Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Agro

La fixation du prix plancher du cacao de 2 600 $ la tonne est aussi salutaire que risquée

  • Date de création: 18 juin 2019 13:02

(Agence Ecofin) - Afin de permettre aux producteurs de recevoir une part équitable de la manne que génère le marché mondial du cacao, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont annoncé récemment la fixation d’un prix plancher de 2 600 $ la tonne et suspendu leur vente de cacao pour la saison 2020/2021.

Dernier acte en date de la collaboration entre les deux pays voisins, cette manœuvre n’est pas sans risques pour les deux pays et plus largement pour le marché global du cacao. Analyse des enjeux de cette initiative avec Casper Burgering (photo), responsable des métaux industriels et des matières premières agricoles chez la banque néerlandaise ABN Amro.

Agence Ecofin : En tant que spécialiste, que pensez-vous des annonces du Ghana et de la Côte d’Ivoire ?

Casper Burgering : La Côte d’Ivoire a une part de marché de 42% alors que le Ghana détient 17% de la production mondiale. Ensemble, ces deux pays fournissent près de 60% de la récolte mondiale de fèves. Cela leur donne un pouvoir de marché important contre les puissants acheteurs.

Le prix minimum est un effort mené par les deux pays pour obtenir un prix équitable pour les producteurs. Il s’agit d’un moyen pour améliorer leurs revenus. Je pense qu’en agissant de la sorte, le Ghana et la Côte d’Ivoire pourront protéger le secteur du cacao dans le futur. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les producteurs ivoiriens et ghanéens dans une certaine mesure, mais les effets sur le long terme peuvent déstabiliser le marché du cacao. 

AE : Cette initiative des deux pays a-t-elle des chances d’aboutir ? Les acheteurs internationaux suivront-ils ?

CB : Déjà, plusieurs transformateurs, négociants et fabricants internationaux sont convaincus et comprennent le principe d’un prix plancher. Le fait que le Ghana et la Côte d’Ivoire fournissent 60% de la récolte mondiale, rend légitime leur demande d’un prix élevé et équitable sur le marché. La question est de savoir ce que les autres pays producteurs qui disposent de 40% du marché comme le Brésil, le Nigeria et l’Indonésie, vont faire.

La volonté des grands acheteurs est aussi forte du point de vue de la durabilité. Plusieurs fabricants ont envie d’améliorer la transparence en augmentant la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement. De plus, le renforcement des capacités des producteurs joue un rôle important dans l’amélioration de l’industrie. C’est une manière pour les fabricants de montrer qu’ils prennent les questions de durabilité au sérieux. Dans tous les cas, la discussion prévue le 3 juillet prochain, sera intéressante, et révélera quel acteur est le plus puissant sur le marché du cacao. 

AE : Quelles peuvent être les conséquences de cette mesure à court et à long terme?

CB : Sur le court terme, les revenus des producteurs seront garantis dans une certaine mesure. Un prix minimum de 2600 $ est certainement un puissant incitatif pour que de nombreux producteurs augmentent leur production durant les prochaines campagnes. Quel exploitant ne veut pas bénéficier de prix élevés ? A long terme, les chances de surproduction sont fortes et la compétition pourrait être exacerbée.

La croissance de la demande ne suivra pas le rythme. Il y a de bonne chance que le marché connaisse structurellement un trop plein. Cela augmente les chances de dumping. Par ailleurs, si les autres pays producteurs n’adhèrent pas à cette initiative, ils peuvent vendre le cacao en dessous de 2 600 $ la tonne et gagner des parts de marché au détriment du Ghana et de la Côte d’Ivoire. 

AE : Comment le Ghana et la Côte d’Ivoire pourraient-ils améliorer les chances de réussite de cette stratégie ?

CB : Afin de rendre cette initiative viable à long terme, cela aiderait énormément si les autres pays y participaient également. En outre, il faudrait avoir un soutien le long de la chaîne du cacao afin d’améliorer la transparence et la traçabilité sur le marché. Cela permettrait aussi de bannir les opérations illégales de vente de cacao.  

Propos recueillis par Espoir Olodo


Ecofin Agro     


 
GESTION PUBLIQUE

Sommet de Sotchi: Vladimir Poutine accueille plus de 40 dirigeants africains pour discuter coopération

Burkina Faso : 144 millions $ d’investissements publics prévus pour l’eau et l’assainissement sur la période 2020/2022

Coopération bilatérale : Jean-Yves Le Drian en visite au Cameroun en plein sommet Russie-Afrique

Zone franc : trop peu industrialisées, les économies restent vulnérables aux cours des matières premières (Trésor français)

 
FINANCE

Biogaran, le premier laboratoire générique français, annonce le lancement de ses activités au Gabon

Tanzanie : annonce de la réouverture des discussions sur un projet d’investissement portuaire de 10 milliards $

Avec la reprise des activités de Diamond Bank CI, NSIA Banque Côte d’Ivoire devient un acteur de référence en Afrique de l’Ouest

L'Egypte ouvre davantage son marché obligataire local aux investisseurs étrangers grâce au partenariat avec Euroclear

 
ELECTRICITE

Ghana : l’annulation de la concession de l’ECG fait perdre 190 millions $ de financement à l’Etat

Gambie : 30 % de la population rurale électrifiée grâce aux solutions solaires off-grid d’ici à 2030

Cameroun : 20% des connexions au réseau électrique sont illégales

Mis en cause, l’IPTL s’oppose à la condamnation de la Tanzanie à verser 185 millions $ à la Standard Chartered

 
HYDROCARBURES

Angola : Sonangol augmente sa participation dans la plus grande banque privée du Portugal

Egypte : au cours des 5 prochaines années, Dragon Oil va investir 1 milliard de dollars dans le golfe de Suez

CEMAC : les entreprises pétrolières vont devoir appliquer la nouvelle réglementation de change, avertit la BEAC

L’Afrique du Sud envisage de s’appuyer sur le gaz de schiste pour réduire le taux de chômage dans la région de Karoo

 
MINES

Sundance Resources espère conclure un nouvel accord avec le Cameroun sur le projet de fer de Mbalam avant juin 2020

De Beers maintient ses prévisions de production, malgré une performance en baisse au troisième trimestre

Mali : Hummingbird en passe d’atteindre son objectif de production annuelle à Yanfolila

Tanzanie : Armadale revoit à la hausse le potentiel du projet de graphite Mahenge Liandu

 
TELECOM

Kenya : l’université Moi injectera 2 millions $ dans l’extension de son usine d’assemblage d’appareils informatiques

La Tanzanie fournira de la connectivité Internet à haut débit au Burundi

Cameroun : MTN, Orange et le consortium Arago-Epi Use se disputent le marché de la digitalisation de la fonction publique

Côte d’Ivoire : le secteur des télécoms a réalisé un chiffre d’affaires de 373 millions $ au 2e trimestre 2019 (-2%)

 
FORMATION

US News & World Report classe 52 universités africaines parmi les 1500 meilleures du monde

L’Université virtuelle du Sénégal s’associe à l'Institut Pasteur pour proposer une formation en ligne sur la résistance aux agents antibactériens

Afrique du Sud : l’Université de Stellenbosch lance une formation d'ingénieurs de données, accréditée par le Conseil d'ingénierie

RDC : Kinshasa Digital lance les inscriptions en vue de l’ouverture de sa première école de codage en janvier 2020

 
COMM

Ghana : le régulateur des médias se défend d’empêcher la liberté d’expression

Russie-Afrique : les médias comme nouvel axe de collaboration

Cameroun : les éditeurs de la presse en ligne se regroupent en association

Burundi : les autorités vont-elles sanctionner l’hebdomadaire Iwacu et la radio Isanganiro ?

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro