Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Comme lors de son fameux discours face à Emmanuel Macron à Accra, Nana Akufo-Addo fait de nouveau sensation à Dakar

  • Date de création: 05 février 2018 12:09

(Agence Ecofin) - Comme ce fut le cas lors de son discours mémorable prononcé à l’occasion de la visite officielle du Président français Emmanuel à Accra en décembre 2017, le Président ghanéen Nana Akufo-Addo s’est de nouveau illustré par son franc-parler en passe de devenir légendaire, à la 3ème Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), tenue le 02 février à Dakar. 

Devant un parterre de chefs d’Etats et de participants, le Président ghanéen a, tout d’abord, soutenu que l’éduction constituait l’un des défis majeurs pour l’Afrique, d’autant plus qu’elle possède la population la plus jeune de la planète. D’où la nécessité d’assurer une éducation adéquate à tous les jeunes enfants (« filles et garçons ») du continent. Ceci, en poursuivant deux principaux objectifs que sont notamment l’accès à l’éducation d’une part, et la qualité de l’éducation afin de leur permettre (aux jeunes) de faire face aux défis du 21ème siècle, d’autre part. 

Toutefois, ce sont les propos de Nana Akufo-Addo concernant le financement de l’éducation en Afrique qui auront été accueillis par un tonnerre d’applaudissements (à plusieurs reprises) de l’auditoire.

« J’espère que les contributeurs pour l’éducation en Afrique ne seront pas vexés, mais nous ne pouvons pas dépendre des autres pour financer l’éducation de nos pays » a-t-il déclaré. Ajoutant : « je ne le dis pas pour tourner le dos à ces nombreux bailleurs qui nous soutiennent. Mais si notre politique dépend d’autres bailleurs de fonds, si leur politique est réformée, nous allons souffrir. Toutefois, si nous définissons des politiques qui s’adaptent à nos besoins, ou à notre système, nous serons toujours au contrôle ».

Argumentant sur la capacité des pays africains à financer, eux-mêmes, leur système éducatif, Nana Akufo-Addo a pointé du doigt la corruption qui gangrène encore les économies du continent. « Est-ce que les fonds sont disponibles sur notre continent ? Oui. Nous en avons en abondance, si nous éliminons la corruption. Et si nous nous organisons pour avoir des arrangements plus prometteurs et plus attractifs pour exploiter nos ressources », a-t-il martelé. 

Un système de corruption qui, souligne-t-il, est la base de la fuite illicite d’importants capitaux hors du continent. « 50 milliards $ sont envoyés hors de l’Afrique à des fins illicites. Pouvez-vous imaginer ce que ces fonds auraient pu faire si nous n’avions pas fermé les yeux et n’étions pas restés inactifs devant cette fuite des capitaux ? », s’est indigné Nana Akufo-Addo. 

Poursuivant, il a rappelé que « cela est notre défi que de nous organiser afin que les nombreuses richesses de ce continent, pour la première fois dans l’histoire moderne, soient utilisées pour servir les populations sur le continent et non ailleurs ».

« Si nous sommes en mesure de combler ce fossé, nous allons revenir ici, à Dakar, pour discuter de l’éducation. Mais nous ne parlerons plus de financement », a insisté le Président ghanéen. 

Concluant son propos, Nana Akufo-Addo s’est voulu assez clair afin de lever toute incompréhension à l’endroit des bailleurs de fonds. « Pour que je ne sois pas incompris, je dis aux contributeurs que vous êtes les bienvenus. Mais je pense qu’il est important, pour nous, de changer notre état d’esprit. Nous avons les capacités en nous, pour nous développer et promouvoir l’intérêt de notre continent. Faisons-le »

A noter, par ailleurs, que cette troisième conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) a permis de recueillir 2,3 milliards $ de promesses de financement, pour un objectif initial de 3,1 milliards $. 

Ce niveau d’engagement des pays donateurs est toutefois en augmentation par rapport au montant de 1,3 milliard $ reçus par le Partenariat mondial pour l’éducation au cours des trois dernières années. 

Lire aussi

01/02/2018 - Emmanuel Macron et Jim Yong Kim à Dakar pour soutenir la levée de 3,1 milliards $ destinés à l’éducation de 870 millions d’enfants

08/12/2017 - Nana Akufu-Addo : les gènes de l’héroïsme


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Oragroup annonce des résultats 2018 en forte progression et la nomination d’un nouveau DG

Le gestionnaire sud-africain Investec Asset Management devient le premier actionnaire du fournisseur de logiciels wiGroup

MTN Nigeria est déjà en bourse, mais le grand public devra encore patienter pour acquérir ses actions

Cameroun: 15 milliards FCFA de dividende pour les actionnaires du groupe SABC au compte de l'exercice 2018

 
AGRO

Sénégal : les producteurs de la région de Kaffrine mieux outillés grâce à l’information climatique

Afrique du Sud : le bénéfice d’exploitation d’Astral Foods dégringole sur le premier semestre 2019

Kenya : les importations de vêtements d'occasion ont atteint 170 millions $ en 2018

Côte d'Ivoire: le volume de noix de cajou transformé prévu pour atteindre 130 000 tonnes en 2019

 
ELECTRICITE

La Namibie désire satisfaire elle-même 80% de sa demande électrique d’ici 2022

La Banque mondiale exclut pour 15 mois, la compagnie Sieyuan Electric pour fraudes

Le marché africain du solaire photovoltaïque pourrait peser 30 GW d’ici 2030 selon une étude allemande

L’initiative Power Africa a aidé à la mobilisation financière de 121 projets de 10 000 MW de capacité totale

 
HYDROCARBURES

Nigeria : la police de l’Etat de Rivers révèle que cinq travailleurs du secteur pétrolier ont été enlevés

Libye : la Sirte Oil Company achève avec succès un programme de tests de puits sur le champ Istiklal

L’Italie s’engage à importer du gaz naturel algérien jusqu'en 2027

Tanzanie : le retard du projet de GNL pourrait amenuiser les chances du pays d’attirer des IDE (Deloitte)

 
MINES

Afrique du Sud : l’AMCU n’obtient pas l’annulation de la transaction entre Sibanye et Lonmin  

Madagascar : Denham Capital veut investir dans le projet de zircon Beravina

Guinée : le milliardaire Robert Friedland envisagerait d’investir dans le secteur du fer

Namibie : Debmarine investira 468 millions $ pour construire un septième navire de récupération de diamants  

 
TELECOM

Les Seychelles envisagent une stratégie pour développer la technologie financière

Ouganda: MTN remporte le marché de fourniture de l’accès à Internet aux députés, évalué à 16,5 millions de shillings par mois

Côte d’Ivoire : les MTNers se sont enjaillés à la Djossy Party

Kaspersky Lab ouvrira un bureau au Rwanda, avec l’ambition d’étendre sa présence en Afrique de l’Est

 
COMM

L’Etat camerounais est désormais propriétaire d’Afrimedia SAS, le diffuseur d’Africa 24

Côte d’Ivoire : au Discop, les acteurs de l’audiovisuel veulent penser l’avenir du secteur

Nigeria : le ministre de l’information aurait validé, dans le cadre du passage à la TNT, un paiement à l’origine d’un scandale de corruption

Côte d’Ivoire-TNT : le gouvernement plafonne les prix du décodeur et de l’antenne UHF

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance