Blanchiment d'argent: le Nigeria, le Ghana, le Botswana et la Libye "blacklistés" par l'Union européenne

Blanchiment d'argent: le Nigeria, le Ghana, le Botswana et la Libye "blacklistés" par l'Union européenne

(Agence Ecofin) - Quatre pays africains viennent d’être proposés pour être ajoutés à la liste noire de l’Union européenne (UE) des pays à risque élevé en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Le Nigeria, le Ghana, le Botswana et la Libye ont été annoncé par la Commission de l’Union européenne comme faisant partie des pays proposés pour compléter les 16 territoires déjà inscrits sur la liste noire de l’UE afin de les faire passer à 23.

D’après les informations relayées par la chaîne de télévision américaine CNBC, ces pays ont été ciblés en raison des « lacunes stratégiques dans leurs régimes de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme ». Cette mesure s'inscrirait dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent après plusieurs scandales impliquant des banques de l'UE.

En cas de validation de la nouvelle liste par tous les Etats membres de l’institution européenne, ces quatre pays pourraient rejoindre l’Ethiopie mais également la Tunisie, pays inscrits en février 2018, sur cette liste noire. D’un autre côté, l’institution a annoncé le retrait de l’Ouganda de la liste.

Si l’inscription sur la liste noire de l’UE ne déclenche pas de sanction envers les pays en cause, elle permet à l’institution d’exercer certaines pressions, en obligeant par exemple les banques européennes à appliquer des contrôles renforcés sur les opérations financières impliquant des clients ou des établissements financiers dans ces pays.

Notons que le vote d’approbation de la nouvelle liste est prévu pour se tenir dans un mois au plus, alors que plusieurs pays tels que la Grande-Bretagne ont déjà commencé à émettre des réserves par rapport à sa pertinence.

Moutiou Adjibi Nourou     


Ecofin Gestion Publique