«L’argent de Kadhafi» a tant irrigué le système financier international…

«L’argent de Kadhafi» a tant irrigué le système financier international…

(Agence Ecofin) - Lagardère, Vivendi, France Télécom, Financial Times, EDF, GDF, Lafarge, Danone, Nestlé, Sanofi-Aventis, Nokia, Siemens, UniCrédit, Telefonica, Deutsche Telekom, Allianz … Les capitaux libyens sont partout.

Profitant pendant plus de 40 ans de la position stratégique de la Libye dans le secteur pétrolier, le colonel Kadhafi a organisé sa stratégie d’influence politico financière à travers plusieurs institutions dont la Banque centrale libyenne, qui gère 120 milliards de réserves de change et la Libyan Investment Authority (LIA), fonds souverain créé en 2006 et alimenté par les recettes pétrolières, avec des actifs estimés entre 50 et 70 milliards de dollars.

Voici le détail de la stratégie d’investissement de la Libyan Investment Authority en 2010 :

Portefeuille actions internationales : 6,8 milliards $

Le portefeuille actions est constitué des participations dans plus de 50 grandes firmes occidentales : Unicredit (premier actionnaire du groupe bancaire italien avec 7,5% du capital correspondant à la participation de la LIA et de la Banque centrale, montant de l’investissement 827 millions $), ENI (investissement de 586 millions $), Finmeccanica (2% du groupe de défense italien), Pearson Plc (participation de 3,25% pour 335 millions $ dans le groupe d’édition propriétaire du Financial Times), Rusal (participation de 1,43% pour 300 millions de dollars), Lagardère (1,19%), Lafarge (1,34%), EDF (0,94%), GDF (0,81%), France Télécom (1%), General Electric (investissement de 291 millions $), 10% de Wienerberger, numéro un mondial de la brique…

Le poids des participations italiennes est important en raison des relations historiques entre les deux pays et de la volonté du « Guide » de peser sur les décisions des dirigeants italiens. (Voir notre article http://www.agenceecofin.com/bourses/2308-975-libye-les-italiennes-et-francaises-en-forte-hausse-sur-les-bourses-de-milan-et-paris)

Participation en capital (en millions $)
Click to open image!

Click to open image!


Produits obligataires : 3,4 milliards $

La gestion de la moitié du portefeuille obligataire est confiée à Nomura, Western et Bank of New York. Environ 1 milliard est placé directement en bonds du trésor américain.

Nous notons aussi des achats d’obligations émises par les agences de développement comme l’Agence Française de Développement (10 millions $), KfW (15 millions $), Asia Development Bank (50 millions $), la Banque Européenne d’investissement (13,2 millions $), la Banque Africaine de Développement (10 millions $)…

Investissement dans les obligations (en millions de $)
Click to open image!

Click to open image!


Produits structurés, Private Equity, derivés actions : 5,3 milliards $ et de lourdes pertes…

La Société Générale a structuré pour la LIA des produits actions et crédit qui ont recueilli à eux seuls 1,8 milliard. Ces produits ont perdu plus de 800 millions $ au 30 juin 2010.

300 millions $ de perte sèche également sur un produit de Lehman Brothers, Constant Proportion Portfolio Insurance, qui devait assurer une garantie du capital à échéance.

Enfin des pertes importantes sur les produits structurés de Cheyne Capital (spécialiste des hedge funds en crédit corporate, équity et equity-linked.), Permal et Millenium.

Cinq fonds (Carlyle, Goldman Sachs, RBS, ABC Bahrein, Celtic Pharmaceutical) se partagent la gestion de l’allocation dédiée au non coté.

Carlyle qui a recueilli 75,4 millions $ de la LIA est un groupe d’investissement fondé en 1987 par Frank Carlucci, ancien directeur adjoint de la CIA, puis secrétaire à la Défense de Ronald Reagan. Depuis 2003 la direction globale de la firme est assurée par Louis Gerstner, ancien patron d'IBM. Parmi ses dirigeants, consultants et investisseurs, de nombreuses personnalités se sont succédé, telles que George H. W. Bush, James Baker, Georges Soros ou Olivier Sarkozy.

Goldman Sachs (GS), banque d’investissement à l’origine des comptes truqués de la dette grecque, gère pour le compte de la LIA près de 100 millions $. GS est extrêmement influente en raison de la position de ses anciens directeurs : Mario Draghi, ancien président de Goldman Sachs Europe prend la présidence de la Banque centrale européenne et Henry Paulson ancien directeur général de Goldman Sachs est secrétaire au Trésor américain depuis 2006…

La valeur des dérivés (option, put&collar, forward&collar) sur actions (EDF, Citigroup...) de 1,2 milliards $ au moment de l’investissement n’était plus évalué qu’à 20 millions $ au 30 juin 2010.

Produits structurés (en millions de $)
Click to open image!

Private Equity (en millions $)
Click to open image!

 

Filiales consolidées : 16,7 milliards $ 

Filiale Libyan African Portfolio : 5,1 milliards $

Le Libyan African Portfolio (LAP) dirigé par Béchir Salah Béchir, directeur de cabinet de Kadhafi a pour vocation de réaliser des investissements rentables en Afrique.

Son portefeuille comprend le fonds Libyan African Investment Company (Laico), la compagnie aérienne Afriqiya Airways, l’operateur télécom Lap Green Networks (avec des participations dans Uganda Telecom, Sonitel au Niger, Sotel au Tchad, Rwandatel...), la Banque Sahélo-Saharienne pour l'Investissement et le Commerce…

Filiale Oil Invest : 937 millions $

Oil Invest contrôle le groupe Tamoil principalement actif dans l’aval pétrolier avec une présence en Suisse, Allemagne, Espagne, Pays-Bas et Afrique (à travers OilLybia). Tamoil a réalisé un chiffre d’affaire de 7,5 milliards d’euros en 2009.

Click to open image!


Dépôts à terme et cash : 20 milliards $

Les dépôts à termes et de « cash » en devises internationales constituent également une part importante de l’actif de la LIA.