Ecofin Telecom
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Huawei : «Parmi les principaux fournisseurs d’équipement pour la 5G, il n’y a pas de société américaine»

  • Date de création: 26 février 2019 04:35

(Agence Ecofin) - Eric XU, le président tournant de Huawei, a échangé avec les médias britanniques le 13 février 2019 sur les grands enjeux de l’heure du groupe technologique. Il a défendu les vérités de la société sur divers sujets parfois sensibles comme l’actuelle bataille avec les USA, les soupçons d’atteinte au réseau électronique qu’il a contribué à mettre en oeuvre dans divers pays, ou encore le futur marché de la 5G.

PC Pro: Entre la recherche fondamentale sur la communication sans fil et le développement de fonctionnalités orientées vers les besoins des clients, comment Huawei réparti l’investissement ?

Huawei a établi un système de gestion des investissements en Recherche  & Développement similaire à d’autres systèmes dans le secteur, mais légèrement différent. C’est l’IPMT (Integrated Portfolio Management Team) qui élabore les budgets d'investissement pour le développement des fonctionnalités orientées vers la demande du client, tandis que l’ITMT (Integrated Technology Management Team) prend des décisions en matière de recherche de technologies innovantes tournées vers l’avenir. C'est ITMT qui a décidé en 2009 d'initier nos efforts de recherche sur la 5G. Au Royaume-Uni, nous avons annoncé que Huawei investirait 600 millions de dollars américains dans la recherche sur la 5G. Même jusqu'à aujourd'hui, la recherche n'a pas été complètement terminée.

Computer World: Y a-t-il un moment dans l'histoire où l’idée de la 5G est devenue stratégique et constitue ainsi une stratégie essentielle pour la société ?

Ce n'est pas aussi grand que vous l’avez imaginé. Il existe une certaine règle à suivre, un certain modèle historique lorsque vous examinez le secteur des communications mobiles. Après la 2G, il y aurait certainement la 3G, la 4G et la 5G. Ce que je pense actuellement, c'est la 6G. Une fois que les produits 4G sont déjà présents sur le marché, d’un point de vue scientifique, nos équipes s’intéresseraient certainement à la 5G. A mon avis, entre 2028 et 2030, la 6G sera aussi largement discutée comme nous l’avons fait aujourd'hui à l’égard de la 5G.

The Daily Telegraph: Avez-vous une réponse particulière aux remarques de Mike Pompeo sur le rôle que les entreprises chinoises peuvent jouer dans le déploiement de la 5G?

D’après moi, les remarques de M. Pompeo ne sont qu'une indication supplémentaire du fait que le gouvernement américain entreprend une campagne géopolitique bien coordonnée et élaborée contre Huawei. Il s'agit essentiellement d'utiliser une machine nationale contre une petite entreprise comme la nôtre, aussi petite qu'une graine de sésame. Huawei est une entreprise qui existe depuis 30 ans et qui rend service à plus de 3 milliards de personnes dans 170 pays et régions. Quel genre d'entreprise sommes-nous vraiment? Je pense que nos clients, nos partenaires et les 3 milliards et plus de personnes que nous servons en ont une très bonne compréhension.

Financial Times: vous avez mentionné le fait que la cybersécurité est en partie liée à la politique ou à l'idéologie. Si le gouvernement américain a ses motivations politiques, comment verriez-vous le résultat final, disons, dans cinq à dix ans, dans la mesure où le monde cyber et la communauté technologique seraient divisés en deux, l’un dirigé par la Chine, l'autre par les États-Unis.

La cybersécurité est en soi un problème technique qui nécessite une expertise, et c'est également ce à quoi travaillent tous les scientifiques et ingénieurs du monde entier. Dans ce contexte, Huawei a collaboré avec différents gouvernements et partenaires du secteur pour mettre en place des normes convenues, afin que les utilisateurs puissent les appliquer pour évaluer le niveau de sécurité des produits.

Récemment, nous avons vu le lien étroit entre la 5G et la cybersécurité, et je pense que les gens connaissent bien les sources de ce mariage. A vrai dire, parmi les principaux fournisseurs d’équipement pour la 5G, vous trouverez Nokia, Ericsson, Huawei, Samsung et ZTE, et pourtant, comme vous pouvez le constater, il n’y a pas de société américaine ici. La Chine et l’Europe ont travaillé ensemble pour essayer de mettre en place une norme mondiale unifiée pour la 5G ou la future communication mobile, afin de réduire les coûts généraux et d’améliorer le retour sur investissement de tous les acteurs de ce secteur.

Grâce aux efforts communs du secteur, la norme mondiale unifiée pour la 5G a pu finalement voir le jour. Cela signifie que tous les acteurs peuvent suivre cette norme lorsqu'ils développent des produits liés à la 5G.

 31080 in 1 Telecom Huawei Parmi les principaux fournisseurs dquipement pour la 5G il ny a pas de socit amricaine

La Chine et l’Europe ont travaillé ensemble pour essayer de mettre en place une norme mondiale unifiée pour la 5G.

Mais à présent, certains politiciens ont transformé la 5G ou la cybersécurité en discussions politiques ou idéologiques, qui, à mon avis, ne sont pas viables. Bien sûr, différents pays ont certainement le droit, compte tenu de leurs propres spécificités, de choisir les bons fournisseurs qui leur conviennent lorsqu'ils déploient leurs réseaux.

New Statesman: Politico a signalé au cours du week-end que Donald Trump envisageait d'adopter un décret interdisant les équipements de Huawei aux États-Unis. J'aimerais connaître votre avis sur l'impact que cela aurait sur Huawei.

Tout d'abord, je tiens à vous signaler que les équipements de Huawei ne sont pratiquement pas présents sur le marché américain. Dans l'histoire, les équipements 4G de Huawei ont été utilisés par des transporteurs ruraux aux États-Unis, aidant les opérateurs américains à fournir des services de communication mobile aux personnes vivant dans des zones rurales isolées. J'ai vu ces histoires de presse que vous avez mentionnées, mais peu importe l'issue des événements, je pense que cela n'aurait pas d'impact majeur sur les activités de Huawei. Parce que, comme je l’ai dit tout à l’heure, nous n’avons pratiquement aucune présence commerciale aux États-Unis et nous n’envisageons pas d’accroître notre visibilité sur ce marché dans le futur.

PA: En ce qui concerne le Royaume-Uni, à la fin de l'année dernière, le président du MI6 et le ministre de la Défense ont tous deux fait de vagues suggestions qui indiquaient qu'ils n'étaient pas certains de la sécurité de Huawei.

D’abord, le gouvernement britannique s'est inquiété depuis toujours de la sécurité des équipements de Huawei. C’est la raison même pour laquelle Huawei collabore avec le gouvernement britannique à la mise en place du HCSEC (centre d’évaluation de la cybersécurité) afin de créer le partenariat en matière de sécurité. Il s’agit donc d’un modèle de coopération ouverte en vue de répondre aux préoccupations relatives aux équipements Huawei déployés dans les réseaux britanniques.

Computer World: Je trouve intéressant que Huawei entretienne de bonnes relations historiques avec deux membres de Five Eyes, notamment le Canada et le Royaume-Uni. Je suis donc curieux de savoir si vous pourriez en dire un peu plus sur la relation entre Huawei et les agences de renseignement de Five Eyes.

Je ne suis pas très clair sur la coopération de Huawei avec les agences de renseignement du Groupe des cinq, mais je connais la collaboration de Huawei avec le GCHQ au Royaume-Uni, qui est une collaboration constructive. Ce n'est pas simplement oui ou non. Mais au contraire, il est basé sur les priorités respectives alors que nous travaillons ensemble pour trouver des solutions techniques et réglementaires afin que le partenariat puisse continuer.

Financial Times: Huawei fournit uniquement des stations de base au Royaume-Uni. Il existe essentiellement un cryptage des données transmises des dispositifs de l’utilisateur aux stations de base. Ces informations sont-elles déchiffrées au fur et à mesure qu'elles sont transmises des stations de base à d’autres réseaux IP?

En ce qui concerne le cryptage ou le décryptage, c'est l'affaire des opérateurs de télécommunication ou des gouvernements.

Financial Times: Le cryptage est-il effectué avec votre équipement?

Les clés de cryptage ne sont certainement pas à la disposition de Huawei. Elles sont entre les mains des gouvernements.

Certaines personnes pourraient se demander pourquoi Huawei aurait besoin de trois à cinq ans pour renforcer ses capacités en ingénierie logicielle. Pourquoi un investissement supplémentaire de 2 milliards de dollars américains?

À l'époque où nous avons mis en place la HCSEC avec le gouvernement britannique, c'était principalement pour répondre aux préoccupations du gouvernement anglais concernant la possibilité que les produits de Huawei soient dotés de portes dérobées. Nous avons ensuite transmis notre code source à HCSEC, qui a été vérifié par des citoyens britanniques avec autorisation DV. Ils ont examiné le code source et n'ont trouvé aucune porte dérobée dans nos produits. Ça c’était notre but initial.

Après avoir résolu ce problème, HCSEC voulait ensuite examiner les produits de Huawei pour évaluer leur capacité de se protéger contre les attaques, la pénétration et d’autres menaces éventuelles. Nous avons passé huit ans à améliorer les capacités de défense des produits Huawei contre d'éventuelles attaques et pénétration. Grâce à huit ans d’efforts assidus, Huawei est aujourd’hui le plus puissant en cette matière, et ce n’est pas notre propre dire. Cette affirmation repose en fait sur l’évaluation et l’enquête réalisées par une société américaine Cigital.

Nous avons ensuite élargi les domaines de notre collaboration avec le Royaume-Uni.  En d’autres termes, il ne se limite plus au résultat, mais il consiste aussi à évaluer la haute qualité et la fiabilité du processus de développement du produit.

New Statesman Tech: Pouvez-vous estimer le coût d’une réécriture complète de votre code base?

Nous travaillons maintenant sur le plan de haut niveau pour l'ensemble du programme de transformation. L’estimation n’est pas encore finie, dès que nous le saurons, nous vous tiendrons au courant. Et quant à notre calendrier, nous espérons  que le plan de haut niveau soit achevé d’ici fin mars.

Financial Times: Vous avez mentionné que l'Asie représente un marché très important pour Huawei du point de vue de la 5G et que le marché européen n'est pas très mature en la matière. Pouvez-vous alors nous donner une idée sur les pays asiatiques qui adopteront réellement la 5G de manière très large? Et quelle part de marché contribuera à l'activité 5G de Huawei?

Pour moi, il existe trois types de marchés en matière d'adoption de la 5G.

Le premier type concerne les marchés à forte demande pour la 5G, y compris la Chine, le Japon, la Corée du Sud et certains pays du CCG. Le deuxième type se réfère aux pays développés en Europe, ainsi que les États-Unis. La demande pour la 5G n’est actuellement pas très forte dans ces pays, et même le déploiement de la 4G n’y est pas intense.

31080 in 2 Telecom Huawei Parmi les principaux fournisseurs dquipement pour la 5G il ny a pas de socit amricaine

Le centre R&D Huawei de Shenzhen.

Connaissez-vous le nombre de stations de base en France et celui dans la ville de Shenzhen? Toutes les stations de base 4G en France sont moins nombreuses que celles uniquement déployées par China Mobile Shenzhen.

Le troisième type se rapporte principalement aux pays en développement, où nous ne voyons pas de demande réelle pour la 5G à ce stade. Les bénéfices de Huawei issus de la 5G dans les prochaines années proviendront principalement du premier type de marchés, et le deuxième type ne contribuera qu’à une proportion faible.


Ecofin Télécom     




 
GESTION PUBLIQUE

Niger : plus de 76% des filles sont mariées et 48% sont mères avant 18 ans

Egypte : le gouvernement maintient l'état d'urgence pour trois nouveaux mois

Cameroun : en 3 ans, le taux d’achèvement du premier cycle de l’enseignement secondaire est passé de 53 % à 80 %

Kenya : des rhino-bonds bientôt émis pour financer la protection des rhinocéros noirs d’Afrique

 
FINANCE

Togo : la SFI change de stratégie d’investissement et s’oriente désormais vers les PME

La société de paiement londonienne VertoFX lève 2,1 millions $ pour renforcer ses activités en Afrique

Ouganda : le fournisseur de glaces industrielles Ice Industries reçoit un investissement du gestionnaire de fonds XSML

La société technologique nigériane Interswitch aurait relancé son projet de double introduction sur les bourses de Londres et de Lagos

 
AGRO

Nigeria : le Royaume-Uni injectera 5 millions de livres dans les technologies agricoles

Guinée : la SFI débloque 25 millions $ en faveur du fabricant de farine Sonoco

Blé : Grains Overseas risque d’être insuffisante pour contrer l’influence russe en Afrique du Nord

L’Afrique du Sud pourrait exporter 1 million de tonnes de maïs en 2019/2020

 
ELECTRICITE

Tanzanie : CrossBoundary Energy Access et PowerGen s’allient pour implanter 60 mini-réseaux

Nigeria : le gouvernement fédéral renégocie ses accords d’exportation d’électricité avec le Bénin et le Niger

Afrique du Sud : 4,2 milliards $ supplémentaires alloués par le gouvernement à Eskom

Mozambique : des consultants recherchés pour la mise en place de 60 MW

 
HYDROCARBURES

Libye : la NOC déclare la force majeure sur les exportations de pétrole du port d’Az Zawiyah

Egypte : ExxonMobil envisage de faire du port de Damiette un important centre logistique régional

Mozambique : Eni lance les travaux d’installation de la coque de son navire de liquéfaction de gaz naturel

Eni va former plus de 800 Mozambicains pour la phase opérationnelle de son projet de GNL dans le pays

 
MINES

Le canadien Nexus Gold s’intéresse au secteur minier gabonais

Botswana : Resource Capital Fund investit 70 millions $ dans le projet Khoemacau

Les mineurs australiens s’inquiètent de l’activité terroriste en Afrique de l’Ouest

Botswana : le deuxième plus gros diamant non taillé de l’histoire s’appelle Sewelô

 
FORMATION

Gabon : la société chinoise Avic livrera, en septembre 2020, un centre de formation aux métiers de l’industrie

Les institutions africaines doivent prendre en compte le développement des emplois à distance dans les formations (BAD)

Le gouvernement du Maroc offre 120 bourses d’études aux jeunes Ivoiriens au titre de l’année académique 2019-2020

Les pays anglophones ont capté 80% des investissements privés dans le secteur de l'éducation en Afrique entre 2012 et 2019

 
COMM

Sénégal : le groupe Trace lance une chaîne de télévision dédiée à la musique locale

Zimbabwe : MultiChoice autorisé à recevoir les souscriptions à ses bouquets en devises étrangères

La Gambie va passer à la télévision numérique en 2020

Liberté de la presse : le Tanzanien Maxence Melo Mubyazi récompensé par le Comité pour la protection des journalistes

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Télécom