Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Ammin Youssouf : « à Afrobytes, nous voulons être un facteur d’accélération du développement de l’environnement tech en Afrique »

Ammin Youssouf : « à Afrobytes, nous voulons être un facteur d’accélération du développement de l’environnement tech en Afrique »
  • Date de création: 15 mai 2019 18:37

(Agence Ecofin) - La 4e édition du salon Afrobytes qui réunit la crème de la tech africaine a ouvert ses portes mercredi à Paris, en France. Organisé autour du thème : « D’où est-ce que nous sommes partis ? », l’évènement se propose d’être une place de marché qui réunit des acteurs anglophones et francophones de l’écosystème tech et business africain. Cela, avec la volonté de leur donner une grande visibilité au cœur de la plus grande start-up campus au monde, la station F.

La station F est un espace de 3,4 hectares, situé en plein cœur du 13e arrondissement de Paris et créé par le milliardaire français Xavier Niel.

Cette rencontre tournera essentiellement autour des sujets comme la blockchain, l’ère quantique que connait le domaine vu la rapidité de son développement ou encore la problématique de l’investissement dans les start-up africaines.

Pour Ammin Youssouf (photo), CEO d’Afrobytes Paris, le salon se veut pragmatique, n’a pas l’ambition d’être déjà un aboutissement, mais comme l’indique le thème choisi pour cette édition, il veut constituer un point de départ vers d’autres opportunités pour la scène tech africaine dont il a loué les efforts pour la transformation digitale en cours. A ce propos, Youssouf a salué le dynamisme et les performances de l’écosystème tech francophone qui « commence à vraiment rattraper son retard sur les start-up anglophones avec des innovations de plus en plus pertinentes ».

Contrairement aux trois premières éditions, Afrobytes 2019, ouvrira la porte à des pitchs de start-up. « Nous ne le faisions pas avant car nous avions l’humilité de penser que nous ne connaissions pas assez l’écosystème.», a expliqué le patron d’Afrobytes. Par ailleurs, à partir de cette année, l’organisation présentera trois start-up africaines qu’elle sélectionnera pour leur faciliter l’accès au financement et de la visibilité.

Outre réunir les acteurs et les investisseurs, cette année Afrobytes veut mieux ouvrir les portes du monde aux start-up africaines qui pour la majorité, concentrent leurs activités sur uniquement le continent. « Même si c’est notre cœur de sujet, nous n’allons pas nous limiter à des sujets totalement africains. Le marché est vaste, les opportunités aussi. Nous voulons parler de sujets qui dépassent le continent et ne pas s’enfermer dans nos frontières. Tout le monde a un avis sur nous (…) Pourquoi pas nous ?», s’est-t-il questionné.

Cette politique d’externalisation sera complétée par une opération dénommée Pitch ad Vox via laquelle la chaîne de télévision Vox Africa fera pitcher des start-up présentes sur l’événement. L’objectif est de montrer au monde entier, acteur ou pas du domaine que la transformation digitale est en marche en Afrique.

Selon André Moana, co-fondateur de Moco, une plateforme de promotion de la musique afro-caribéenne, Afrobytes est une « chance » pour les plateformes de le tech en Afrique dans leur quête d’ouverture sur le monde.

Il faut signaler la présence, cette année de grands groupes industriels et des acteurs clés de la transformation digitale comme PayPal ont fait part de leur volonté de mieux profiter des opportunités exponentielles offertes par le continent africain.

Olivier de Souza, envoyé spécial


Ecofin Comm     


 
GESTION PUBLIQUE

Egypte: le FMI donne son accord de principe pour le versement d’une tranche de prêt de 2 milliards $

Le Kenya espère conclure un accord avec le FMI sur un nouveau prêt d’ici deux mois

Zambie: 100 millions $ de la Banque mondiale pour améliorer la gestion des ressources naturelles

La Banque mondiale débloque près de 100 millions $ en faveur du Kenya  

 
FINANCE

Oragroup annonce des résultats 2018 en forte progression et la nomination d’un nouveau DG

Le gestionnaire sud-africain Investec Asset Management devient le premier actionnaire du fournisseur de logiciels wiGroup

MTN Nigeria est déjà en bourse, mais le grand public devra encore patienter pour acquérir ses actions

Cameroun: 15 milliards FCFA de dividende pour les actionnaires du groupe SABC au compte de l'exercice 2018

 
AGRO

Sénégal : les producteurs de la région de Kaffrine mieux outillés grâce à l’information climatique

Afrique du Sud : le bénéfice d’exploitation d’Astral Foods dégringole sur le premier semestre 2019

Kenya : les importations de vêtements d'occasion ont atteint 170 millions $ en 2018

Côte d'Ivoire: le volume de noix de cajou transformé prévu pour atteindre 130 000 tonnes en 2019

 
ELECTRICITE

La Namibie désire satisfaire elle-même 80% de sa demande électrique d’ici 2022

La Banque mondiale exclut pour 15 mois, la compagnie Sieyuan Electric pour fraudes

Le marché africain du solaire photovoltaïque pourrait peser 30 GW d’ici 2030 selon une étude allemande

L’initiative Power Africa a aidé à la mobilisation financière de 121 projets de 10 000 MW de capacité totale

 
HYDROCARBURES

Nigeria : la police de l’Etat de Rivers révèle que cinq travailleurs du secteur pétrolier ont été enlevés

Libye : la Sirte Oil Company achève avec succès un programme de tests de puits sur le champ Istiklal

L’Italie s’engage à importer du gaz naturel algérien jusqu'en 2027

Tanzanie : le retard du projet de GNL pourrait amenuiser les chances du pays d’attirer des IDE (Deloitte)

 
MINES

Afrique du Sud : l’AMCU n’obtient pas l’annulation de la transaction entre Sibanye et Lonmin  

Madagascar : Denham Capital veut investir dans le projet de zircon Beravina

Guinée : le milliardaire Robert Friedland envisagerait d’investir dans le secteur du fer

Namibie : Debmarine investira 468 millions $ pour construire un septième navire de récupération de diamants  

 
TELECOM

Les Seychelles envisagent une stratégie pour développer la technologie financière

Ouganda: MTN remporte le marché de fourniture de l’accès à Internet aux députés, évalué à 16,5 millions de shillings par mois

Côte d’Ivoire : les MTNers se sont enjaillés à la Djossy Party

Kaspersky Lab ouvrira un bureau au Rwanda, avec l’ambition d’étendre sa présence en Afrique de l’Est

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Comm