Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Depuis plus de 20 ans, l’Afrique distribue 78 milliards $ par année au reste au monde…

  • Date de création: 14 décembre 2016 13:36

(Agence Ecofin) - Entre 1980 à 2012, les volumes de capitaux qui ont quitté l'Afrique ont été plus importants que ceux qu'elle a reçus, apprend-on d'un rapport publié le 5 décembre 2016 par le Global Financial Integrity. Au total, ce sont 1712,5 milliards $ que le continent a perdus, soit en moyenne 78 milliards $ par an.

A l'origine de cette situation, le rapport pointe tout d’abord les sociétés multinationales avec leurs méthodes d’optimisation et d'évasion fiscales. L'empreinte la plus forte se situe dans le domaine des industries extractives (mines et hydrocarbures) où de grands groupes tirent avantage des économies d'échelle, mais réalisent surtout des montages comptables et fiscaux qui réduisent fortement la base imposable ou la quote-part des pays hôtes.

L'autre responsable de cette hémorragie est l'ensemble des paradis fiscaux. Ces juridictions qui gèrent souvent des actifs plus importants que leurs produits intérieurs bruts, sont des refuges tant pour des placements licites, en quête d’investissements rentables et peu taxés, que pour des placements illicites liés à des trafics illégaux ou des dissimulations des rentes. L'exemple du Nigéria, un des pays souvent classé dans le top des plus corrompus dans le monde et dont certains responsables ont été cités dans le scandale des Panama Papers, illustre cette corrélation avec les paradis fiscaux. Entre 2007 et 2011, la Banque centrale a transféré notamment dans les Iles Caïman, Singapore, la Suisse et 7 autres juridictions à fiscalités souples près de 4 milliards $. Les transferts des individus et des entreprises ont été deux fois et demi plus importants (9,7 milliards $).

La troisième cause de la sortie nette des fonds hors d'Afrique est la faiblesse des institutions et des administrations dans ces pays. Cette faiblesse les place en infériorité dans les négociations avec des multinationales beaucoup plus puissantes, qui peuvent payer cher des cabinets spécialisés capables de trouver des failles dans la législation, ou d'influer fortement dans les négociations pour obtenir des contrats avantageux.

Le problème est aujourd'hui connu et fait l'objet d'attention de plusieurs instances, notamment l'OCDE, du G20 et des instances onusienne. Mais le Global Financial Integrity estime qu'il faudrait aller au-delà et discuter du problème dans un cadre de concertation plus large. Un grief qui avait déjà été soulevé par le Financial Transparency Coalition, qui relevait que les mesures de collaborations fiscales de l'OCDE n'avaient pas été adoptées avec la participation effective des pays notamment en développement, dont ceux d'Afrique.

L'étude qui a mobilisé plusieurs centres de recherches économiques en Afrique (Nigéria), en Europe (Norvège) et en Amérique Latine (Brésil) a adopté une méthodologie particulière pour arriver à ces résultats. Elle place sur les deux côtés d’une équation, l’ensemble des transferts en provenance et ceux en partance de l'Afrique, y compris ceux qui ne font pas l'objet de transferts monétaires (remise de dette), les transferts des migrants et ceux en provenance d'autres paradis fiscaux, ou de sources non enregistrés dans les comptabilités publiques.

Idriss Linge


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

Afrique du Sud: le ministère de l'Environnement élabore une stratégie d'adaptation au réchauffement climatique

Le Zimbabwe mobilise 500 millions $ auprès de banques internationales pour réduire la pénurie de liquidités

Soudan: l’Arabie saoudite dépose 250 millions de dollars à la Banque centrale

Ghana: le gouvernement signe un accord avec Ethiopian Airlines pour la création d'une nouvelle compagnie aérienne nationale  

 
AGRO

Zimbabwe : Delta Corp se tournera vers ABInBev pour obtenir des intrants pour ses activités

La Tanzanie veut porter sa production rizicole à 4,5 millions de tonnes d’ici 2030  

Nigeria : la banque centrale forme un comité pour dynamiser l’industrie textile  

Sénégal : les producteurs de la région de Kaffrine mieux outillés grâce à l’information climatique

 
ELECTRICITE

Le Sénégal désire s’inspirer de la Tunisie pour le rachat de l’électricité renouvelable auprès des particuliers

Ethiopie : le manque d’eau dans les barrages contraint le pays à des délestages et à la diminution de ses exportations

La Namibie désire satisfaire elle-même 80% de sa demande électrique d’ici 2022

La Banque mondiale exclut pour 15 mois, la compagnie Sieyuan Electric pour fraudes

 
HYDROCARBURES

Des actionnaires de Shell demandent à la société de modifier sa politique climatique, Shell refuse et obtient du répit

Libye : en avril, une hausse des recettes pétrolières

Tunisie : Serinus Energy annonce la reprise de ses activités d'exploitation de pétrole et de gaz

Nigeria : la police de l’Etat de Rivers révèle que cinq travailleurs du secteur pétrolier ont été enlevés

 
MINES

Maroc : la production de plomb a augmenté de 34,2% en 2018

Afrique du Sud : Amplats veut vendre ses mines Twickenham et Bokoni

Zambie : le président menace de rompre ses partenariats avec les compagnies étrangères

Afrique du Sud : l’AMCU n’obtient pas l’annulation de la transaction entre Sibanye et Lonmin  

 
TELECOM

L’Angola utilisera les satellites d’observation de la terre d’Airbus pour la surveillance de son territoire

MTN Côte d’Ivoire dote l’Agence Ivoirienne de Presse de matériels informatiques et numériques

Les Seychelles envisagent une stratégie pour développer la technologie financière

Ouganda: MTN remporte le marché de fourniture de l’accès à Internet aux députés, évalué à 16,5 millions de shillings par mois

 
COMM

La chaîne panafricaine A+ recompensée lors des Teranga Movies Awards

Guinée : les autorités lancent la phase opérationnelle du projet de mesure d’audiences audiovisuelles

L’Etat camerounais est désormais propriétaire d’Afrimedia SAS, le diffuseur d’Africa 24

Côte d’Ivoire : au Discop, les acteurs de l’audiovisuel veulent penser l’avenir du secteur

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique