploitées sont encore immenses.

« Le monde ne cesse de considérer le charbon comme un minerai sale […] Mais nous pensons que nous ne pouvons pas laisser en l'état l'abondance d'une ressource naturelle donnée par Dieu. Nous devons l'exploiter plus proprement pour le bien de nos communautés et de la nation », explique Lefoko Moagi, ministre des Minéraux, des Technologies vertes et des Ressources énergétiques du Botswana, résumant bien la pensée des pays de la sous-région.

« Le monde ne cesse de considérer le charbon comme un minerai sale […] Mais nous pensons que nous ne pouvons pas laisser en l'état l'abondance d'une ressource naturelle donnée par Dieu.»

En fonction des actions que poseront bientôt les banques chinoises, après l’annonce de Xi Jinping, c’est donc une partie de la politique énergétique de ces pays qui sera remise en cause.

Les énergies renouvelables comme solution

Si la fin des nouveaux projets d’exploitation de charbon, et avec elle l’abandon des immenses réserves des pays d’Afrique australe, se confirme, il faut noter que le tableau n’est pas totalement sombre. Dans le cadre de la révolution verte, les nations touchées par la sortie du charbon peuvent en effet bénéficier de nouveaux financements pour des projets d’énergie propre comme le solaire et l’éolien, projets qui sont déjà mis en œuvre à petite échelle dans ces pays.

A cet effet, justement, des émissaires envoyés par les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Union européenne et la France, ont entamé des pourparlers cette semaine avec le gouvernement et les chefs d’entreprise sud-africains. En prélude à la COP26 - qui débutera en Ecosse le mois prochain - les discussions doivent permettre d’identifier la manière dont les pays riches peuvent accompagner la fin de la dépendance au charbon. Les Etats-Unis et la Chine ont déjà annoncé la création d’initiatives en faveur d’une telle stratégie, soit autant de lueurs d’espoir pour la région Afrique australe.

« La Chine renforcera son soutien aux autres pays en développement pour le développement des énergies vertes et à faible émission de carbone », a d’ailleurs indiqué Xi Jinping.

Emiliano Tossou

Emiliano



Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Côte d'Ivoire : le gouvernement propose 17,6 milliards de dollars pour le budget 2022

Le Cameroun rembourse plus de 177 millions $ sur ses emprunts obligataires 2016-2021 et 2018-2023

Couverture santé universelle : le Cameroun veut lancer une phase test dès le 1er semestre 2022

Les pays africains demandent un suivi de l'objectif des 100 milliards $ de financement climatique des pays riches

 
FINANCE

Journée Ecobank 2021 : Ecobank Côte d’Ivoire s’engage en faveur des personnes atteintes de maladie mentale

Ecobank CI : « seulement 25 à 30% de nos transactions continuent de se faire dans les agences », Paul Harry Aithnard

Asante, la fintech axée sur les PME africaines lève 7,5 millions $ pour s’étendre au Rwanda et au Nigeria

United Bank for Africa a traîné Credit Suisse en justice, au sujet du scandale du Mozambique

 
AGRO

Le négociant russe Demetra livre une cargaison de 60 000 tonnes de blé à l’Algérie

Ouganda : le commerce illicite d’alcool a explosé entre 2017 et 2020

Liberia : l’exécutif signe un accord de 40 millions $ avec la Banque mondiale au profit de la pêche

Côte d’Ivoire : la production d’anacarde est estimée à 1 million de tonnes en 2021

 
ELECTRICITE

L’IRENA et l’OIT s’allient pour une transition énergétique juste et inclusive

Eswatini : Frazium Energy construira la plus grande unité de stockage pour une centrale solaire en Afrique (100 MW)

Ghana : 2 milliards $ ont été investis dans les énergies renouvelables en 10 ans

La start-up Energy Clever remporte l'étape camerounaise du concours EDF Pulse Africa Tour

 
HYDROCARBURES

Transition énergétique : le Gabon mise sur la prise en main du secteur pétrolier par les entreprises locales

Gabon : récemment découvert, le puits de pétrole DTM-7H entre en production

Libye : le ministre du Pétrole fait à nouveau suspendre le patron de la NOC

Le Nigeria dissout trois agences de régulation du secteur pétrolier

 
TELECOM

Telecom Egypte et Nokia renouvellent leur partenariat dans l’Internet des Objets

Via sa fibre optique d’Afrique de l’Est et de l’Ouest, Liquid Intelligent Technologies a relié les USA à l’Asie

Le Mozambique veut apprendre de l’Angola pour développer sa stratégie spatiale

Au Better World Summit 2021, Huawei s’engage pour une industrie des TIC plus verte

 
TRANSPORT

Soudan : les effets d'entraînement de la paralysie des activités portuaires deviennent une pilule amère

Guinée : reprise des services ferroviaires du train express de Conakry

Côte d'Ivoire : le trafic aérien connaît une forte baisse en 2020

Le Bénin et le Nigeria vont renforcer les instruments juridiques de leur coopération

 
ENTREPRENDRE

Comment Anyoti Peronaci exporte des produits agricoles de l’Ouganda vers l’Occident

Au Bénin, Constant Ayihounoun promeut une agriculture durable avec des engrais bio

Lyn Kerubo, 16 ans et fermière au Kenya

Virunga Origins, du chocolat contre la guerre à l’Est de la RDC

 
ECHO

63,89% des 767 milliards USD échangés par mobile money dans le monde en 2020 étaient en Afrique subsaharienne

Production cotonnière au Bénin : l’évolution sur la décennie 2010-2020

Avec du papier, l’Ivoirienne Mylène Amon réalise des tableaux d’art

Trike, le projet de pendulaire du Nigérien Nouhou Green

 
FORMATION

Le fonds de réserve de l’université de Harvard dépasse les 50 milliards $

La BVMAC annonce la création d’une école de la bourse au Cameroun

Niger : 382 jeunes femmes formés dans plusieurs métiers dans la région de Zinder

Sikul, la plateforme gabonaise veut introduire l'e-learning au pré-primaire et au primaire.

 
COMM

Afrique : SportyBet devient le premier partenaire officiel du Real Madrid sur le continent

Du nouveau dans les statistiques Instagram

Ghana : le régulateur invite le gouvernement à remplacer la redevance TV par une taxe sur les médias

Sportfive obtient les droits médias et de sponsoring des Jeux africains de 2023 et 2027

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

” Le Cameroun n’a pas de cimenteries ” Marc Sinclair MAMIAH, expert en stratégies industrielles