Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Depuis plus de 20 ans, l’Afrique distribue 78 milliards $ par année au reste au monde…

  • Date de création: 14 décembre 2016 13:36

(Agence Ecofin) - Entre 1980 à 2012, les volumes de capitaux qui ont quitté l'Afrique ont été plus importants que ceux qu'elle a reçus, apprend-on d'un rapport publié le 5 décembre 2016 par le Global Financial Integrity. Au total, ce sont 1712,5 milliards $ que le continent a perdus, soit en moyenne 78 milliards $ par an.

A l'origine de cette situation, le rapport pointe tout d’abord les sociétés multinationales avec leurs méthodes d’optimisation et d'évasion fiscales. L'empreinte la plus forte se situe dans le domaine des industries extractives (mines et hydrocarbures) où de grands groupes tirent avantage des économies d'échelle, mais réalisent surtout des montages comptables et fiscaux qui réduisent fortement la base imposable ou la quote-part des pays hôtes.

L'autre responsable de cette hémorragie est l'ensemble des paradis fiscaux. Ces juridictions qui gèrent souvent des actifs plus importants que leurs produits intérieurs bruts, sont des refuges tant pour des placements licites, en quête d’investissements rentables et peu taxés, que pour des placements illicites liés à des trafics illégaux ou des dissimulations des rentes. L'exemple du Nigéria, un des pays souvent classé dans le top des plus corrompus dans le monde et dont certains responsables ont été cités dans le scandale des Panama Papers, illustre cette corrélation avec les paradis fiscaux. Entre 2007 et 2011, la Banque centrale a transféré notamment dans les Iles Caïman, Singapore, la Suisse et 7 autres juridictions à fiscalités souples près de 4 milliards $. Les transferts des individus et des entreprises ont été deux fois et demi plus importants (9,7 milliards $).

La troisième cause de la sortie nette des fonds hors d'Afrique est la faiblesse des institutions et des administrations dans ces pays. Cette faiblesse les place en infériorité dans les négociations avec des multinationales beaucoup plus puissantes, qui peuvent payer cher des cabinets spécialisés capables de trouver des failles dans la législation, ou d'influer fortement dans les négociations pour obtenir des contrats avantageux.

Le problème est aujourd'hui connu et fait l'objet d'attention de plusieurs instances, notamment l'OCDE, du G20 et des instances onusienne. Mais le Global Financial Integrity estime qu'il faudrait aller au-delà et discuter du problème dans un cadre de concertation plus large. Un grief qui avait déjà été soulevé par le Financial Transparency Coalition, qui relevait que les mesures de collaborations fiscales de l'OCDE n'avaient pas été adoptées avec la participation effective des pays notamment en développement, dont ceux d'Afrique.

L'étude qui a mobilisé plusieurs centres de recherches économiques en Afrique (Nigéria), en Europe (Norvège) et en Amérique Latine (Brésil) a adopté une méthodologie particulière pour arriver à ces résultats. Elle place sur les deux côtés d’une équation, l’ensemble des transferts en provenance et ceux en partance de l'Afrique, y compris ceux qui ne font pas l'objet de transferts monétaires (remise de dette), les transferts des migrants et ceux en provenance d'autres paradis fiscaux, ou de sources non enregistrés dans les comptabilités publiques.

Idriss Linge



Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Tourisme : la Côte d’Ivoire veut devenir la 5e destination touristique africaine d’ici les quatre prochaines années

L'Egypte souhaite porter le différend autour du GERD à la COP26

Covid-19 : l’UEMOA discute d’une réouverture prochaine des frontières fermées depuis au moins 18 mois

Les Pays-Bas et l’ITC signent un accord pour revitaliser le secteur du commerce en Afrique

 
AGRO

Bénin : un projet agricole financé par la BAD renforce la résilience des populations dans le nord-est du pays

Les minoteries brésiliennes font de la résistance face au blé transgénique argentin

Côte d’Ivoire : « Le différentiel de revenu décent sur le cacao est parti pour durer » (CCC)

Tanzanie : Serengeti Breweries lance sa première usine de production de spiritueux

 
ELECTRICITE

DFC investit 10 millions $ dans la plateforme d’énergie solaire de Nithio

Malawi : le gouvernement prévoit le raccordement gratuit de 126 000 ménages ruraux à l’électricité

Burundi : la BAD finance un projet d’accès à l’énergie à hauteur de 29 millions $

Nigeria : le Parlement approuve un projet de loi sur la réforme du secteur électrique

 
HYDROCARBURES

Le Nigéria entend améliorer sa production de brut pour atteindre 1,88 million b/j en 2022

Shell vend ses actifs du désert occidental égyptien à Cheiron Petroleum et Cairn Energy

Sénégal : TMC choisi pour fournir le système d’air comprimé marin du FPSO de Sangomar

Angola : démarrage de la production pétrolière sur le projet Cabaça North, dans le bloc 15/06

 
MINES

AngloGold Ashanti : Graham Ehm, l’homme derrière le succès des mines d’or Obuasi et Geita, sur le départ

Angola : Pensana lance une nouvelle phase d’exploration au projet de terres rares Coola

Mali : la durée de vie de la future mine d’or Kobada passe de 9,5 à 16 ans

En Ethiopie, il faut seulement 8 millions $ pour lancer la production d’or à Segele

 
TELECOM

Egypte : le régulateur télécom et l’Autorité de la concurrence ligués contre les velléités anti-concurrentielles

La société LPTIC s’offre l'expertise stratégique et technologique de Retelit Med pour numériser la Libye

Ouverture de la 3ème édition de la Huawei ICT Competition Sénégal 2021 avec le MESRI, le MENT, l’ADIE, la Sonatel et Expresso

Dès le 1er octobre, le Ghana identifiera à nouveau ses abonnés télécoms

 
TRANSPORT

Kenya Airways inaugure des vols cargo directs entre l’Afrique du Sud et la RDC

Kenya : le port de Mombasa passe à la digitalisation du dédouanement des cargaisons à l’import et à l’export

Air Seychelles Cargo et Mahe Shipping Company réalisent avec succès le premier transbordement mer-air de l’archipel

Bolloré Transport & Logistics élue « meilleur fournisseur régional de services logistiques » aux East Africa Maritime Awards

 
ENTREPRENDRE

Un vélo pour produire de l’électricité, l’idée de Bongajum Lesley Ndzi

De l’oxygène à prix abordable, le pari réussi de l’entreprise Hewatele au Kenya

Rated 18 Shoes, marque zimbabwéenne de chaussures écologiques et socialement engagée

Gounou, la marque de chocolat fabriqué au Bénin

 
ECHO

A la rencontre de Léonie ANDJAYI, présidente de la coopérative Mas & Famille

Classement des banques togolaises les plus performantes en 2020 (infographie)

Transparence budgétaire des Etats africains (Department of State)

Emerson Sery, dit Commissaire Coco, étudiant et entrepreneur leader de la vente de noix de coco à Abidjan

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce des formations pour les acteurs des marchés publics

Maroc: des internautes lancent une campagne pour remplacer le français par l’anglais dans l’enseignement

L’Université du Rwanda va abriter le master en géologie du musée de l'Afrique en Belgique

L’UA lance son programme de bourse de formation pour les innovateurs technologiques africains

 
COMM

Brooksrock Media veut lancer Gisthouse, une plateforme panafricaine révolutionnaire de réseautage social audio

Nigeria : finalement MultiChoice a versé 19,4 millions USD de caution au fisc en attendant la décision du tribunal

Les groupes CANAL+ et Editis lancent Nathan TV: en route pour l'école !

Kenya : le régulateur interdit un documentaire gay, le qualifiant « d'affront à la Constitution »

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Le niveau de transparence budgétaire des pays africains (2021)

InfographieFinance classement niveau transparence budgetaire pays africains