L'électricien Eneo, filiale d'Actis, va s'appuyer sur des prêts bancaires pour intensifier ses investissements au Cameroun

(Agence Ecofin) - Accompagné des responsables d’Eneo, filiale camerounaise d’Actis, David Grylls, Senior Partner au sein du groupe britannique Actis, a rencontré le 10 avril à Yaoundé, le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motaze.

Au sortir de l’entretien, Joël Nana Kontchou (photo), directeur général d’Eneo, a expliqué à la presse que la rencontre entre M. Grylls et le membre du gouvernement vise à faire l’état des lieux des investissements d’Actis au Cameroun, notamment par dans le secteur de l’électricité. « Nous savons que la qualité de service peut être améliorée. Pour cette amélioration, nous avons besoin des investissements supplémentaires. Il faudrait qu’on regarde déjà le financement de ces investissements par des prêts à la banque. Donc il est question d’avoir une visibilité sur la concession d’Eneo. », a déclaré M. Nana Kontchou.

En s’engageant au Cameroun en juin 2014, le fonds britannique Actis a soumis au gouvernement camerounais, un programme d’investissement à partir des fonds propres et d’un emprunt à long terme de près de 200 milliards FCFA. Dans cette veine, Eneo affirme avoir déjà  mobilisé des facilités bancaires de court terme, à hauteur de 16 milliards. Actis, la maison-mère, compte injecter des fonds d’un montant de 25 milliards FCFA. Mais à une seule condition : l’effectivité de l’extension de sa concession au Cameroun au-delà de 2021.

Par ailleurs, Eneo est impliqué, entre autres, dans les études d’interconnexion entre le Tchad et le Cameroun, la centrale de Cholet qui devrait permettre d’alimenter le Cameroun et le Congo. La filiale indique qu’elle compte investir 900 milliards FCFA dans tous les projets où elle a des participations. La moitié de cette enveloppe globale servira dans le renforcement et l’extension des réseaux de distribution.

S.A


Ecofin Electricité     


Player


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Electricité