Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Les femmes d’affaires gagnent du terrain au Cameroun

  • Date de création: 29 octobre 2012 03:54

(Agence Ecofin) - Engagées dans le secteur informel ou dans des entreprises un peu plus structurées, les femmes camerounaises veulent davantage participer au développement si certains obstacles sont levés.

D’après une enquête de l‘Institut national de la Statistique (Ins), de manière générale, le taux d’activité des hommes (87,3%) est plus élevé au Cameroun que celui des femmes (82,4%). Si l’activité des femmes vient bien en arrière, elle a néanmoins progressée. Car en 2007, le taux d’activité des femmes (âgées de 15 à 65 ans) au sens du BIT au Cameroun était de 78,8%.

Aujourd’hui, les femmes sont de plus en plus entreprenantes et dynamiques. Les associations de femmes chefs d’entreprises veulent s’imposer et participer au développement. Le Groupement des femmes d’affaires du Cameroun (Gfac) vient en tête avec plus de 480 adhérentes. « Mais, nous avons environ 300 femmes actives qui payent leurs cotisations », précise Hélène Tioma, la directrice exécutive du Gfac. Elle se vante d’ailleurs du fait que les femmes aujourd’hui apportent beaucoup au développement économique du Cameroun. Mais le Gfac n’est pas seul. « Il n’y a pas plus de quatre associations de femmes chefs d’entreprises. La première c’est le Gfac, créé en 1985. Entretemps, il y a d’autres qui naissent et meurent », explique Hélène Tioma.

En retour, elles partagent leurs expériences, sont formées à des sujets précis et sont informées sur les opportunités d’investissement et les possibilités de voyage.

Initiatives

Parmi ces femmes, on peut citer Célestine Ketcha Courtès. Elle n’est pas seulement femme d’affaires. C’est également elle qui a été élue maire de la ville de Bangangté dan la région de l’Ouest. Elle a mis sur pied une poissonnerie Qween Fish Cameroon qui veut vite briser le quasi-monopole de Congelcam, le leader du marché de la distribution du poisson.

A coté de Célestine Ketcha, il y a Françoise Foning. Celle-ci est également maire à Douala. Avant de mettre sur pied le groupe qui porte son nom, elle commence en 1996 par un restaurant, le New Style. Ensuite, avec le succès du restaurant, elle achète des voitures qu’elle transforme en taxi.

Elle achète aussi à un Italien Anflo, une usine de fabrication de meubles. Se lance par la suite dans l’import-export. « J'ai créé une société qui s'appelait Socamac. Je faisais venir de l'huile d'arachide, des cuisses de poulet congelés et des gigots de bœuf, du riz, etc. », confie-t-elle à Les Afriques. Viendront par la suite une clinique (polyclinique de la Main noire), un collège (la Fraternité) et les bâtiments et les travaux publics.

A côté de ces initiatives, les femmes camerounaises s’illustrent davantage dans le secteur informel. D’après Henriette Françoise Nyindi, femme politique, « à peu près 08 femmes entrepreneurs sur 10 exercent dans le secteur informel et gagnent en moyenne deux fois moins que les hommes. Par ailleurs, les études montrent que les femmes interviennent assez peu dans la création d’emplois dans la mesure où seules 5% des femmes entrepreneurs utilisent une main d’œuvre salariée de plus de 10 personnes, pendant que 40% opèrent sans aucun personnel salarié (BIT, 2004) ».

D’après les résultats d’une enquête emploi secteur informel de 2005, environ 9 femmes sur 10 en âge de travailler participent au marché du travail et assurent la quasi-totalité de la production vivrière.

Hypothèque

L’on retrouve ces femmes dans le domaine de l’agroalimentaire, de la confection, du textile, de l’artisanat ou encore de la restauration. « L’examen du fonctionnement de ces secteurs d’activités met en évidence des problèmes liés notamment à l’accès difficile à l’offre de formation professionnelle, au manque de débouchés pour les productions, à l’accès particulièrement limité au crédit », observe Henriette Françoise Nyindi.

D’où l’appel du Gfac. « C’est vrai que le gouvernement appuie déjà l’entreprenariat féminin. Mais, nous souhaitons que l’Etat finance l’entreprenariat féminin. Nous souhaitons que l’Etat mettre en place un fonds de garantie ou encore des banques d’investissements. Car notre principal c’est l’obtention des financements. Notre plus gros problème c’est le financement de l’entreprenariat féminin. Les hypothèques, les femmes n’en ont pas. Or, les femmes sont les meilleures en matière de remboursement. Actuellement, les femmes ont des problèmes pour garantir leurs prêts dans les banques commerciales, car elles n’ont pas de titre foncier. Ce qui rend difficile l’obtention des prêts ».

Mais en plus des financements, « les femmes entrepreneurs (…) ne bénéficient pas de surcroît d’un accompagnement structuré, ce qui n’offre in fine que des moyens de subsistance pour une grande majorité des promotrices », note Henriette.

Du côté du gouvernement, l’on affirme que les femmes représentent environ 51 % de la population totale du Cameroun et sont 52 % dans la population pauvre. Il promet de s'employer à favoriser l'accès des femmes aux facteurs de production en vue d'améliorer leur productivité et de diminuer la pénibilité de leurs travaux et améliorer le cadre juridico-institutionnel des femmes.

C’est pourquoi l’Etat a mis sur pied en 2004 un ministère chargé de la Promotion de la femme. Avec pour objectifs, entre autres, la promotion de l'entreprenariat féminin et de l'auto emploi en milieu féminin ou encore l'amélioration de la circulation de l'information utile en milieu féminin.

Ayissi Le Beau


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

L'Ouganda réhausse ses perspectives de croissance à 6,3% en 2019/2020

Kenya: 10,1 milliards de dollars rapatriés en trois ans dans le cadre d’une amnistie fiscale

Burkina Faso : le Parlement approuve l’octroi de 8 millions par l’IDA pour un projet de résilience climatique

Brexit : après un énième échec politique, la Première ministre Theresa May va jeter l'éponge

 
AGRO

Le Kenya veut porter sa production caféière à 100 000 tonnes, à moyen terme

Maroc : des droits de douane de 135% frapperont les importations de blé tendre, à partir de juin

Côte d’Ivoire : le CCA annonce une suspension des autorisations d’exportation de noix de cajou

Burkina Faso : le gouvernement octroie 11,3 milliards FCFA pour apurer la dette des producteurs de coton

 
ELECTRICITE

Sénégal : réception des 46 turbines éoliennes du parc éolien de Taïba Ndiaye

Rwanda : BBOXX obtient 8 millions $ en francs rwandais pour étendre sa part de marché

Maroc : le consortium mené par EDF remporte la construction d’une centrale solaire de 800 MW

Algérie : 20 millions $ consacrés au réseau de distribution d’El Oued en six ans

 
HYDROCARBURES

BW en passe de devenir une entreprise pétrolière E & P

Côte d’Ivoire : le gouvernement attribue quatre blocs d’exploration pétrolière à Total et Eni

La Sierra Leone rouvre son quatrième cycle d’octroi de licences pétrolières

Namibie : Calima Energy va céder ses parts dans le bloc PEL 90 à la filiale locale de Tullow

 
MINES

Zimbabwe : B2Gold s’intéresserait au projet d’or Shamva

Kinross : de nouveaux visages pour une nouvelle ère en Mauritanie

Tanzanie : Strandline lève des fonds pour ses projets Fungoni et Tajiri

Le Ghana en quête d’investisseurs pour exploiter ses ressources de bauxite

 
TELECOM

« Plus de murs », c’est le message de Ken Hu, Vice-Président de Huawei, le 23 mai 2019 lors de la Conférence de Potsdam sur la cybersécurité

Kenya : Safaricom propose à Vodafone 12 millions € pour les droits de propriété intellectuelle du M-Pesa  

Nigeria: MTN a jusqu’au 31 mai pour verser la dernière tranche de son amende écopée en 2015

Afrique du Sud : Cortex Group lance une société de capital-risque dédiée au soutien financier des start-up orientées vers l’IA

 
FORMATION

Insead Business School annonce le lancement de sa bourse en MBA pour les étudiants africains

La Harvard Business School Online ouvre un cours grand public sur les technologies financières

Lambda School lance son programme de formation en ligne, accessible gratuitement aux jeunes développeurs de Côte d’Ivoire

La Banque mondiale propose un cours en ligne grand public sur les partenariats public-privé

 
COMM

Afrique francophone : Facebook va accompagner 10 000 PME dans leurs stratégies de marketing digital

Les métriques, la technologie et les réseaux sociaux ont changé la façon de travailler des journalistes dans le monde  

Zambie : les chaînes de télévision et de radio doivent désormais envoyer les enregistrements des programmes déjà diffusés toutes les deux semaines

Côte d’Ivoire : la chaîne d’informations 7info sera lancée sur la plateforme TNT du pays au dernier trimestre 2019

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique