Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Lancement de l’application mobile « Je parle le Bassa 2.0 »

( JPLB 2.0) - La nouvelle application « Je parle le bassa 2.0 » sera présentée le 24 juin lors d’un événement au Onze Home, nouvelle adresse parisienne dédiée à l’Afrique, elle sera disponible dès demain sur Android.

Initialement lancé via une page Facebook en 2013, le pionnier de l’apprentissage des langues en ligne a conquis une communauté de plus de 10 000 personnes. Le bassa est une langue principalement parlée au Cameroun par environ 2 000 000 personnes et 800 000 locuteurs dans le monde. « Je parle le bassa 2.0 » s’adresse aux bassaphones et non bassaphones et veut attirer l’attention sur la survie des langues africaines régionales par l’apprentissage.

64 jplb3
 

L’application propose une cinquantaine de cours et exercices en anglais et en français afin de permettre l’apprentissage de la langue bassa. Lors de sa connexion, l’utilisateur peut sélectionner des exercices parmi une vingtaine de thèmes : conjugaison, grammaire, vocabulaire, calculs vie quotidienne. Chacun de ces thèmes est accompagné d’une image et d’une traduction en bassa. À la fin de chaque exercice, il obtient une note globale lui permettant d’évaluer son niveau.

« L’idée de développer ‘Je parle le bassa 2.0’ est née d’un besoin personnel et aujourd’hui ce sont plus de 10 000 personnes qui suivent le projet. Le lancement de l’application intervient aujourd’hui comme une étape décisive vers l’extension de la méthode "Je parle le …. 2.0" à d’autres langues africaines, "Je parle le Mina 2.0", "Je parle le Béti 2.0", "Je parle le Fang 2.0" », déclare Stéphie-Rose Nyot Nyot, fondatrice de « Je parle le bassa 2.0 ».

64 jplb2


En mai 2016, l’équipe JPLB 2.0 a mené une campagne de financement participatif qui lui a permis de lever plus de 7000 euros. Un site web bilingue anglais/français, un manuel de leçons et d’exercices, ont notamment été développés avec les fonds en septembre 2016.

À propos de JPLB 2.0 :
Je parle le bassa 2.0 est un projet voulant mettre en avant les bienfaits la diversité culturelle, et attirer l’attention sur la disparition des langues africaines. Ces dernières sont nombreuses à disparaître au fil des années. Depuis plusieurs siècles on dénombre plus de 3000 langues disparues.
Avec le concours et l’implication de ses parents, Stéphie Rose Nyot Nyot, lance la page Facebook en 2013. Je parle le bassa 2.0 s’est donné pour objectif de protéger ce patrimoine et cet héritage linguistique. Le projet a reçu une nomination auprès du World Youth Summit Award ainsi que le Prix du meilleur projet d’apprentissage digital au Cameroun. En savoir plus sur Je parle le basse 2.0


Ecofin Comm     


 
GESTION PUBLIQUE

La numérisation de l’économie africaine, un enjeu gouvernemental

Kenya : Uhuru Kenyatta se rendra en Chine pour négocier un nouveau prêt de plus de 3,6 milliards $ en faveur de son projet ferroviaire

Côte d'Ivoire : la Banque mondiale octroie plus de 420 millions $ pour développer des projets locaux  

Algérie: Issad Rebrab, première fortune du pays, placé sous mandat de dépôt

 
FINANCE

Nigeria : Guaranty Trust Bank démarre l'année 2019 avec une trésorerie et des avoirs équivalents en hausse de 198 milliards de Nairas

La firme de capital-investissement CDG Capital Private Equity investit dans un groupe hospitalier marocain

BNP Paribas confirme la vente imminente de ses banques de détail en Tunisie et au Gabon

La banque égyptienne Commercial International Bank ouvre un bureau de représentation en Ethiopie

 
AGRO

Kenya Breweries pourrait accroître le prix de la bière Tusker si la pression fiscale augmente

Maroc : trois barrages seront édifiés dans le Nord afin d'améliorer l’approvisionnement en eau

Afrique du Sud : l’industrie bovine retrouve l’accès à 10 marchés d’exportation

Afrique du Sud : la perspective d’augmentation des droits de douane sur la volaille inquiète

 
ELECTRICITE

Nigeria : PAS Solar a levé 10 millions $ pour électrifier 150 000 ménages  

Afrique du Sud : le Trésor décaisse 355 millions $ pour permettre à l’Eskom de faire face à ses obligations

La Centrafrique obtient 45 millions $ de la Banque mondiale pour une centrale solaire de 25 MW

Zimbabwe : trois producteurs indépendants ambitionnent d’implanter 100 MW de centrales solaires

 
HYDROCARBURES

L’ALSF accompagne le Rwanda dans la construction d’une centrale de 56 MW avec le méthane du lac Kivu

Angola : Sonangol confirme sa volonté de limiter ses activités à l’amont pétrolier

Soudan du Sud : 3 milliards $ d'investissements nécessaires pour développer le secteur énergétique

Egypte : le ministère des Finances annonce une nouvelle réduction des subventions au carburant et à l'électricité

 
MINES

Guinée : la société guinéenne du patrimoine minier rattachée à la présidence

La BAD soutient la lutte contre le travail des enfants dans les mines de cobalt en RDC

Madagascar : les populations s’opposent au développement du projet Toliara

RDC : Glencore nomme un nouveau PDG pour sa filiale Katanga Mining

 
TELECOM

L’Egypte et la Banque mondiale discutent des stratégies pour accroître la pénétration du haut débit dans le pays

Le zimbabwéen TelOne menacé d’éjection du capital de WIOCC pour défaut de règlement de ses engagements financiers

Ouganda: l’Etat envisage de renoncer au passif financier de 136,4 millions $ d’Uganda Telecom afin d’accélérer sa vente

Huawei prépare Maurice pour la 5G

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Comm