La Côte d’Ivoire entend faire avancer le projet de la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU durant le mois de sa présidence

La Côte d’Ivoire entend faire avancer le projet de la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU durant le mois de sa présidence

(Agence Ecofin) - Dans un entretien accordé à ONU Info, le représentant permanent de la Côte d’Ivoire auprès des Nations Unies, Léon Kacou Adom (photo), a donné des précisions concernant les priorités de la Côte d’Ivoire dans l’exercice de son mandat à la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU.

Léon Kacou Adom a expliqué que ces priorités sont essentiellement celles du Conseil de sécurité, à savoir le maintien de la paix et de la sécurité internationale. Poursuivant, il a expliqué que les questions de maintien de la paix et de sécurité internationale représentent une importance capitale, raison pour laquelle le 5 décembre 2018, le président ivoirien, Alassane Ouattara, va présider un débat portant sur le thème « La reconstruction post-crise : paix, sécurité et stabilité ».

Un autre chantier de la présidence ivoirienne constitue le projet de réforme du Conseil de sécurité de l’ONU. «La réforme de l’ONU s’impose à nous aujourd’hui. Nous comptons le faire, mais pas tout seul, avec l’aide des autres pays.», a indiqué Léon Kacou Adom.

Le représentant permanent de la Côte d'Ivoire à l'ONU a noté qu’en 2100, la jeunesse africaine comptera pour 40% de l’humanité et que l’Afrique atteindra près de 4,4 milliards d’habitants, soit pratiquement une personne sur deux dans le monde.

« Comment pouvez-vous comprendre qu’un continent comme l’Afrique n’ait pas un seul représentant permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies alors que l’Europe a plus d’un représentant ?», s’est-il interrogé. « Il y a quand même quelque chose de normal à rétablir.»

Notons que, la Côte d'Ivoire prend la tête du Conseil de sécurité de l'ONU, un an et demi après le départ de l'ONUCI, dont le rôle dans la résolution de la crise ivoirienne, a été vivement critiqué. L’institution a en effet, achevé sa mission le vendredi 30 juin 2017 après 13 ans de présence dans le pays.

Flore Kacou


Ecofin Gestion Publique