Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Agro

La fixation du prix plancher du cacao de 2 600 $ la tonne est aussi salutaire que risquée

La fixation du prix plancher du cacao de 2 600 $ la tonne est aussi salutaire que risquée
  • Date de création: 18 juin 2019 13:02

(Agence Ecofin) - Afin de permettre aux producteurs de recevoir une part équitable de la manne que génère le marché mondial du cacao, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont annoncé récemment la fixation d’un prix plancher de 2 600 $ la tonne et suspendu leur vente de cacao pour la saison 2020/2021.

Dernier acte en date de la collaboration entre les deux pays voisins, cette manœuvre n’est pas sans risques pour les deux pays et plus largement pour le marché global du cacao. Analyse des enjeux de cette initiative avec Casper Burgering (photo), responsable des métaux industriels et des matières premières agricoles chez la banque néerlandaise ABN Amro.

Agence Ecofin : En tant que spécialiste, que pensez-vous des annonces du Ghana et de la Côte d’Ivoire ?

Casper Burgering : La Côte d’Ivoire a une part de marché de 42% alors que le Ghana détient 17% de la production mondiale. Ensemble, ces deux pays fournissent près de 60% de la récolte mondiale de fèves. Cela leur donne un pouvoir de marché important contre les puissants acheteurs.

Le prix minimum est un effort mené par les deux pays pour obtenir un prix équitable pour les producteurs. Il s’agit d’un moyen pour améliorer leurs revenus. Je pense qu’en agissant de la sorte, le Ghana et la Côte d’Ivoire pourront protéger le secteur du cacao dans le futur. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les producteurs ivoiriens et ghanéens dans une certaine mesure, mais les effets sur le long terme peuvent déstabiliser le marché du cacao. 

AE : Cette initiative des deux pays a-t-elle des chances d’aboutir ? Les acheteurs internationaux suivront-ils ?

CB : Déjà, plusieurs transformateurs, négociants et fabricants internationaux sont convaincus et comprennent le principe d’un prix plancher. Le fait que le Ghana et la Côte d’Ivoire fournissent 60% de la récolte mondiale, rend légitime leur demande d’un prix élevé et équitable sur le marché. La question est de savoir ce que les autres pays producteurs qui disposent de 40% du marché comme le Brésil, le Nigeria et l’Indonésie, vont faire.

La volonté des grands acheteurs est aussi forte du point de vue de la durabilité. Plusieurs fabricants ont envie d’améliorer la transparence en augmentant la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement. De plus, le renforcement des capacités des producteurs joue un rôle important dans l’amélioration de l’industrie. C’est une manière pour les fabricants de montrer qu’ils prennent les questions de durabilité au sérieux. Dans tous les cas, la discussion prévue le 3 juillet prochain, sera intéressante, et révélera quel acteur est le plus puissant sur le marché du cacao. 

AE : Quelles peuvent être les conséquences de cette mesure à court et à long terme?

CB : Sur le court terme, les revenus des producteurs seront garantis dans une certaine mesure. Un prix minimum de 2600 $ est certainement un puissant incitatif pour que de nombreux producteurs augmentent leur production durant les prochaines campagnes. Quel exploitant ne veut pas bénéficier de prix élevés ? A long terme, les chances de surproduction sont fortes et la compétition pourrait être exacerbée.

La croissance de la demande ne suivra pas le rythme. Il y a de bonne chance que le marché connaisse structurellement un trop plein. Cela augmente les chances de dumping. Par ailleurs, si les autres pays producteurs n’adhèrent pas à cette initiative, ils peuvent vendre le cacao en dessous de 2 600 $ la tonne et gagner des parts de marché au détriment du Ghana et de la Côte d’Ivoire. 

AE : Comment le Ghana et la Côte d’Ivoire pourraient-ils améliorer les chances de réussite de cette stratégie ?

CB : Afin de rendre cette initiative viable à long terme, cela aiderait énormément si les autres pays y participaient également. En outre, il faudrait avoir un soutien le long de la chaîne du cacao afin d’améliorer la transparence et la traçabilité sur le marché. Cela permettrait aussi de bannir les opérations illégales de vente de cacao.  

Propos recueillis par Espoir Olodo


Ecofin Agro     


 
GESTION PUBLIQUE

La BAD exclut Lutoyilex Construct Ltd et son directeur général pour une durée de 36 mois pour pratiques frauduleuses

L'Ouganda va lancer une usine d'assemblage de véhicules à 263 millions $

Afreximbank lance le premier système de paiement numérique à l'échelle continentale

Nigeria : le gouvernement obtient 15 millions $ du GEF pour la gestion des déchets électroniques

 
FINANCE

Augmentation de capital pour BGFIBank Côte d’Ivoire

Le 1er forum « Invest in West Africa » aura lieu début octobre à Lomé

Le groupe Diaverum, spécialisé dans le traitement des maladies rénales, s’implante au Maroc

La baisse des commissions impacte sur le produit net bancaire de Bank Of Africa Bénin à fin mars 2019

 
ELECTRICITE

Tunisie : un nouvel appel d’offres pour la mise en place de 107 MW de centrales solaires

BAD : une facilité de 56 millions € pour accompagner l’électrification au solaire de 4,5 millions de personnes

Togo : 90 MW de centrales solaires seront construites dans le cadre du programme Scaling Solar

Le Cameroun mandate Sinohydro pour l’étude d’un projet de centrale solaire de 20 MW dans la région du Nord

 
HYDROCARBURES

Afrique du Sud : une politique énergétique de plus en plus tournée vers le gaz naturel

Le Nigérian Mohammed Barkindo reconduit au poste de secrétaire général de l’OPEP

L’AIE prédit une nouvelle surabondance de l’offre pétrolière pour 2020

Libye : l’une des plus grandes centrales électriques du pays va opérer un switch du pétrole vers le gaz

 
MINES

Namibie : la mine d’uranium Rössing est désormais une propriété chinoise

Afrique du Sud : MC Mining obtient un financement de 245 millions de rands pour le projet Makhado

Maroc : Emmerson lève de nouveaux fonds pour accélérer le développement du projet Khemisset

Côte d’Ivoire : Roxgold fait une première estimation de ressources aurifères à Séguéla

 
TELECOM

Rapport de TM Forum sur le processus d’appel d’offres : vers la fin d’un système obsolète ?

Togo : Lomé dispose désormais du haut débit accessible via la fibre optique, à domicile pour 15 000 FCFA

Zimbabwe : le gouvernement souhaite privatiser TelOne et NetOne d’ici la fin de l’année

L'Egypte investit dans la qualité de ses télécommunications en se dotant d’un centre national de surveillance des TIC

 
FORMATION

Maroc : le gouvernement lance une plateforme de formation en ligne

L’Afrique doit former 300 000 personnes chaque année jusqu'en 2023 pour combler son déficit en ingénieurs (Etienne Ehouan Ehilé)

La Russie décide d’octroyer 60 bourses aux étudiants béninois

Le gouvernement égyptien propose des bourses d’études aux étudiants sénégalais

 
COMM

Sénégal : l’université virtuelle proposera bientôt une formation pour les professionnels africains des médias

Données personnelles : le régulateur américain de la concurrence inflige une amende de 5 milliards de dollars à Facebook

Zambie : l’agence de communication Boomtown remporte le budget média de Lafarge

Zambie : les médias locaux de mauvaise foi concernant la part de contenu chinois diffusée par StarTimes

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro