Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Les signes d'un nouveau choc économique mondial se dessinent à l'horizon. L’Afrique pourrait saisir sa chance…

Les signes d'un nouveau choc économique mondial se dessinent à l'horizon. L’Afrique pourrait saisir sa chance…

(Agence Ecofin) - Des signes annonciateurs d'une nouvelle récession économique dans le monde sont en train de se présenter à l'horizon. Que ce soit aux Etats-Unis, en Europe et même en Asie Pacifique de nombreux indices sur différents marchés sont autant de points d'avertissements.

Aux Etats Unis, au-delà du blocage que connait le gouvernement fédéral en raison d'un désaccord sur la construction du mur à la frontière mexicaine, l'administration Trump doit affronter désormais la réalité des cycles économique. Le milliardaire américain avait promis à l'Amérique de lui « redonner toute sa grandeur ». Un cadeau qui, selon lui, passait par une réduction des impôts, la relance des travaux d'infrastructures et la renégociation des accords commerciaux jugés inéquitables. Il y a effectivement eu de grandes annonces en terme de relance de la croissance et de création d'emplois, ou plus précisément de réduction du nombre des chômeurs.

L’économie américaine dans une nouvelle croisée des chemins

Dans ces conditions, le consensus des intervenants des différents marchés financiers internationaux pariait sur de nouvelles hausses des taux servis par la banque centrale américaine aux banques commerciales. Mais la Federal Reserve semble désormais partagée, quant à la pertinence d’une telle décision.  Son président Jimmy Powell a récemment échangé avec le président Donald Trump et le marché s'attendait à recevoir enfin des indices d'une hausse des taux, mais il n'en a rien été.

Or, en pure théorie économique, le plein emploi et la croissance s’accompagnent souvent d’une plus grande demande d’argent au sein de l’économie, et poussent les banques centrales à augmenter leurs taux.

Mais la FED ne peut se résoudre à suivre cette ligne classique de façon systématique, et cela pour une raison fondamentale : les promesses de campagne du président Trump ont un prix qui sera financé par de nouveaux emprunts publics. Une hausse des taux rendrait plus cher le processus d’endettement par le gouvernement. Un point qu’il sera difficile de défendre, surtout maintenant que la majorité des parlementaires est passée à l’opposition.

Dans la foulée, les ménages américains semblent s’être assagis. Bien que leurs revenus aient augmenté (baisse du chômage et réduction des impôts), ils consomment moins, et continuent d'acheter des produits compétitifs, qui sont majoritairement chinois. De récentes données de la réserve fédérale, confirmées par une enquête Fannie Mae (société publique spécialisée dans les prêts hypothécaires), montre que la demande pour des crédits immobiliers a reculé au quatrième trimestre, alors même que la nouvelle hausse des prix de l’immobilier devrait inciter à investir.

Pareillement, les demande de crédits à la carte bancaire et pour l'achat des véhicules ont baissé sur la même période. Enfin, le déficit commercial des Etats-Unis à l’égard de la Chine résiste à toutes les mesures protectionnistes mises en place par l’administration Trump. Les consommateurs américains ne semblent pas trop patriotes lorsqu'il s'agit de consommer. Ils font le choix de leurs intérêts directs et celui d’augmenter leur épargne.

 Le blocage économique se poursuit en Europe

Sur les différents marché financiers, les investisseurs commencent à percevoir ces défis. Une forte demande des produits d’épargne a d’abord poussé les actions des sociétés cotées en hausse. Mais les rendements de ces placements sont loin d’être pertinents. Problème, les investisseurs n'ont pas beaucoup d'alternatives, car la FED semble réticente à augmenter ses taux et se tourner vers les obligations pourraient être moins rentable.

Les USA ne sont pas les seuls à avoir des problèmes d'économie interne. En France, partenaire de choix pour beaucoup de pays africains, la dette publique a atteint des niveaux records (109% du Produit Intérieur Brut) selon de récentes données publiées par l'agence de notation Moody's. La dette de ses sociétés, hors secteur financier, était la plus élevée des grandes économies, avec un ratio de 136%. C'est dans ce contexte que le pays doit faire face à une importante vague de revendications sociales, dont les premières mesures d'apaisement ne manqueront pas d'alourdir la note.

En Angleterre, partenaire de choix pour l'Egypte, le Nigéria, le Kenya et deuxième place boursière du marché africain après l'Afrique du Sud, la première ministre Theresa May continue de batailler avec son parlement pour la validation de son accord de sortie de l'Union Européenne.

« Lorsqu’on analyse tous ces chiffres qui nous arrivent de l’Europe, cela amène à conclure qu’il y a un problème. On y voit aussi des symptômes qui confirment cet avis largement partagé, selon lequel l'économie mondiale est entrée dans une phase de ralentissement » , a déclaré David Joy, analyste de marché et stratège chez Ameriprise Financial, selon des propos rapportés par Bloomberg.

L'Asie pacifique, nouveau partenaire lui aussi dans l’expectative

Le troisième risque de dépression provient de l'Asie. La Chine, on le sait déjà, a enregistré en 2018 sa plus faible croissance économique depuis de nombreuses années. Le pays doit aussi batailler avec une importante dette intérieure pour maintenir le niveau de croissance de ses ménages. Au Japon, les entreprises ont commencé à publier leurs résultats, et le marché financier local a montré des signes de recul, preuve que les choses ne se passent pour le mieux, là-bas non plus.

L'économie mondiale semble donc être à bout de souffle, dans la mesure où toutes les décisions des banques centrales en faveur des relances ne sont que de courte durée, et peu efficaces sur le long terme.

 L’Afrique insouciante ou impuissante ?

Dans ce tableau chaotique qui se dessine, l'Afrique, notamment subsaharienne, ne s'exprime pas beaucoup et ne semble pas prendre de décisions ambitieuses.

Le gros des pays de la région, dont l'Afrique du Sud qui est la plus diversifiée et développée, semble davantage préoccupé par les calendriers électoraux.

Depuis 2017, le continent a connu un regain d'endettement international, afin de mieux défendre les positions extérieures et donc ses monnaies, qui ont toutes reculé, à l'exception, en 2018, du shilling kenyan.

On voit aussi beaucoup de consolidations budgétaires qui se traduisent malheureusement par des coupes dans les dépenses d'investissements productifs, et le maintien de dépenses de consommation, parfois tournées vers les produits et services importés.

Pourtant, toutes les études démontrent que l’Afrique pourrait devenir le prochain relai de la croissance mondiale, comme l'ont été l'Europe et l'Asie à un certain moment de l'histoire. Mais pour cela, il faudrait que le continent parle d’une seule voix et cesse de laisser tirailler par les intérêts divergents des grandes puissances. 

La Grande Bretagne et la Chine bataillent pour son sous-sol (60% des entreprises cotées sur le London Stock Exchange et ciblant l'Afrique sont des entreprises minières). Les USA se battent aussi avec la Chine pour des questions d'influence. La France et l’Italie s’étripent à propos du FCFA. L'Allemagne commence à montrer de l'intérêt pour le continent.… L’Afrique n’a jamais eu autant de cartes en main.

Mais ces évolutions de la conjoncture internationale ne semblent pas intéresser outre mesure les leaders des économies africaines. Alors que la situation de blocage qui se dessine dans les économies développées, pourrait être une opportunité historique pour l’Afrique qui, en plus de tout cela, détient une part importante des matières premières et des sources de croissance de l'économie du futur (population jeune, innovation, opportunités d’investissement).

Les plans de diversification des économies, tardivement adoptés par la plupart des gouvernements africains, ne produisent leurs effets que trop lentement. En attendant, chacun dans ses frontières, continue de suivre l’actualité des matières premières, qui le cacao, qui le pétrole, qui le cuivre, qui le coton…. Ces fichues matières premières qui demeurent, hélas, la principale source des revenus en devises du continent.

Idriss Linge


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

L’acquisition de National Bank of Kenya, renforcerait la position de l’Etat comme premier actionnaire de Kenya Commercial Bank

UEMOA : Banque Atlantique dévoile sa nouvelle campagne institutionnelle

Kenya Commercial Bank s'est proposé de racheter National Bank of Kenya, via un échange d'actions

Tunisie : l’endettement sur le long terme du laboratoire pharmaceutique Unimed a progressé de 448 % à 20,8 millions de dinars à fin mars 2019

 
AGRO

Maroc : trois barrages seront édifiés dans le Nord afin d'améliorer l’approvisionnement en eau

Afrique du Sud : l’industrie bovine retrouve l’accès à 10 marchés d’exportation

Afrique du Sud : la perspective d’augmentation des droits de douane sur la volaille inquiète

Kenya : le gouvernement libérera 2 millions de sacs de maïs pour réduire le prix de la farine

 
ELECTRICITE

Nigeria : PAS Solar a levé 10 millions $ pour électrifier 150 000 ménages  

Afrique du Sud : le Trésor décaisse 355 millions $ pour permettre à l’Eskom de faire face à ses obligations

La Centrafrique obtient 45 millions $ de la Banque mondiale pour une centrale solaire de 25 MW

Zimbabwe : trois producteurs indépendants ambitionnent d’implanter 100 MW de centrales solaires

 
HYDROCARBURES

Soudan du Sud : 3 milliards $ d'investissements nécessaires pour développer le secteur énergétique

Egypte : le ministère des Finances annonce une nouvelle réduction des subventions au carburant et à l'électricité

Maurel & Prom publie une mise à jour opérationnelle de ses activités au Gabon et en Tanzanie pour le compte du premier trimestre

Le pétrolier britannique MX Oil change de nom et devient ADM Energy

 
MINES

La BAD soutient la lutte contre le travail des enfants dans les mines de cobalt en RDC

Madagascar : les populations s’opposent au développement du projet Toliara

RDC : Glencore nomme un nouveau PDG pour sa filiale Katanga Mining

Afrique du Sud : le nouveau gros diamant récupéré par Petra à Cullinan pèse 209,9 carats

 
TELECOM

Maroc: la première branche africaine d’Orange Cyberdefense a ouvert ses portes dans le pays

Angola: le président de la République annule l'appel d'offres qui a conduit à l'attribution d'une licence télécoms à Telstar

Group Vivendi Africa déploie Canalbox, le premier reseau internet très haut débit FTTH au Congo

Botswana: les attaques sur le réseau télécoms de BTC s’accentuent avec la forte demande du cuivre sur le marché

 
COMM

Congo : Vivendi lance une salle CanalOlympia à Brazzaville

Classement des 10 premiers pays africains en matière de liberté de la presse, selon Reporters Sans Frontières

Netflix va ajouter sa première série animée africaine à sa plateforme

Sénégal : sale temps pour Excaf Telecom condamné à payer 600 millions de francs CFA pour avoir repris des images de Côte Ouest

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance