Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

En Tunisie, déjà 6% de la production électrique est assurée par l’éolien

  • Date de création: 16 mai 2015 21:07

(Agence Ecofin) - Avec une puissance totale de 245 MW, la Tunisie est classée 3ème dans le monde arabe en termes de production d’énergie éolienne, derrière l’Egypte et le Maroc, nous a indiqué Abbes Miladi, chef du projet de centrale éolienne de Bizerte à la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz (STEG), précisant que 6% du parc de la production électrique de la STEG est garanti grâce à cette énergie verte.

Selon M. Miladi, la Tunisie a mis en place en 2000 la première centrale éolienne de Sidi Daoud, qui a été dotée, au départ, d’une capacité de 10,56 MW (via l’implantation de 32 appareils de type AE 32 d’une puissance unitaire de 330 kW) avant de réaliser deux extensions de 8,72 MW (en 2003) et 34,32 MW (en 2009), pour atteindre une capacité totale de 45 MW. « Aujourd’hui, la centrale de Sidi Daoud assure la production de l’électricité à hauteur de 120 GWh/an », a-t-il précisé.

La centrale de Bizerte a mobilisé un investissement de 305 millions d’euros

Le deuxième parc éolien construit en Tunisie est celui de Bizerte, dont la puissance totale s’élève à 190 MW. Il concerne deux sites, celui de Mételine et celui de Kchabta, avec une puissance de 95 MW chacun. Les installations ont été réparties dans les quatre délégations d’El Alya, de Ras Jebal, de Menzel Bourguiba et d’Utique. « Cette centrale a mobilisé un investissement global à hauteur de 305 millions d’euros (environ 660 millions de dinars), lequel a été financé grâce à un crédit contracté auprès du gouvernement espagnol avec un taux d’intérêt de 1,4%, une durée de remboursement de 30 ans et un délai de grâce de 10 ans », a fait savoir M. Miladi. Et de préciser que ce projet représente une production annuelle d’énergie à hauteur de 600 GWh, soit l’équivalent de la consommation moyenne annuelle d’électricité pour 250 000 foyers. « Partant, le projet de l’éolienne de Mételine- Kchabta a permis à la STEG d’économiser, annuellement, environ 150 000 TEP de combustibles, soit l’équivalent de plus de 100 millions de dinars (par an). » Faut-il bien noter, a ajouté le responsable, que ce gain en combustibles se traduit aussi bien par des économies d’exploitation que par une réduction des émissions de 300 000 tonnes de CO2, qui génère des revenus complémentaires, étant donné que l’opérateur électrique tunisien a enregistré le projet au Mécanisme de développement propre.

Les travaux de réalisation de la centrale de Bizerte ont été confiés à la société espagnole Gamesa, avec un taux d’intégration (intervention locale) à hauteur de 41%, notamment au niveau des études, des travaux de génie civil, de fabrication de tours, d’exploitation, de maintenance et de montage électrique et mécanique. D’après Abbes Miladi, la société Gamesa « est intervenue essentiellement pour la réalisation des études de conception et l’approvisionnement en fournitures nécessaires ».

 

La réalisation du projet s’est poursuivie durant la période 2009-2014

La réalisation de ce projet, dotée de 143 machines éoliennes, s’est faite en deux étapes. La première, qui s’est étalée durant la période 2009-2012, a consisté en la mise en place de 91 machines de type AE 61, d’une puissance unitaire de 1320 kW, pour une capacité globale de 120 MW. Quant à la deuxième étape (2012-2014), elle a concerné l’installation de 52 machines (AE 61) d’une capacité globale de 70 MW. Toujours selon Abbes Miladi, la mise en place des éoliennes s’est accompagnée de grands travaux, à savoir l’installation des machines, la réalisation de deux postes de transformation (haute tension de 90 kV et moyenne tension de 33 kV), la mise en place de deux lignes Mételine-Menzel Jemil et Kchabta-Mateur. Les travaux ont concerné également l’installation d’une entrée-sortie de la ligne Menzel Jemil-Menzel Bourguiba, sur le poste de Kchabta, et la construction de deux bâtiments d’exploitation pour la centrale à distance des aérogénérateurs. « Bien que les 143 machines soient déjà fonctionnelles depuis des mois, nous sommes en train d’installer, actuellement, un système de vidéosurveillance et d’anti-intrusion afin d’éviter les actes de pillage et de destruction, tels que ceux enregistrés en 2011. » Faut-il rappeler que les habitants des régions limitrophes avaient procédé à la destruction des équipements suite aux évènements de la révolution tunisienne. De gros dégâts avaient été enregistrés au cours de cette période marquée par une grande insécurité, dont notamment la destruction de cinq machines d’une valeur de plusieurs millions de dinars.

De nouveaux projets en vue

Toujours dans le cadre de la Stratégie tunisienne de développement des énergies renouvelables, la STEG continue à collaborer avec toutes les parties concernées par le secteur énergétique, notamment l’Agence tunisienne pour la maîtrise de l’énergie (ANME), afin de mener des études et des travaux de prospection pour identifier de nouveaux sites propices à l’installation de centrales éoliennes. « Ces études nous permettent de s’assurer du potentiel éolien (vitesse et direction du vent), mais aussi du potentiel du site lui-même, c’est-à-dire la proximité du réseau électrique, l’accessibilité du site (infrastructure), l’isolement relatif, en ce qui concerne l’aspect environnemental », a expliqué M. Miladi, ajoutant que les travaux de prospection ont permis, jusque-là, d’identifier quelques sites intéressants dans le sud tunisien, et précisément dans les gouvernorats de Kébili, Médenine et Gabès. Selon lui, l’ensemble de ces études servira à accélérer les procédures de réalisation de nouvelles centrales éoliennes dans ces régions, une fois la décision prise par les autorités tunisiennes.

Par Semia Abdelkefi pour le magazine ENERGIES AFRICAINES No2


Ecofin Electricité     


 
GESTION PUBLIQUE

Le FMI se prépare à supprimer la limite d’âge applicable au poste de directeur général de sorte à ouvrir la voie à une candidature bulgare

Rwanda: la Banque centrale envisage l'émission d'une monnaie électronique pour améliorer les transactions financières

Afrique du Sud: le gouvernement envisage de réaliser de nouvelles coupes budgétaires au cours des prochaines années

Soudan: Abdalla Hamdok devient le premier 1er ministre de l'ère post-Béchir

 
FINANCE

Afrique du Sud : l'assureur Old Mutual maintient le renvoi de son CEO malgré une décision contraire de la justice

Egypte : Banque du Caire va accorder une ligne de crédit de 34,6 millions $ à la société immobilière Inertia

Ghana : la Banque centrale proroge jusqu’en 2020, le délai accordé aux banques rurales et institutions de microfinance pour se recapitaliser

Quelles astuces pour les Institutions de Microfinance qui souhaitent réussir leur transformation digitale ?

 
AGRO

Kenya : les exportations de thé en chute de 31 % dans le mois de juin

Zimbabwe : record en vue pour les livraisons de tabac en 2019

Afrique du Sud : la production de myrtilles devrait connaître une hausse de 45% en 2019

Afrique du Sud : l’inquiétude monte dans l’industrie de la laine face à l’interdiction chinoise

 
HYDROCARBURES

Soudan du Sud : Salva Kiir met en garde les compagnies pétrolières contre la mauvaise gestion

103 milliards $ d’investissements attendus dans le secteur africain du gaz naturel liquéfié, avant fin 2019

Nigeria : le président Buhari limoge le ministre du Pétrole Ibe Kachikwu

L’OPIC finalise son accord de prêt de 40 millions $ avec la société énergétique sud-africaine Renergen

 
MINES

Mali : vers une coentreprise entre Altus et Glomin sur les projets aurifères Lakanfla et Tabakorole

Tanzanie : Katoro Gold veut céder ses projets aurifères Imweru et Lubando

Le Mali adopte un nouveau code minier pour augmenter la contribution des mines à l’économie

L’avalanche de nouvelles sources d’approvisionnement n’augure pas d’un bon avenir pour le lithium (CRU)

 
TELECOM

Sénégal : le gouvernement investit 50 milliards FCFA pour l’aménagement numérique du territoire

Selon Gartner, les smart cities, l’IoT et les satellites en orbite basse transformeront le monde des affaires en Afrique d’ici 2029

Harriet Thompson : « la Grande-Bretagne porte un grand intérêt au secteur nigérian des TIC »

Nigeria : 693 tours télécoms menacées de destruction par la NCC, après les 7 000 de la NCAA

 
FORMATION

L’Université Senghor d’Egypte lance un cours en ligne grand public sur la paix et la sécurité en Afrique francophone

Les universités anglophones sont les plus présentes sur le Web en Afrique, selon le classement Webometrics

Tchad : 19 établissements privés de l’enseignement supérieur fermés

Le Centre pour la science et l’environnement organise deux formations sur la gestion des eaux usées en milieu urbain en Afrique du Sud

 
COMM

Afrique : l'influence chinoise croissante sur le paysage médiatique ouvre un nouveau champ de bataille avec les USA

Warner Music confie le marketing digital de sa filiale sud-africaine à l’agence locale Flume

MultiChoice baisse les prix de ses bouquets de télévision pour résister à Netflix

L'Algérie expulse Ahmed Benchemsi de Human Rights Watch

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Electricité