Côte d’Ivoire : Guillaume Soro annonce sa démission de la présidence de l’Assemblée nationale pour « préserver la paix »

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro annonce sa démission de la présidence de l’Assemblée nationale pour « préserver la paix »

(Agence Ecofin) - Annoncée depuis quelques semaines déjà, la démission de Guillaume Soro (photo) du poste de président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a été finalement rendue officielle au cours d’une séance extraordinaire de l’institution, convoquée à la hâte ce vendredi 8 février.

« Chers collègues, l’heure a sonné ! », s’est exclamé Guillaume Soro à l’entame de son discours. Pour finir en déclarant, « à cet instant précis, je rends ma démission de mes fonctions de président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Oui, j’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix, pour la Côte d’Ivoire, comme j’ai eu à le faire par le passé ».

Justifiant cette décision, le désormais ex-président de l’Assemblée nationale évoque son refus d’adhérer au RHDP unifié, nouvelle formation politique chère à l’actuel chef de l’Etat, Alassane Ouattara et dont le congrès ordinaire tenu le 26 janvier dernier, a vu l’absence remarquée de Guillaume Soro. Une posture qui aura suscité de vives critiques de la part des promoteurs de ce parti.

« Refuser de démissionner conduirait immanquablement à la crise institutionnelle déstabilisante, avec son cortège de dommages pour la nation.», a-t-il fait remarquer. Tout en se disant « homme à croire plus au jugement de l’histoire qu’au jugement des hommes ».

Poursuivant, Guillaume Soro estime qu’en ce qui le concerne, « il ne peut être question de défiance mais plutôt du désir d’harmonie entre mes convictions, mes valeurs et ma conscience ».

Le RHDP unifié, la pomme de discorde

Comme c’est également le cas avec son ancien allié du PDCI, l’ex-président Henri Konan Bédié, les relations entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro n’étaient plus au beau fixe depuis quelque temps.

La goutte d’eau ayant fait déborder le vase aura été sans nul doute, l’absence de Guillaume Soro au congrès ordinaire du RHDP unifié. Une position vue comme un acte de défiance de trop par les partisans du président Alassane Ouattara. Ainsi, répondant à la question d’un journaliste au cours d’une rencontre avec la presse le 28 janvier dernier, Alassane Ouattara avait même annoncé, de façon un peu agacée, la démission du président de l’Assemblée nationale pour ce mois de février.

Se consacrer au pardon et à la réconciliation

Même s’il est possible d’entrevoir une probable candidature de l’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne à l’élection présidentielle de 2020, Guillaume Soro veut désormais se poser comme un acteur incontournable de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

« Je demeurerai avec vous pour continuer à travailler à l’édification d’une Côte d’Ivoire riche et prospère qui repose avant tout sur un état de droit et des bases démocratiques solides. Je demeurerai avec vous pour continuer le combat du pardon, de la réconciliation et de la paix. Ce combat, à mes yeux, vaut plus que le poste de président de l’Assemblée nationale.», a-t-il déclaré.


Ecofin Gestion Publique