Ecofin Telecom

Cameroun : la concurrence farouche sur le marché du Mobile Money suscite des accusations de pratiques anticoncurrentielles

(Agence Ecofin) - La bataille sur le transfert d’argent électronique au Cameroun se joue aussi désormais par tribunaux et autres autorités de régulation interposés. Selon des sources officielles, la société de transfert d’argent Express Union, qui a étendu sa gamme de services à la microfinance depuis quelques années, a saisi depuis quelques semaines le ministère des Postes et Télécommunications et l’Agence de régulation des télécommunications (ART), pour dénoncer des « pratiques anticoncurrentielles » qu’elle subirait de la part des opérateurs de téléphonie mobile MTN et Orange, qui opèrent depuis 2011 sur le segment du Mobile Money.  

En clair, apprend-on de sources internes à cette entreprise, Express Union reproche aux deux mastodontes du marché camerounais du mobile, de vouloir plomber son service Express Union Mobile Money, qui permet à un client titulaire d’un compte domicilié dans ses livres, d’effectuer des opérations sur son compte à partir de son téléphone portable. Ces opérations ne sont possibles que grâce au code *050# attribué par l’ART à la société LMT, partenaire d’Express Union sur les services à valeur ajoutée. Accessible à tous les abonnés à la téléphonie mobile, ce code est facturé aux clients au prix du sms, apprend-on.

Selon Express Union, afin de mettre à mal ce service, et ainsi attirer les clients d’Express Union Mobile Money vers leurs propres services de transfert d’argent via le mobile, que sont MTN Mobile Money et Orange Money, les deux plus grands opérateurs du marché du mobile au Cameroun ont entrepris d’augmenter les tarifs d’accès au code *050#, ou simplement de le bloquer.

Concrètement, accuse Express Union, la proportion de l’augmentation décidée par Orange Cameroun est de 600%, passant de 20 FCfa à 153 FCfa. Quant à MTN Cameroun, soutient Express Union, après une « tentative d’augmentation » du tarif d’accès au code *050#, de 20 Fcfa à 220 Fcfa, la filiale au Cameroun du groupe sud-africain MTN International a simplement suspendu l’accès au code querellé. 

 Ce « litige » avec MTN Cameroun a d’ailleurs fait l’objet d’une décision de justice prononcée le 24 janvier 2017 par le Tribunal de première instance de Yaoundé Centre administratif. Cette juridiction avait alors enjoint l’opérateur de mobile de rétablir, dans son entièreté, le portail USSD *050#, sous astreinte de 500 000 Fcfa par jour de retard. MTN Cameroun interjettera alors appel de cette décision, tout en rétablissement le code dès le mois de février, avant de le suspendre de nouveau au mois de mai dernier, apprend-on.

Aussi bien chez MTN que chez Orange, ces accusations de « pratiques anticoncurrentielles » sont qualifiées d’infondées. « Orange n’a pas de partenariat avec Express Union sur le *050#. Les numéros courts sont gérés dans le cadre de partenariats multiformes, dont les détails sont encadrés par les lois et règlements en vigueur. Orange, pour sa part, reste engagée dans sa stratégie de développement des partenariats pour enrichir les contenus qu’elle offre à sa clientèle. », précise-t-on chez Orange Cameroun.

Même son de cloche chez le concurrent MTN. « Aucun contrat ne lie MTN Cameroun à Express Union au sujet du code USSD *050#. Nous avons été surpris d’être attaqué en justice par cet établissement de microfinance. Le code USSD *050# dont il s’agit appartient à la société LMT, un fournisseur de services à valeur ajoutée avec qui MTN avait un contrat pilote pour la délivrance des services aux clients à travers ledit code. Le contrat a expiré et MTN a informé LMT de sa décision de ne pas le reconduire et donc, de ne plus autoriser la fourniture des services à travers le portail. Nous n’avons à ce propos aucun litige avec notre partenaire propriétaire du code en question », explique MTN.

Et l’opérateur leader du marché du mobile au Cameroun de poursuivre, un brin soupçonneux vis à vis d’Express Union : « nous avons observé quelques agissements pour le moins curieux de cet établissement. Par exemple, il utilise, sans notre autorisation, la marque « Mobile Money » pour commercialiser ses services. N’est-ce pas là une volonté manifeste de créer la confusion dans les esprits ? Si on devait parler de concurrence déloyale, ce serait aux dépens de MTN Cameroon et non l’inverse ».

Brice R. Mbodiam


Ecofin Télécom     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Télécom
BoutonRS
App Agence
Ecofin
Téléchargez l'application de l'Agence Ecofin gratuitement

iPhone App  App Android