Ecofin Telecom
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L’Open savoir-faire, une opportunité pour l’Afrique numérique innovante

  • Date de création: 25 mars 2012 06:22

(Agence Ecofin) - D’esprit similaire à l’Open source, l’Open savoir-faire pourrait être une piste pour développer et diffuser rapidement un savoir-faire numérique dans des pays à forte culture communautaire. Tru Dô-Khac, consultant en innovation et gouvernance numérique d’entreprise livre quelques clés de compréhension .

Fin 2011, le magazine CIO Mag organisait à la Bibliothèque de France un colloque sur « L’innovation numérique en Afrique : enjeux et perspective ». Le constat de plusieurs directeurs de systèmes d’information de grandes entreprises françaises était unanime: les entreprises africaines devront prochainement réaliser leur propre parcours de transformation vers le numérique.

Trois parcours de transformation numérique d’entreprise

On peut identifier trois types de parcours de transformation.

Le premier s’inscrit dans l’organisation : il s’agit pour l’entreprise de déployer l’usage des systèmes d’information à la totalité de ses fonctions ; le plus souvent présents dans la comptabilité, la gestion financière et l’administration du personnel, les systèmes d’information doivent apporter leur valeur dans tous les métiers tels que la vente, la production et la logistique.

Un second parcours s’inscrit dans l’innovation : ce sont les produits et les services de l’entreprise qui acquièrent des avantages numériques. A titre d’exemple, nous citerons la voiture connectée qui est munie de services tels que le pilotage automatique et la conduite assistée mais également des services de divertissement en trajet, d’aide à la navigation, de téléphonie et messagerie, et plus généralement des services accessibles sur terminal embarqué (voyage, shopping, covoiturage sur réseau social, etc.).

Enfin, un troisième parcours est un parcours en rupture : c’est celui de la création d’entreprises purement numériques. Par exemple, ce sont les jeunes pousses logicielles ou de services cloud computing SaaS.

Protéger l’innovation tout en la partageant

Dans sa transformation vers le numérique, l’entreprise innove donc, que ce soit dans les procédés d’entreprise, les produits ou services et les modèles d’affaires. Comme cette innovation fonde l’avantage compétitif, une bonne pratique de gestion est sa protection. Le secret est le mode de protection naturel. Ainsi, un procédé permettant de produire mieux et plus vite est soigneusement gardé confidentiel par des accords entre l’entreprise et ses salariés opérant sur le procédé. De même, la conception d’un logiciel apportant une fonctionnalité nouvelle est gardée enfermée par une interdiction contractuelle d’accès au code source.

A cette stratégie traditionnelle du secret, une alternative est le recours à la propriété intellectuelle dont le brevet d’invention et le droit d’auteur sont des dispositifs de base. Le fondement du brevet d’invention est le suivant : comme rien n’oblige ceux qui inventent à partager l’usage de leurs inventions, la société les invite à le faire en contrepartie d’un droit de monopole d’exploitation limité dans le temps.

Par le brevet d’invention, la société reconnaît la paternité de l’invention et concède à son inventeur un droit d’exploitation exclusive pendant une durée donnée. A l’échéance de cette durée, tout le monde peut exploiter l’invention qui « tombe alors dans le domaine public ».

Prenons le cas d’une pompe à eau dont conception nouvelle augmente l’efficacité. Au lieu d’en réserver à son seul clan la jouissance exclusive, son inventeur dépose un brevet qui emporte un libre accès à la conception des éléments nouveaux et déterminants pour l’efficacité de la pompe. Moyennement une redevance, un industriel peut utiliser cette conception pour créer un outil de production dont les sorties, distribuées au-delà du périmètre du clan, amélioreront le bien être de la communauté entière.

Le fondement du droit d’auteur est similaire. Lorsqu’un créateur donne l’accès à ses œuvres tout en autorisant leur représentation et leur reproduction, il voit sa paternité reconnue et reçoit une compensation matérielle. Appliqué au logiciel, le droit d’auteur donne à l’éditeur d’un programme la faculté de percevoir des redevances pour leur utilisation.

En protégeant l’innovation et en en permettant le partage [1], la propriété intellectuelle a une fonction sociale.

Innovation numérique ouverte

Pour que la propriété intellectuelle joue pleinement sa fonction de lien social, celle-ci doit être équilibrée. D’un coté, les créateurs ne doivent pas abuser du droit de monopole concédé par la société, de l’autre les utilisateurs des créations doivent respecter les droits que ces créateurs entendent se réserver pour satisfaire leurs besoins matériels.

L’Open source avec sa suite de licences est un bon exemple de la recherche d’une propriété intellectuelle équilibrée. Assimilant parfois Open source et logiciel libre, on en retient souvent que la gratuité d’utilisation. Pour notre part, nous préférons revenir à l’origine de l’appellation, open/ouvert, et reconnaître qu’une licence Open source, qui permet un libre accès au code source, est d’abord un partage préliminaire de savoir-faire. Dès ce savoir-faire acquis, celui-ci peut être mis en œuvre et ses fruits exploités : dans les licences Open source, ce sont les clauses de libre adaptation des sources à ses besoins et libre reproduction et de distribution de ces adaptations.

On comprend alors pourquoi on désigne certains logiciels de « propriétaires » : ceux-ci sont distribués sous copyright renforcé pour interdire toute reproduction, adaptation et modification, et en outre, l’accès au code source est interdit, enfermant le savoir-faire contenu dans le code.

Dans cette même logique d’exclusion, nous mettrons les ouvrages de pratiques professionnelles publiées sous copyright [2]. Sous ce régime, il est illicite de représenter, reproduire, traduire, adapter l’ouvrage sans le consentement de l’auteur [3] qui acquiert ainsi un monopole sur l’évolution des bonnes pratiques représentées dans l’ouvrage.

Mais outre le monopole de droit, cet auteur détient un monopole de fait lorsque que les ouvrages sont reconnus comme des « référentiels », voire comme un « langage commun »…

Heureusement, il existe maintenant des véhicules juridiques tels que les licences Creative Commons, ou, en France, les licences Libres Savoirs ParisTech qui permettent de « challenger », comme l’Open source l’a fait pour les logiciels propriétaires, la dominance des Best Practices propriétaires. Avec des licences équilibrées de droit d’auteur, de véritables communautés de pratiques développant nativement des pratiques ouvertes pourraient offrir une alternative aux ligues de pratiques verrouillées par le copyright.

Nous avons appelé cette vision Open savoir-faire [4].

Pour que ce challenge devienne une réalité, il faut une certaine idée du « partage ». La culture communautaire propre à l’Afrique pourrait offrir un terrain favorable au déploiement de l’Open savoir-faire.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[1] « Protéger l’innovation pour mieux la partager », Tru Dô-Khac, La Jaune et La Rouge, février 2012, Dossier Grand Angle sur la propriété intellectuelle

[2] « Négoce de savoir-faire informatique », Tru Dô-Khac, Le Cercle Les Echos, 3 janvier 2012

[3] Pour s’en convaincre, il suffit de lire les mentions légales apposées sur les ouvrages représentant ces bonnes pratiques.

[4] « L’Open savoir-faire, une innovation de l’entreprise numérique », Tru Dô-Khac, Le Cercle Les Echos, 23 décembre 2012

Article paru dans le magazine CIO Mag No 20.

www.cio-mag.com


Ecofin Télécom     




 
GESTION PUBLIQUE

Mali recevra 300 millions $ de la Société Internationale Islamique de Financement du Commerce

Les Nations unies accompagneront la mobilisation de 50 milliards $ au profit du lac Tchad

L'ITFC annonce de nouveaux accords et des financements de plus de 880 millions $ en faveur de plusieurs pays africains

Côte d’Ivoire : le français EIFFAGE et l’indien INFRA INTERNATIONAL retenus pour des projets d’adduction d’eau potable estimés à 300 millions d’euros

 
FINANCE

Marché financier régional : l’emprunt obligataire du Mali souscrit près de 4 fois

Tunisie: baisse de 20,2% du bénéfice de la banque islamique Zitouna en 2018, à 5,3 millions $

Maroc: l’équipementier automobile canadien Magna International entame la construction d’une usine à Kénitra

La BRVM lance officiellement la diffusion de ses informations boursières sur la plateforme Refinitiv de Thomson Reuters

 
AGRO

Kenya Breweries pourrait accroître le prix de la bière Tusker si la pression fiscale augmente

Maroc : trois barrages seront édifiés dans le Nord afin d'améliorer l’approvisionnement en eau

Afrique du Sud : l’industrie bovine retrouve l’accès à 10 marchés d’exportation

Afrique du Sud : la perspective d’augmentation des droits de douane sur la volaille inquiète

 
ELECTRICITE

Egypte : une centrale solaire de 600 MW sera construite à l’Ouest du Nil selon le système des enchères

Nigeria : un tarif électrique reflétant les coûts est nécessaire pour plus d’investissements privés

Namibie : la libéralisation du secteur électrique sera effective dès septembre 2019  

Tanzanie : la puissance électrique sera multipliée par six, passant de 1 602 MW à 10 000 MW, d’ici à 2025

 
HYDROCARBURES

Sénégal / Mauritanie : Black & Veatch reçoit le top pour doter le FLNG Gimi de la technologie de liquéfaction PRICO

Algérie : le président par intérim limoge le patron de la société publique du pétrole et du gaz

Les perspectives de croissance du marché global du raffinage pétrolier s’appuient énormément sur la raffinerie de Dangote

L’ALSF accompagne le Rwanda dans la construction d’une centrale de 56 MW avec le méthane du lac Kivu

 
MINES

Lutte contre le travail des enfants dans les mines : BMW veut acheter son cobalt directement d’Australie et du Maroc

Egypte : la mine Sukari en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production annuelle

Guinée : Alufer veut augmenter à 10 millions de tonnes la production annuelle de Bel Air

Côte d’Ivoire : le gouvernement octroie une licence d’exploration à IronRidge pour l’or de Zaranou

 
COMM

Afrobytes IV : le 15 mai à la Station F, à Paris, 6 marchés africains seront présentés à l’écosystème mondial de la tech

Côte d’Ivoire : les autorités prévoient d'arrêter l’émission du signal analogique le 17 juin 2020

Contenu local africain : vers la naissance d’un modèle ougandais ?

Afrique subsaharienne : la CAF attribue les droits de diffusion en clair de la CAN 2019 à l’Union africaine de radiodiffusion

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Télécom