Le patronat camerounais redoute une asphyxie programmée des entreprises en 2018

Le patronat camerounais redoute une asphyxie programmée des entreprises en 2018

(Agence Ecofin) - L’année 2018 devrait être encore plus difficile pour les entreprises installées sur le territoire camerounais. C’est du moins ce que pense le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), le plus ancien et le plus important regroupement des patrons du pays, dans un communiqué officiel publié le week-end dernier. 

«Le Gicam n’a pas été consulté sur le contenu de la Loi de Finances 2018, malgré ses demandes multiples et répétées. Bien plus, le Gicam a découvert avec étonnement et consternation, à la lecture du document paru et présenté par la presse comme étant l’avant-projet de Loi de Finances, que ses initiateurs n’ont pas pris en compte la quasi-totalité de ses propositions, pourtant dûment motivées et transmises au gouvernement en temps utile», se désole le regroupement patronal dirigé par Célestin Tawamba (photo). 

Mais, cette mise à l’écart du patronat dans le processus d’élaboration d’une loi pourtant «essentielle pour le secteur privé (…), au regard de son impact sur la fiscalité, la compétitivité et bien d’autres aspects vitaux des entreprises», n’est pas le seul grief que fait le Gicam au gouvernement camerounais. 

Ce regroupement patronal s’inquiète également d’une asphyxie quasi programmée des entreprises exerçant sur le territoire camerounais, si le projet de Loi de Finances qui sera examiné par les parlementaires, dans les prochains jours, venait à être adopté en l’état. Car, révèle le Gicam, «ledit document contient des dispositions qui, si elles venaient à être adoptées, imposeraient des contraintes insupportables aux entreprises, remettant ainsi en cause tous les efforts entrepris, ces dernières années, par le gouvernement et le Gicam, pour créer les conditions de la confiance au sein du secteur privé». 

Parmi les dispositions qui fondent les inquiétudes du premier regroupement patronal du Cameroun, il y a notamment, apprend-on, «l’augmentation attendue de la pression fiscale (au cours de l’année 2018), le caractère répressif du projet de Loi et l’affaiblissement du dispositif de remboursement des crédits de TVA (taxe sur la valeur ajoutée)». 

En effet, le Gicam soupçonne le gouvernement «de faire de l’exigence (…) d’accroître les recettes budgétaires, une source d’affaiblissement des entreprises sur le marché national et les marchés à l’exportation».

Brice R. Mbodiam 

Lire aussi:

02-11-2017 - Le Cameroun table sur une enveloppe budgétaire 2018 de 4513 milliards de FCfa, en hausse de 140 milliards de FCfa

06-11-2017 - Cameroun : le projet de loi de finances 2018 prévoit une nouvelle réduction du déficit budgétaire à 2,3 % du PIB 


Ecofin Gestion Publique     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance

GESTION PUBLIQUE TV

BoutonRS