Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Comm

Discop Abidjan : le contenu africain est prêt à affronter les productions étrangères

  • Date de création: 29 mai 2019 20:41

(Agence Ecofin) - En Côte d’Ivoire, il  y a quelques heures, le ministre de la communication a lancé les activités de l’édition 2019 du Discop Abidjan, le salon annuel de l’audiovisuel africain.

Cette année, l’évènement a débuté par une rencontre entre les différents acteurs du secteur ivoirien de l’audiovisuel. Initiée par Bernard Azria, le fondateur de Côte Ouest Audiovisuel, la rencontre a été lancée par Sidi Tiemoko Touré, le ministre ivoirien de la communication.

Elle a notamment permis la création d’une association des professionnels de l’audiovisuel en Côte d’Ivoire. La tournure des discussions semble avoir ravi les différents participants, notamment l’initiateur de la rencontre. « Je suis plutôt content. J’aurais aimé que la salle soit plus remplie. Nous avions une salle d’environ 90 places presque pleine. Il manquait je pense des agences de publicité et des annonceurs », a confié Bernard Azria à l’agence Ecofin.

« Je pense que pour la 1e fois, une association va se donner les moyens que les autres regroupement n’ont pas eu jusqu’à présent. Les volontés sont vraiment là, ce n’est plus du déclaratif. Tout le monde est réellement conscient de l’alignement des planètes dont nous bénéficions », va-t-il compléter.

Comme il l’explique, il y a une demande de plus en plus importante de contenu africain et de nouveaux intervenants dans le secteur. « C’est quelque chose que les producteurs de contenu comprennent. Il savent également que pour profiter de cette fenêtre d’opportunités, il faut se regrouper », explique Bernard Azria. Selon lui, il faut créer une association des professionnels de l’audiovisuel où chaque corps de métier se structure en collège. « Il y aurait donc le collège des acteurs, des réalisateurs et des comédiens ».

Concernant le Discop, le fondateur de Côte Ouest Audiovisuel espère que la rencontre sera une vitrine pour le travail de son entreprise. « Dans cette industrie, il est important d’être visible. Les programmes que nous distribuons sont destinés à être vus », a-t-il déclaré.

Pour lui, le contenu africain a un avenir radieux, sur le continent pour commencer. « Dans tous les pays africains où j’ai travaillé, jamais une production locale de bonne qualité n’est battue par un programme étranger. La télévision c’est à la fois une fenêtre et un miroir. C’est une fenêtre parce qu’elle permet au téléspectateur de s’évader de son quotidien, mais c’est aussi un miroir dans lequel il se reconnait. Mais, la raison pour laquelle les telenovelas ont tant marché en Afrique c’est parce que les cultures du continent et celles d’Amérique latine sont assez proches », explique Bernard Azria.

Pour lui, les contenus africains peuvent rencontrer beaucoup de succès hors du continent. « La diaspora africaine, ou plutôt la diaspora du peuple noir, je préfère m’exprimer ainsi, est plus répandue dans le monde. Ce sont plus de 200 millions de personnes qui constituent un marché potentiel, une sorte de 5e colonne, pour le contenu africain. Ils justifient par exemple les efforts de Netflix pour obtenir du contenu africain ».

Pour lui, sur les territoires africains, dans 10 à 15 ans, le contenu africain dominera totalement le marché. « A l’échelle mondiale, c’est plus compliqué à prédire. Tout dépend des stratégies de conquête et aussi de l’économie. Si les Etats-Unis n’avaient pas gagné la seconde guerre mondiale, on ne regarderait pas de séries américaines mais des séries russes ou allemandes. Le soft power accompagne la puissance économique. Le secteur de l’audiovisuel n’est pas toujours une question de valeurs intrinsèques ».

Pour Patrick Zuchowicki, qui organise le Discop, à la tête de Basic Lead, avec un secteur de plus en plus professionnel, organisé, et un contenu taillé pour l’exportation, les productions africaines battent déjà les programmes étrangers sur le continent.

Servan Ahougnon, envoyé spécial


Ecofin Comm     


 
GESTION PUBLIQUE

Tunisie : le 2e tour de la présidentielle devrait opposer Kais Saïed et Nabil Karoui, l’exact contraire l’un de l’autre

Le Togo abritera le siège de l’Agence francophone pour l'intelligence artificielle (AFRIA)

M. Gervais Koffi Djondo lance ses Mémoires intitulés « L’Afrique d’abord »

Finance climat : l'aide aux pays pauvres a atteint 71 milliards $ en 2017 (OCDE)

 
FINANCE

La BAD a emis une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars à 3 ans

Kenya : Standard Chartered Bank lance un programme de soutien aux femmes entrepreneures du Kenya

Ghana : la Banque centrale fixe de nouvelles exigences de capital minimum pour les fournisseurs de services de paiement

Ethiopian Airlines déclare un bénéfice net en hausse de 18% durant son exercice 2018/2019

 
AGRO

Mali : l’AFD va subventionner sur quatre années la transition agro-écologique dans le coton

Afrique du Sud : Distell accuse AB InBev/SABMiller de violation de règles de fusion

Sénégal : la vallée du fleuve Sénégal pourrait produire 100 000 tonnes de tomates par an

Côte d’Ivoire : le CCC dément les rumeurs de hausse du prix du cacao à 1000 Fcfa/kg en 2019/2020

 
ELECTRICITE

Bénin : le gouvernement ambitionne l’autosuffisance énergétique d’ici à 2021 avec une puissance installée de 400 MW

Sénégal : la Banque mondiale garantit les 60 MW des centrales solaires de Kael et de Kahone

Sommet du G5 Sahel : transformer la région grâce aux immenses ressources d’énergie solaire

Angola : 600 MW de solaire disponibles d’ici 2022, grâce à 30 000 installations domestiques (gouvernement)

 
HYDROCARBURES

Niger : la contribution de l’or noir au PIB devrait passer de 4% en 2017 à 24% en 2025

ION Geophysical empoche un contrat de levés multiclients 2D qui couvrira les eaux angolaises et namibiennes

Le producteur de GNL, Nigeria LNG démarre des pourparlers pour décrocher un financement de 10 milliards $

La production équato-guinéenne de pétrole va grimper de 15 000 b/j avant la fin de ce mois

 
MINES

Mali : l’étude de faisabilité du projet Kobada sera publiée en mars 2020

Paladin lève 30 millions de dollars australiens pour ses opérations en Afrique

Namibie: Namdeb Holdings vend sa mine Elisabeth Bay à un consortium local

Gabon : la Comilog va former 250 jeunes qui seront affectés à l’exploitation du gisement de manganèse d’Okouma

 
TELECOM

Kenya : Huawei s’associe à « Close the Gap » pour développer les compétences numériques en zones rurales

Kenya : Internet Solution a investi 30 millions de shilling pour se doter d’un centre de veille en cybermenaces

Mauritanie : Mattel s’offre l’expertise technique de Huawei pour renforcer son réseau télécoms

Egypte : le ministre des Télécommunications annonce 7 nouveaux parcs technologiques dans les universités

 
FORMATION

Sénégal : le gouvernement n’orientera pas les nouveaux bacheliers vers les établissements privés

L’Union européenne investit dans l’accompagnement des étudiants et universitaires africains

YALI Dakar organise une formation à l’intention des femmes du secteur de l'énergie en Afrique

Rwanda : le gouvernement engage une politique pour développer l’enseignement des matières scientifiques et techniques

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Comm