Angola: le gouvernement veut privatiser 74 entreprises publiques d'ici les prochaines années  

Angola: le gouvernement veut privatiser 74 entreprises publiques d'ici les prochaines années  

(Agence Ecofin) - L’Etat angolais envisage de privatiser 74 de ses entreprises publiques, d’ici les prochaines années. C’est ce qu’a indiqué le gouvernement, dans une note d’informations envoyée aux investisseurs dans le cadre de son opération d’émission d’obligations. 

Selon le document, ce plan vise à long terme, à réduire les interventions de l’Etat dans une économie fortement centralisée. Ainsi, le gouvernement prévoit de vendre la totalité de ses actions dans les 74 sociétés qui feront objet du plan de privatisation. Si aucune information officielle n’a été communiqué sur les noms des entreprises ciblées, une source proche du dossier indique néanmoins que les ports du pays, la compagnie aérienne nationale TAAG, la Banque du Commerce et de l’Industrie (BCI) ainsi que la compagnie d’assurance Ensa devraient figurer sur la liste.

Cette stratégie entre dans le cadre du plan national de développement et de diversification de l’économie, initiée par le gouvernement Joao Lourenço (photo). Cela devrait permettre au gouvernement du deuxième producteur africain de pétrole, de limiter son ingérence dans l’économie au strict nécessaire, surtout dans le domaine industriel, afin de redonner un second souffle à une économie dominée par les influences du système soviétique depuis l’indépendance en 1975. 

Rappelons qu’entre 2013 et 2017, 29 entreprises angolaises avaient déjà été privatisées, générant 23,4 millions $ de recettes à l’Etat angolais, dans le cadre de la loi sur la privatisation adoptée en 1994. Le nouveau gouvernement a également indiqué qu’elle souhaitait actualiser cette loi afin que « les privatisations  futures  se  déroulent  dans  le cadre d’un processus clair et concurrentiel ».

Notons que 3 milliards de $ devraient être réunis par cet Etat d’Afrique australe à travers une émission de titres obligataires dont le processus débute ce mois. 

Moutiou  Adjibi  Nourou


Ecofin Gestion Publique     


Player