Ecofin Finance

State Bank of Mauritius maintient ses projets d'expansion, malgré des performances mitigées

(Agence Ecofin) - State Bank of Mauritius, un des groupes bancaires les plus importants du marché financier de l'Île Maurice, a indiqué lundi 13 novembre 2017, qu'il poursuivait avec sa stratégie d'expansion, et cela, malgré des performances mitigées au cours des 9 premiers mois de l'année 2017, a appris l'Agence Ecofin.

« Avec l'augmentation prévue des activités hors de nos frontières, ainsi que celles de gestion des actifs et de banque d'investissement, les initiatives d'expansion à l'étranger devraient soutenir la diversification de la base de nos revenus et améliorer les marges », a déclaré le groupe dans un communiqué publié ce jour.

On a ainsi pu apprendre, que SBM poursuit actuellement avec l'audit de préacquisition du groupe bancaire kényan Chase Bank, avec en ligne de mire renforcer sa présence sur le marché bancaire de la première économie d'Afrique de l'est. Dans le même temps, le groupe mauricien est en attente de l'accord d'ouverture de sa filiale en Inde, toute chose qui devrait lui permettre d'élargir son marché.

Ces différentes annonces sont faites alors que le groupe mauricien a connu des résultats décevants au cours des 9 premiers mois de l’année 2017.

Certes, son produit d'exploitation bancaire est passé de 4,971 milliards de roupies pour la période de neuf mois close au 30 septembre 2016, à 5,4 milliards de roupies pour la période correspondante au 30 septembre 2017. Mais le bénéfice après impôts est passé de 1,9 milliard de roupies en 2016 à 1,8 milliard de roupies au cours de la même période en 2017. Cette situation s’explique par la hausse de 396 millions de roupies de la provision sur le portefeuille, reflétant une hausse de l’encours des crédits accordés à l’économie à 28 milliards de roupies.

Par ailleurs, on a aussi pu noter l’existence des coûts supplémentaires de 275 millions de roupies en rapport à la mise en place d’un nouveau système informatique, une augmentation des coûts des ressources humaines de 189 millions de roupies et une dépréciation de placements en actions de 147 millions de roupies.

Idriss Linge


Ecofin Finance     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance / Gestion Publique