Ecofin Mines
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Mines

Fin prochaine du charbon : tout va dépendre des banques et de la Chine

  • Date de création: 04 juin 2021 16:32

(Agence Ecofin) - Dans un nouveau rapport publié le 18 mai, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) préconise l’arrêt immédiat des investissements dans de nouveaux projets d’exploitation de combustibles fossiles, notamment le charbon. Une telle décision donnerait une chance à l’humanité de limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Vu les immenses réserves de charbon encore inexploitées, la compétitivité de cette ressource et les besoins actuels en énergie dans le monde, il s’agit d’un véritable dilemme, autant pour les décideurs politiques que pour les producteurs et les consommateurs. Décryptage.

Droit dans le mur

Le rapport « spécial » de l’AIE dénonce l’immobilisme de la plupart des pollueurs mondiaux. Entre la rhétorique des discours promettant notamment des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre et les actes tangibles posés ces dernières années, il existe en effet un fossé que se refusent à combler les Etats, les compagnies extractives et les groupes industriels en tout genre. L’AIE note par exemple que le seuil du réchauffement climatique devrait remonter à 2,1 °C d’ici la fin du siècle, si les engagements déjà pris par les gouvernements sont tenus. Et si ces engagements ne sont pas tenus, le scénario sera d’autant plus catastrophique.

1charbon

Le charbon reste la première source d’électricité dans le monde avec une part de 36 %.

L’une des meilleures illustrations de cette contradiction manifeste entre les propos et les actions des décideurs mondiaux concerne l’exploitation du charbon. Selon des données de l’AIE datant de 2019, le charbon représente toujours la deuxième source d’énergie primaire dans le monde avec une part de 26 %, et la première source d’électricité avec une part de 36 %.

Le charbon est également la première source d’émissions de CO2 dans le secteur énergétique, dépassant régulièrement le pétrole et le gaz. C’est surtout 29 % des émissions totales de gaz à effet de serre et environ 44 % des émissions totales de CO2 d’origine humaine, d’après des données relayées par la banque BNP Paribas.

Le charbon est également la première source d’émissions de CO2 dans le secteur énergétique, dépassant régulièrement le pétrole et le gaz. C’est surtout 29 % des émissions totales de gaz à effet de serre et environ 44 % des émissions totales de CO2 d’origine humaine.

Intrinsèquement, le charbon émet 3,5 tonnes de CO2 par tonne d’énergie consommée, à en croire des données d’Enerdata relayées par Le Figaro. C’est 1,3 fois plus que le pétrole et jusqu’à 1,5 fois plus que le gaz. Après une chute globale des émissions l’année dernière en raison de la pandémie de Covid-19, l’AIE prévoit d’ailleurs un rebond avec 600 millions de tonnes d’émissions de CO2 liées au charbon, contre 300 millions en 2019. Il faut noter que cette statistique ne prend pas en compte les émissions liées à l’extraction initiale du charbon, un autre paramètre qui vient alourdir l’empreinte carbone de cette ressource.

Abandonner le charbon reste difficile

En dépit des protestations régulières des défenseurs de l’environnement et des chiffres alarmants sur l’impact de l’utilisation du charbon, le monde a toujours autant de mal à s’en séparer. Si l’arrêt global des activités industrielles a entrainé une baisse de la demande de charbon en 2020, elle repart déjà à la hausse cette année.

« Avant la pandémie, nous nous attendions à un léger rebond de la demande de charbon en 2020, mais nous avons depuis assisté à la plus forte baisse de la consommation de charbon depuis la Seconde Guerre mondiale », explique Keisuke Sadamori, directeur des marchés de l’énergie et de la sécurité à l’AIE. Il précise néanmoins que le fort rebond économique en Chine au second semestre a contribué à limiter cette baisse qui aurait pu encore être plus importante.

C’est donc tout à fait normal que la reprise économique qui s’étend actuellement au reste du monde, soutienne la demande de charbon. À en croire les prévisions de l’AIE, elle devrait croitre de 4,5 % en 2021 et atteindre des niveaux supérieurs à ceux de 2019. D’ici 2025, la demande mondiale culminera à 7,4 milliards de tonnes, contre moins de 3,5 milliards en 2000 et 5,1 milliards en 2010.

D’ici 2025, la demande mondiale de charbon culminera à 7,4 milliards de tonnes, contre moins de 3,5 milliards en 2000 et 5,1 milliards en 2010.

Si les pays européens ont progressivement réduit leur dépendance au charbon, la consommation mondiale est soutenue depuis quelques années par l’Asie, avec en tête la Chine. Alors que l’empire du Milieu consommait moins d’un milliard de tonnes à la fin du siècle dernier, il en consomme près de 3 milliards de tonnes depuis une décennie sans qu’on note de signes d’essoufflement importants. Avec son industrie énergivore, Pékin est le plus grand producteur, consommateur et importateur mondial de charbon, représentant notamment plus de la moitié de la consommation mondiale actuellement.

Pékin est le plus grand producteur, consommateur et importateur mondial de charbon, représentant notamment plus de la moitié de la consommation mondiale actuellement.

Il faut dire que la Chine héberge 13 % des réserves mondiales prouvées, avec 139 milliards de tonnes, selon des données du géant BP datant de 2018. Pourquoi se priver de ces immenses ressources pour privilégier les énergies renouvelables qui nécessiteront des investissements beaucoup plus importants et sans rentabilité à court terme ?

2china coal

La Chine consomme 3 milliards de tonnes de charbon chaque année.

C’est la même question que se pose certainement l’Afrique du Sud, le pays le mieux doté du continent en termes de ressources en charbon. La nation arc-en-ciel exploite plusieurs centrales à charbon et ses problèmes énergétiques récurrents ne l’incitent pas à les fermer, bien au contraire. Anglo American, qui possède plusieurs mines de charbon en Afrique du Sud, a fait une annonce assez édifiante en avril dernier.

La holding britannique a en effet annoncé la création d’une nouvelle société pour gérer ses actifs de charbon. Thungela Resources sera cotée sur les bourses sud-africaines et Anglo American pourra bientôt dire qu’elle n’exploite plus directement de charbon.

Malgré les critiques des investisseurs et sans doute d’une partie de ses actionnaires, le géant minier s’est refusé à envisager la fin de l’exploitation du combustible, décidant plutôt d’en dissocier son image. La holding britannique cotée à Londres a en effet annoncé la création d’une nouvelle société pour gérer ses actifs de charbon. Thungela Resources sera cotée sur les bourses sud-africaines et Anglo American pourra bientôt dire qu’elle n’exploite plus directement de charbon.

Des motifs d’espoir malgré tout 

Si les données ne sont clairement pas en faveur d’une fin prochaine du charbon, il existe néanmoins deux voies principales qui peuvent permettre de réduire la consommation mondiale dans les années à venir : le financement et les décisions politiques. Pour ce dernier point, il semble difficile de croire à un scénario qui verrait les plus gros producteurs abandonner la manne financière que leur procure l’exploitation du charbon.

3Coal SA

Plusieurs grandes banques ont déjà décidé de se retirer du secteur.

Même problème avec les grands consommateurs qui ne disposent pas d’alternatives aussi efficaces et disponibles immédiatement. Les restrictions qui limiteront drastiquement la production ou la consommation mondiale pourraient donc se limiter aux discours. Des technologies plus efficaces d’exploitation sont certes à l’étude ou déjà implémentées, mais elles prendront du temps avant d’être généralisées (si elles le sont) et d’avoir un impact positif réel.

La voie la plus prometteuse reste donc de toucher aux portefeuilles des producteurs en les privant de fonds pour leurs investissements. Plusieurs banques utilisent déjà ce levier, à l’image de la sud-africaine Nedbank. Elle a ainsi annoncé qu’elle ne financerait plus de mines de charbon dès 2025. Le géant Goldman Sachs indiquait déjà en 2019 son intention de réduire son exposition au charbon, tout comme l’assureur français Axa qui s’est engagé à abandonner le charbon d’ici 2040. Si ces désistements se généralisent, alors le monde aura peut-être une chance d’en finir avec le charbon.

Emiliano Tossou

Lire aussi 

05/10/2018 - Le charbon comme source d’électricité en Afrique : le grand dilemme


Emiliano Tossou

Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

RDC : Denis Kadima Kazadi nommé à la tête de la CENI, l’opposition proteste

Dette du Tchad envers Glencore : de nouvelles discussions sont en cours

Togo : Faure Gnassingbé distingué par ONU Femmes pour sa politique d’égalité et d’équité genre

Le DG de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle suspendu suite à des soupçons de détournements des fonds

 
FINANCE

Cameroun : l’État officialise le plan de remboursement de 261,4 milliards de FCFA dus par la Sonara à 9 banques locales

Le fonds Ideas axé sur les infrastructures en Afrique australe clôture à 1,4 milliard $

PaySika obtient son premier financement, un an après sa création

La banque entièrement digitale Sparkle mobilise 3,1 millions $ pour soutenir son activité au Nigeria

 
AGRO

Togo : une unité de transformation de fruits et légumes installée à Tsévié

Cameroun : le brasseur SABC lance une ferme avicole capable de produire 90 000 poussins et 112 500 œufs par semaine

Tunisie : la BERD octroie 6 millions d’euros au producteur d’huile d’olive COGIA SA

Le Kenya veut renforcer le contrôle phytosanitaire de ses produits horticoles destinés à l’UE

 
ELECTRICITE

Le français Bouygues livre les lignes de transport du projet hydroélectrique de Nachtigal, au Cameroun

La BAD obtient 150 millions $ du Fonds vert pour le climat afin « d’éclairer le Sahel » à l’énergie renouvelable

Afrique du Sud : Eskom devrait s’adapter à l’évolution du secteur énergétique, selon André de Ruyter

Ouganda : 250 000 ménages en attente de raccordement au réseau électrique

 
HYDROCARBURES

Angola : prolongation du contrat de forage pour un puits record du monde en termes de profondeur

Deux firmes égyptiennes choisies pour fournir un distillateur atmosphérique à la raffinerie pétrolière d’Assiout

Occidental Petroleum cèdera ses parts dans les champs ghanéens TEN et Jubilee pour 750 millions $

En cas de statu quo, la demande pétrolière en 2050 sera supérieure à 100 millions b/j

 
TELECOM

Cameroun : Orange a inauguré son Digital Center à Douala, et annonce des extensions dans les universités publiques

Le parc technologique du Cap-Vert, d’une valeur de 40 millions €, sera prêt en juin 2022

Tunisie : 11e édition du Orange Summer Challenge, placé sous la thématique du recyclage des déchets plastiques

Angola : Unitel révèle avoir déjà investi 25 millions $ dans la préparation de son réseau pour la 5G

 
TRANSPORT

Bolloré Africa Logistics, une des puissantes branches africaines de Bolloré, serait mise en cession

Sénégal : l'opérationnalisation du Train express régional fixé au 24 décembre 2021 après plusieurs reports

Zimbabwe : le projet de construction de l’échangeur de Mbudzi dans le sud de la capitale se précise

Congo : les échanges avec l’Union européenne ont atteint 1,5 milliard EUR en 2020

 
ENTREPRENDRE

Mymanu Click, les écouteurs sans fil de Danny Manu qui traduisent en temps réel

La Camerounaise Anastasie Obama, spécialiste des crevettes fumées, reconnue ‘’Food Hero’’ par la FAO

Nafissatou Mamane, juriste de formation et pâtissière à succès au Niger

Pourquoi les fonds d’investissements ne financent pas les start-up dirigées par des femmes en Afrique

 
ECHO

Magazine Investir au Cameroun : zoom sur la place du Cameroun dans le commerce international

Présences militaires étrangères sur le continent africain en 2021 (Control Risks)

Niveau d’adoption des crypto monnaies en Afrique : le Top 5

Passeports africains les plus puissants au troisième trimestre 2021 : le classement Henley & Partners

 
FORMATION

Le fonds de réserve de l’université de Harvard dépasse les 50 milliards $

La BVMAC annonce la création d’une école de la bourse au Cameroun

Niger : 382 jeunes femmes formés dans plusieurs métiers dans la région de Zinder

Sikul, la plateforme gabonaise veut introduire l'e-learning au pré-primaire et au primaire.

 
COMM

Fespaco 2021 : des défis et des innovations pour un événement d’envergure continentale

RDC : cérémonie de remise des trophées Ligue 1 aux meilleurs acteurs 2021 sur Vodacom TV ce samedi à 18h

Afrique subsaharienne : Netflix et l'Unesco lancent un concours de courts métrages pour les cinéastes émergents

Afrique subsaharienne : la CAF lance un appel d'offres pour les droits TV de la Coupe d'Afrique des nations 2021

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

” Le Cameroun n’a pas de cimenteries ” Marc Sinclair MAMIAH, expert en stratégies industrielles