Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Sahara occidental : un statu quo US peu lisible

Sahara occidental : un statu quo US peu lisible
  • Date de création: 06 juillet 2021 16:19

(Agence Ecofin) - Aux USA, le statu quo de la nouvelle administration Biden sur le Sahara occidental suscite de nombreuses questions de la part de ceux qui suivent la politique extérieure américaine dans cette région de l’Afrique. En effet, dans un point de presse de la diplomatie américaine, le jeudi 1er juillet dernier, la question est revenue deux fois parmi les journalistes, qui ont questionné la position américaine sur le sujet.

A la question de savoir si les USA maintenaient la reconnaissance du Maroc sur cette région, le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price a répondu « Cela reste la position de l'administration.  (...) Il n'y a pas de changement. », tout en ajoutant que l'action diplomatique américaine pour l’heure, consiste à soutenir « un processus politique crédible mené par les Nations Unies pour stabiliser la situation et garantir la cessation des hostilités. »

Rappelons qu’une partie du Sahara occidental, considéré comme territoire non autonome par les Nations unies, est disputée depuis plusieurs décennies entre le Maroc et les Forces du Front Polisario, qui revendiquent une autonomie totale de la région.

En décembre 2020, le président américain Donald Trump a reconnu la souveraineté marocaine sur le territoire sahraoui, en dehors du processus de paix mené par les Nations unies. Si cette décision a renforcé les liens entre Rabat, Washington et l’Etat d'Israël de Benjamin Netanyahu, elle doit désormais se situer dans le contexte d’un changement de gouvernement, non seulement en Amérique, mais également en Israël.

Du reste, le manque de position claire de l'administration Biden, peut suffisamment inquiéter en Algérie, soutien du Front Polisario, pour renforcer ses relations avec la Chine et la Russie ; deux puissances étrangères qui ne manquent jamais une occasion de faire le contrepoids avec les Etats-Unis. Ainsi, selon le Fair Observer, l'Algérie pourrait approfondir ses relations avec Moscou et Pékin, notamment sur le terrain sécuritaire et de la coopération économique. 

Il faut également rappeler que le Sahara occidental reste une porte d'entrée importante pour le Maroc en Afrique subsaharienne, et a été désigné par les USA comme un hub régional pour le programme de commerce et d'investissement Prosper Africa.

Une instabilité poussée dans cette zone pourrait affecter l’ensemble de la bande saharo-sahélienne, et l'Afrique occidentale. L’an dernier, peu avant la reconnaissance américaine, des affrontements armés avaient éclaté entre le Maroc et les partisans d’une République Sahraouie, malgré un cessez-le-feu. Ces violences ont été « regrettées », par la Commission de l’Union Africaine, qui a appelé les Nations Unies à « accélérer le processus de nomination de son Envoyé spécial » dans cette zone. 

Ayi Renaud Dossavi




Ayi Renaud DOSSAVI

Banner LNG Gestion et Economie

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

« Je refuse de croire que l’Afrique ait l’échec dans son ADN.» Nana Akufo-Addo, président du Ghana