Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Angola : l'ex-président Eduardo dos Santos rentre d'exil à quelques mois de la présidentielle de 2022

Angola : l'ex-président Eduardo dos Santos rentre d'exil à quelques mois de la présidentielle de 2022
  • Date de création: 15 septembre 2021 18:36

(Agence Ecofin) - Président de l’Angola pendant 38 ans, José Eduardo dos Santos avait quitté son pays depuis 2019. Ces dernières années, sa famille a été la cible de la campagne anti-corruption menée par l’actuel président Joao Lourenço, qui lui a succédé en 2017.

L’ex-président angolais José Eduardo dos Santos (photo) est de retour dans son pays. L’information a été confirmée par l’Agence de presse angolaise (ANGOP) qui indique que l’avion qui transportait l’ancien dirigeant a atterri dans la capitale, Luanda, mardi matin.   

Depuis 2019, l’ancien chef d’Etat était en exil en Espagne où il s’était rendu officiellement pour des raisons de santé. Président de la République à partir de 1979, il avait renoncé à se présenter à l’élection présidentielle de 2017, ouvrant la voie à l’élection de son ancien ministre de la Défense, Joao Lourenço.

Mais depuis, les relations entre le clan dos Santos et le nouveau président se sont détériorées. Bien qu’il ne se soit jamais directement attaqué à son prédécesseur, M. Lourenço a progressivement éloigné la famille dos Santos du pouvoir, à travers une campagne intensive de lutte contre la corruption, qui a évincé tour à tour José Filomeno dos Santos et Isabel dos Santos. Fils et fille de l’ancien président, ils occupaient respectivement la présidence du Fonds souverain angolais (FDSEA) et de la compagnie nationale angolaise des hydrocarbures (Sonangol) avant d’être démis de leurs fonctions et poursuivis en justice.

Bien que la durée de son séjour n’ait pas été spécifiée, il faut souligner que le retour d’Eduardo dos Santos intervient à quelques mois de la présidentielle angolaise annoncée pour mi-2022. Ce scrutin qui devrait voir Joao Lourenço se présenter pour un nouveau mandat sera l’occasion pour la population d’évaluer le bilan du premier quinquennat du dirigeant, qui, malgré la vaste campagne de lutte contre la corruption et la stratégie de privatisation de l’économie nationale, reste marqué par une crise économique persistante et une dette publique estimée à 135% du PIB en 2020 (FMI), sur fond de dépendance de l’économie à la manne pétrolière.

L’année dernière, Isabel dos Santos, elle aussi en exil, avait indiqué qu’elle pourrait se présenter à la prochaine élection. Une annonce que plusieurs observateurs ont interprétée comme un défi envers l’actuel président.

Pour l’heure, l’ancien chef de l’Etat n’a pas indiqué s’il rencontrerait son successeur. Mais les deux hommes pourraient entrer en contact pour mettre sur la table les différents sujets au cœur de l’actualité politique angolaise, alors qu’un congrès du MPLA, le parti au pouvoir est attendu pour le mois de décembre.

Moutiou Adjibi Nourou

Moutiou ADJIBI NOUROU

Banner LNG Gestion et Economie

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

« Je refuse de croire que l’Afrique ait l’échec dans son ADN.» Nana Akufo-Addo, président du Ghana