Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Côte d’Ivoire : pour 62% d’Ivoiriens, le gouvernement répond « plutôt mal » ou « très mal » à la préoccupation de création d’emplois (enquête)

  • Date de création: 08 janvier 2018 17:05

(Agence Ecofin) - Malgré toute la batterie de mesures prises par le gouvernement ivoirien en vue d’apporter une solution durable au problème d’emploi, le chômage continue de toucher de manière endémique, aussi bien les différentes tranches d’âge que le milieu de résidence, le sexe, ou le niveau d’instruction. A tel point que « l’emploi constitue actuellement le problème le plus important dont le gouvernement ivoirien devrait s’occuper, mais que celui-ci adresse plutôt mal. »

Ce sont là, les principales conclusions de la récente enquête d’Afrobaromètre, un réseau de recherche « panafricain et non-partisan » qui mène des enquêtes d'opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques, et d’autres questions connexes en Afrique.

A cet effet, l'équipe Afrobaromètre en Côte d’Ivoire, dirigée par le Centre de recherche et de formation sur le développement intégré (CREFDI), a interviewé 1200 adultes ivoiriens de décembre 2016 à janvier 2017. « Un échantillon de cette taille donne des résultats avec une marge d'erreur de +/-3% à un niveau de confiance de 95% » précise le rapport d’enquête rendu public en décembre 2017, et qui intervient après les enquêtes déjà menées dans le pays en 2013 et 2014 sur la question.

Une politique de l’emploi qui ne produit pas encore des résultats satisfaisants

L’enquête d’Afrobaromètre tend à démontrer que malgré « les efforts apparents » du gouvernement ivoirien, la politique de l’emploi ne semble pas encore donner des résultats satisfaisants en Côte d’Ivoire.

En effet, en vue d’apporter une solution durable au problème de l’emploi dans le pays, des institutions ont été créées ou mises à contribution par les autorités ivoiriennes. Il s’agit principalement du Fonds national de solidarité (FNS), de l'Agence nationale de la formation professionnelle (AGEFOP), du Fonds de développement de la formation professionnelle (FDFP), de l'Observatoire de l'emploi, des Conseils régionaux, de la Chambre de commerce et d'industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI). Et depuis 2015, de l’Agence nationale pour l’insertion et l’emploi des jeunes (Agence Emploi Jeunes).

De manière globale, ces programmes proposent des solutions basées principalement sur l'aide à l'insertion par (i) l'aide à l'embauche (formation professionnelle technique et apprentissage), l'auto emploi, (ii) le renforcement institutionnel, ainsi que (iii) les travaux à haute intensité de main-d'œuvre.

Toutefois, malgré cet arsenal de mesures et d’institutions, le chômage reste pour les ivoiriens le problème le plus important auquel le pays fait face et auquel le gouvernement devrait s’attaquer, fait savoir le rapport d’enquête. D’ailleurs, plus de trois ivoiriens sur cinq (62%) estiment que le gouvernement répond « plutôt mal » ou « très mal » à la préoccupation de création d’emplois. Cette proportion ayant néanmoins légèrement diminué depuis 2013 (de 71% à 62%).

Une situation de chômage qui touche environ 76% des ivoiriens

Selon les données de l’enquête, le chômage touche aujourd’hui environ 76% d’Ivoiriens. Parmi ceux-ci, on compte plus d’un Ivoirien sur deux (52%) qui n’ont pas d’emploi, mais qui n’en cherchent pas non plus. Une situation qui, selon Afrobaromètre, « révèle un apparent désabusement des intéressés », tout en laissant « présager une certaine inadéquation de la politique publique actuellement mise en œuvre en la matière ».

D’un autre côté, on répertorie un Ivoirien sur quatre (24%) qui n’a pas d’emploi mais qui en cherche. Quand on compte seulement 17% d’Ivoiriens qui travaillent à plein temps, et 8% exerçant un emploi à temps partiel.

Pour Afrobaromètre, cette situation peu reluisante dépeint un certain échec du processus d’insertion professionnelle. « Au total, même si globalement la proportion des Ivoiriens dans la population active ayant un emploi à plein temps a légèrement augmenté entre 2013 (28%) et 2016 (34%), force est de reconnaitre que la faible proportion actuelle invite les parties prenantes à plus d’efforts » fait remarquer le réseau de recherche panafricain.

« L’illusion du secteur agricole »

Selon l’enquête, le secteur agricole apparaît de loin comme le plus grand pourvoyeur d’emplois en Côte d’Ivoire. En effet, jusqu’à un Ivoirien sur quatre (25%) en situation d’emploi déclare être actif dans le secteur concernant l’agriculture/la ferme/la pêche/la foresterie. Toutefois, cette catégorie socioprofessionnelle connait un niveau de pauvreté vécue parmi les plus élevés.

06452-in-1-GestionPublique-6452-chomage-cote-divoire.jpg

Et pour cause, les acteurs du secteur de l’agroforesterie et assimilés sont régulièrement confrontés, plus que les acteurs de la plupart des autres secteurs d’activité, au manque de cinq besoins de première nécessité (nourriture, eau potable, médicaments ou soins médicaux, combustible pour la cuisson des repas, et argent). Une situation que le rapport qualifie « d’illusion du secteur agricole », eu égard aux performances que brandit fièrement la Côte d’Ivoire concernant ses productions agricoles.

Par ailleurs, en 2017, près de trois Ivoiriens sur quatre (74%) en situation d’emploi affirment être des travailleurs indépendants contre 15% pour le secteur privé et 9% pour ceux qui affirment travailler pour le gouvernement.

La proportion de ceux qui affirment être des travailleurs indépendants est en légère hausse depuis 2014 (de 70% à 74%), ce qui pourrait être une conséquence à la politique d’incitation du gouvernement à l’auto-emploi. Egalement de 2014 à 2017, une légère baisse est révélée pour le secteur privé (de 18% à 15%). Cet état de fait semble traduire, selon Afrobaromètre, un certain paradoxe « étant donné que le secteur privé connait une certaine effervescence due à l’entrée en activité de nombreux opérateurs économiques, ainsi que le secteur public qui est assez demandeur notamment dans des domaines tels que l’éducation ».

En outre, ceux des enquêtés affirmant être des travailleurs indépendants ont un score de pauvreté vécue plus élevé que ceux des secteurs privé et public, révèle l’enquête.

La recherche d’emploi, première cause d’émigration des Ivoiriens

Pour le réseau de recherche panafricain, il existe une dépendance entre pauvreté et emploi. Ainsi, de 2014 à 2017, la proportion d’Ivoiriens qui ont « toujours », « souvent », ou « quelques fois » manqué des premières nécessités (pauvres) est à la hausse (45% à 49%) révèle Afrobaromètre.

Face donc à ce problème de l’emploi, une grande majorité des ivoiriens (près de quatre Ivoiriens sur cinq, soit environ 80%) justifient le recours à l’émigration en évoquant comme raisons pouvant les amener à quitter le pays, cumulativement, la recherche de travail (35%), les difficultés économiques (31%), la pauvreté (8%), et de meilleures opportunités d’affaires (6%).

06452-in-2-GestionPublique-6452-chomage-cote-divoire.jpg

Ainsi, dans un tel contexte, il apparait crucial, selon Afrobaromètre, de militer pour une politique de l’emploi solide et adaptée. « Cette politique devrait favoriser des emplois durables, notamment en améliorant la capacité des activités grandement pourvoyeuses d’emplois à permettre à ceux qui les pratiquent l’accès aux besoins de première nécessité », conclut le réseau de recherche panafricain.

Borgia Kobri



Banner LNG Gestion et Economie

 
FINANCE

La société de paiement australienne Zip Co s’apprête à racheter la fintech sud-africaine PayFlex

Togo : coup d’envoi de la Plateforme Industrielle d’Adétikopé

ARM-Harith lance un fonds d'infrastructures climatiques urbaines de 250 millions $ pour l’Afrique de l'Ouest

La start-up nigériane 54gene lève 25 millions $ pour contribuer à la découverte de nouveaux médicaments

 
AGRO

Soudan : le géant turc Alapala lancera une usine de production d’aliments pour bétail d’ici février 2022

Côte d’Ivoire : les broyages de cacao ont atteint 54 000 tonnes en août

Le distributeur Carrefour reprendra 6 magasins de Shoprite en Ouganda

Côte d’Ivoire : Koudijs Animal Nutrition lancera son unité de fabrication d’aliments pour volaille d’ici août 2022

 
ELECTRICITE

GERD : Le Conseil de sécurité de l’ONU appelle à la poursuite des négociations avec l’Union africaine

Zimbabwe : le gouvernement demande l’aide du Mozambique et de la Zambie pour combler le déficit énergétique

Afrique du Sud : FirstRand ne financera plus de centrales à charbon

Le canadien Awesense et le ghanéen Arthur Energy Advisors aident le Ghana et la Sierra Leone à réduire leurs pertes d'électricité

 
HYDROCARBURES

Nigéria : 11 usines de gaz de pétrole liquéfié et 2 stations-service non autorisées fermées à Abuja

Nigeria : Dangote recherche un prêt pour financer sa méga raffinerie de pétrole

Libye : le gouvernement encourage le retour dans le pays des compagnies pétrolières occidentales

Egypte : meilleurs résultats pour la société publique d’exploitation des pipelines sur l’exercice financier 2020-2021

 
MINES

Le Ghana signe un accord de 1,2 milliard $ avec Rocksure International pour l’exploitation de la bauxite

Ouganda : aucun gramme d’or vendu en juillet, après l’instauration d’une taxe à l’export

Au premier semestre 2021, Gemfields renoue avec le profit en Zambie et au Mozambique

Contrebande d’or au Nigeria : le gouvernement veut instaurer la peine de mort pour les trafiquants

 
TELECOM

Orange Tunisie, avec l’appui de la Fondation Orange, lance son appel à projets Villages pour l’année 2021

L’Angola s’est mis en quête d’un partenaire pour la gestion et l’exploitation des infrastructures d’Angola Telecom

Le Bénin reçoit 40,2 millions $ de la Chine pour densifier son réseau télécoms à haut débit

Orange va céder environ 1% de plus de son capital aux salariés du groupe, notamment ceux d’Afrique

 
TRANSPORT

L’Angola et le Portugal scellent un accord de coopération en matière de transport routier

Mali : 27 millions USD pour l’aménagement de la voie de contournement de l’aéroport int’l de Mopti

Mali : 23 millions EUR de la BOAD pour la réhabilitation de la nationale n° 27, Bamako-Koulikoro

Bénin Terminal renforce ses équipements et se dote de deux nouveaux stackaces

 
ENTREPRENDRE

Avec Mando Foods&Co, Alain Branger promeut la consommation de produits agricoles ivoiriens

L’Ivoirien Moussa Badoh réussit à produire 35 tonnes de plantain par hectare

Burundi : les jeunes et les femmes au cœur de la promotion de l’entrepreneuriat et de la cohésion sociale (BAD)

Les Béninois Aurelle Noutahi et Basile Barrincio créent une alternative africaine à Google Images

 
ECHO

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

Via Ovétal, la Camerounaise Diane Njoya veut populariser les essences africaines dans le cosmétique

De retour du Gabon, Didier Raoult se déclare « très impressionné » par la qualité de la prise en charge Covid

 
FORMATION

5 écoles de commerce africaines parmi les 286 meilleures au monde (classement)

Maroc : le gouvernement lance « Campus connecté », un projet pour faciliter l’enseignement à distance

Le Rwanda annonce une académie spécialisée dans les drones

La Fondation Thomson Reuters lance une nouvelle formation sur le financement illicite en Afrique

 
COMM

Instagram propose un nouvel outil pour découvrir des entreprises

La Côte d’Ivoire annonce une subvention pour le personnel des médias à la retraite dès fin septembre

Nigeria : les autorités annoncent la fin de la suspension de Twitter pour « très bientôt »

Guinée : l’armée plus présente que jamais dans la distribution de l’information publique

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Le Top 10 africain des villes les plus chères en 2021

InfographieGP top 10 villes africaines les plus cheres