Ecofin Hydrocarbures
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Hydro

Comment la Guinée équatoriale a perdu des milliards $ pour une clause manquante dans un contrat

  • Date de création: 21 mai 2021 16:35

(Agence Ecofin) - En 2004, le producteur anglais de pétrole et de gaz BG Group, a signé avec la société publique équato-guinéenne du pétrole (GEPetrol) un contrat qui fait de la firme alors basée à Londres, l’offtaker exclusif de la future production de GNL du pays, d’une capacité de 3,4 millions de tonnes par an. Initialement prévu pour être livrée à un client en Louisiane aux Etats-Unis, le GNL équato-guinéen sera finalement commercialisé sur le marché asiatique. Un changement de destination qui va affecter le prix de vente du combustible en le multipliant par cinq. La Guinée Equatoriale, qui a déjà signé un accord de livraison de ce gaz pour 17 ans, ne bénéficiera pas de cette embellie. Décryptage.

L’accord le plus « sexy » qui soit

Avant de s’accorder avec les autorités équato-guinéennes sur l’achat du GNL de l’usine EG LNG, BG Group avait en amont, négocié la revente du GNL au terminal d’importation de Lake Charles, dans l’Etat américain de la Louisiane. Au moment de la signature en 2004, le prix du gaz était de 6 dollars par million d'unités thermiques britanniques (mmBtu). La demande étant dynamique dans un contexte de pénurie de l’offre, les experts et analystes prévoyaient une augmentation drastique imminente du prix.

1 BG gpeBG Group a touché le jackpot… et pour 17 années.

Malabo devrait alors toucher un pourcentage fixe de la vente du GNL à BG, qui est de 25%.

L’année d’après en 2005, le mmBtu est passé à 15 dollars. Mais l’euphorie suscitée par cette nouvelle sera de courte durée car le boom gazier des Etats-Unis, grâce au schiste, venait de commencer. Très rapidement, le GNL est passé en dessous de 4 dollars, entraînant une baisse des perspectives de recettes pour la Guinée équatoriale.

Mais l’euphorie suscitée par cette nouvelle sera de courte durée car le boom gazier des Etats-Unis grâce au schiste venait de commencer. Très rapidement, le GNL est passé en dessous de 4 dollars, entraînant une baisse des perspectives de recettes pour la Guinée équatoriale.

Cependant, l’accord comprenait une clause de flexibilité de destination pour le GNL. C’est à ce niveau que va se jouer le destin de la Guinée équatoriale.

En ce moment en Asie, il faut du gaz pour faire tourner l’une des économies régionales les plus gourmandes en énergie du monde. BG va en profiter pour tourner se tourner vers ce marché. La société conclura ainsi des accords de livraison pour lesquels le mmBtu est passé au dessus de 15 dollars. C’est cinq fois plus que le prix plancher que BG doit payer, quelle que soit la baisse des prix du gaz aux États-Unis. Mais le jackpot qui se profile à l’horizon ne profitera qu’à BG, car il n’existe pas de clause de renégociation entre ce dernier et la Guinée équatoriale.

C’est cinq fois plus que le prix plancher que BG doit payer quelle que soit la baisse des prix du gaz aux États-Unis. Mais le jackpot qui se profile à l’horizon ne profitera qu’à BG, car il n’existe pas de clause de renégociation entre ce dernier et la Guinée équatoriale.

Selon des sources commerciales qui se sont confiées à Reuters, le contrat de 2004 rapporte près d'un milliard de dollars par an à BG. Or, le projet EG LNG est l'une des opérations de GNL les moins coûteuses du monde, avec un coût d'exploitation, d'investissement et d'alimentation en GNL TTC d'environ 1 dollar par mmBtu.

« L'accord est parfaitement légal », avertit Howard Thill, vice-président des relations avec les investisseurs chez Marathon Oil, une société américaine qui possède 75% des intérêts de l’usine de production EG LNG.

Proportionnellement au volume, jamais un accord de vente de GNL n’a été aussi lucratif. Si du côté équato-guinéen, on espérait sans vraiment le montrer un geste de bonté de la part de la société anglaise, il n’en sera rien.

« Le contrat avec BG est le contrat le plus sexy qui soit », s’est, pour sa part, alors exclamé Huber, consultant en GNL et avocat spécialisé dans les contrats énergétiques. Pour les analystes, il s’agit d’un véritable coup de Poker. En 2012 par exemple, BG a généré environ 40 % de son bénéfice d'exploitation de 2,6 milliards de dollars sur le GNL, grâce à cette seule transaction.

Proportionnellement au volume, jamais un accord de vente de GNL n’a été aussi lucratif. Si du côté équato-guinéen, on espérait sans vraiment le montrer un geste de bonté de la part de la société anglaise, il n’en sera rien.

BG ne veut pas partager

 En Guinée Equatoriale, on regrette de ne pas avoir négocié le contractant en mettant dans la balance toutes les possibilités. Le pays devrait alors assister impuissant à l’enrichissement de BG avec son gaz sans pouvoir rien n’y faire pendant 17 ans, de 2007 date du début de l’exploitation à 2024.

2 GabrielPour Gabriel Obiang Lima, alors vice-ministre de l'énergie, la situation est inacceptable.

« Si la Guinée équatoriale avait su que ce gaz allait être envoyé en Asie, la négociation aurait été différente. Cette situation n’a pas été bien accueillie par le gouvernement de la Guinée équatoriale », a rapporté NJ Ayuk, avocat associé chez Centurion, un cabinet d'avocats qui conseille le gouvernement sur les contrats pétroliers et gaziers.

Le pays devrait alors assister impuissant à l’enrichissement de BG avec son gaz sans pouvoir rien n’y faire pendant 17 ans, de 2007 date du début de l’exploitation, à 2024.

Excédé par la situation, en 2009, Gabriel Obiang Lima, alors vice-ministre de l'énergie, a tapé du poing sur la table et s'est publiquement opposé aux profits réalisés par BG en « détournant les cargaisons vers d’autres parties du monde ». Un coup de gueule qui a eu le mérite d’amener les deux parties à la table des négociations.

Si BG a clairement montré qu’il ne veut pas partager, le producteur a néanmoins consenti à verser à Malabo 12,5 % des bénéfices tirés de la vente du gaz en Asie, soit environ 20 millions de dollars par trimestre. A cela, il s’est engagé à financer des programmes sociaux en guise de compensation. Il s’agit de la construction de centres de santé, l’appui aux initiatives de santé maternelle et infantile, la prévention du paludisme et des projets d'assainissement.

D’après Oswald Clint, analyste chez Bernstein Research à Londres, si BG ne doit partager que 12,5 %, il semble qu’il ait fait une bonne affaire par rapport à d'autres contrats. Et d’ajouter que dans le cas où la marchandise est détournée, comme c’est le cas ici, certaines entreprises font 50-50 avec leurs partenaires.

Deuxième chance

En Guinée équatoriale, on attend impatiemment 2024 pour renouveler ou non le contrat de cession du GNL de EG LNG avec Shell, qui racheté BG en 2015. En attendant d’y arriver, le pays travaille à se doter d’un nouveau pôle de production de GNL. Un projet qui, selon les autorités, va jouer un rôle de catalyseur pour l’économie. Autrement dit, le rôle qu’aurait dû jouer EG LNG.

3 paysLe pays doit attendre 2024 pour établir un nouveau contrat plus équitable.

Gabriel Obiang Lima, ministre de tutelle, a déclaré qu'il cherche à faire passer les redevances des futurs contrats de GNL à près de 50%, contre 12,5 % dans le cadre des accords actuels avec Shell. Quant aux contrats de livraison, ils couvriront désormais une période allant de 3 à 5 ans.

Le nouveau hub devrait recevoir le gaz produit sur les nouveaux gisements du pays et éventuellement du gaz en provenance du Nigéria voisin pour le transformer. Marathon qui opère l’usine d’EG LNG, a déclaré vouloir obtenir de meilleures conditions auprès de BG lorsque de nouveaux approvisionnements en gaz commenceront à alimenter l'usine d'exportation. De nouveaux volumes de gaz seront acheminés vers EG LNG au cours des prochains mois pour liquéfaction. Cette production devrait normalement être livrée à Shell en attendant 2024.

Depuis l’existence de cet accord de nombreux experts ont alerté les futurs producteurs africains de GNL sur la nécessité de négocier de façon optimale leurs accords de cession du combustible, pour protéger leurs intérêts même lorsque les circonstances changent.

Olivier de Souza

 olivierdesouza



Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Défis sécuritaires : N’Djamena veut doubler la taille de son armée

Le Maroc réceptionne ses premiers drones turcs Bayraktar TB2

Nigeria : plus de 21 milliards $ investis dans les infrastructures au cours des six dernières années (Osinbajo)

Les cinq informations de la gestion publique africaine qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

 
FINANCE

UEMOA : le conseil des ministres des finances a planché sur la répression des infractions boursières

L’agence américaine DFC cherche à investir 1 milliard $ dans le secteur agricole et au sein des pays émergents

Afrique centrale et de l’Ouest : réflexions en cours pour des alternatives au financement de l'informel

Alitheia IDF engage 3 millions $ pour soutenir la croissance de l’agroindustriel nigérian ReelFruit

 
AGRO

L’Egypte pourrait devenir le 5ème importateur mondial de maïs d’ici 2030

Ghana : le Cocobod contracte un prêt syndiqué de 1,5 milliard $ pour ses achats de cacao en 2021/2022

Bénin : le kilogramme de coton sera échangé à 265 Fcfa en 2021/2022

Kenya Breweries investira 200 millions $ pour assurer la durabilité environnementale de ses activités d’ici 2030

 
ELECTRICITE

Maroc : mise en service imminente de la 1ère centrale photovoltaïque flottante du continent à Sidi Slimane

Namibie : le vol d’électricité dans la ligne de mire de la compagnie publique Nored

Afrique du Sud: six centrales détenues par la société AIIM entrent en exploitation commerciale

Kenya Power retire sa demande d’augmentation des tarifs d’électricité

 
MINES

Comment le Ghana veut devenir un leader africain dans la transformation de la bauxite

Investissements dans le cobalt : la RDC menacée par l’Australie selon Fitch

Mali : Roscan Gold obtient 5 millions $ auprès d’Asante Gold pour développer le projet Kandiolé

Caledonia Mining élargit son empreinte aurifère au Zimbabwe avec une nouvelle acquisition à 4 millions $

 
TELECOM

Pour Huawei, l’infrastructure, la formation et l’efficacité énergétique seront au cœur de ses futurs investissements en Afrique

Huawei Connect 2021 : innover sans cesse pour accélérer la numérisation

Kenya : Safaricom annonce le lancement commercial de la 5G en 2022

Guinée-Bissau : Guinée Telecom et Guinetel ont obtenu à nouveau un titre d’exploitation de réseaux télécoms

 
TRANSPORT

Guinée : Bolloré Transport & Logistics fait don de 200 bouteilles d’oxygène à l’agence nationale de sécurité sanitaire (anss)

Tanzanie : la BAD alloue 116 millions $ pour moderniser un réseau routier de 160 km dans le sud

Bénin : un nouveau système d’information portuaire pour renforcer la digitalisation des services au port de Cotonou

Le Nigeria rejoint l’initiative World Logistics Passport en tant que hub pour l’Afrique de l'Ouest

 
ENTREPRENDRE

Rated 18 Shoes, marque zimbabwéenne de chaussures écologiques et socialement engagée

Gounou, la marque de chocolat fabriqué au Bénin

A Madagascar, des drones ambulances pour desservir les zones isolées

A 28 ans, Sakina Usengimana dirige une entreprise prospère d’exportation de fruits et légumes au Rwanda

 
ECHO

Transparence budgétaire des Etats africains (Department of State)

Emerson Sery, dit Commissaire Coco, étudiant et entrepreneur leader de la vente de noix de coco à Abidjan

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce des formations pour les acteurs des marchés publics

Maroc: des internautes lancent une campagne pour remplacer le français par l’anglais dans l’enseignement

L’Université du Rwanda va abriter le master en géologie du musée de l'Afrique en Belgique

L’UA lance son programme de bourse de formation pour les innovateurs technologiques africains

 
COMM

Vivendi, via sa filiale Canal+, est désormais premier actionnaire de MultiChoice, opérateur africain No1 de télévision payante

Togo : le Parlement adopte le projet de loi portant code du cinéma et de l’image animée

Gulli Africa & Ludikids rejoignent le mouvement #ProtègeTaTélé pour lutter contre le piratage de la production audiovisuelle

La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.