Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

« L’anacarde est une spéculation agricole qui offre d’autres possibilités d’engranger des ressources dans les zones rurales », selon Hope Sona Ebai 

  • Date de création: 27 novembre 2018 13:56

(Agence Ecofin) - Agroéconomiste bien connu dans la filière cacao en Afrique, le promoteur du cabinet Globalru-Urban Consultants Inc, basé au Ghana, Hope Sona Ebai (photo) est parmi les experts ayant travaillé sur l’élaboration de la stratégie nationale de développement de la chaîne de valeurs de la filière anacarde au Cameroun. Il livre ici les opportunités que recèle cette culture pour l’économie camerounaise.  

Quel état des lieux dressez-vous de la filière anacarde au Cameroun, au terme de l’élaboration du plan stratégique national de développement de la chaîne de valeurs de cette filière ?

La filière anacarde au Cameroun est à sa naissance. Il y a des anacardiers qui ont été plantés dans le pays dans les années 1975, mais c’est une filière qu’il faut entièrement mettre en place, de la production jusqu’à la transformation, en passant par la production de semences améliorées et leur distribution.

Il existe une plantation de plus de 100 hectares dans la localité de Sanguéré, dans la région du Nord, qui date des années 70. Qu’est ce qui peut expliquer que cette culture n’ait pas décollé depuis autant d’années au Cameroun ?

A cette époque, l’anacardier était planté juste pour des besoins de reboisement des forêts. Ce n’était pas une culture agricole. Je connais très bien ce projet de Sanguéré, parce qu’il a été implémenté juste au moment où je retournais au Cameroun après mes études à l’étranger. C’est le Fonader (Fonds national de développement rural) qui avait financé ce projet. Donc, l’anacarde, même si les populations consommaient sa pomme, n’était pas connu comme un produit agricole. Mais aujourd’hui, à cause des Nigériens qui ont besoin de la noix de cajou, des exportateurs qui ont envahi les zones de production, on constate que c’est une filière porteuse.

L’anacardier, qui produit l’anacarde communément appelée noix de cajou, pousse dans des zones agroécologiques bien précises. Quels sont les principaux bassins de production identifiés au Cameroun ?

Les bassins identifiés sont pour l’essentiel situés dans l’Extrême-Nord, viennent ensuite l’Adamaoua et le Nord du Cameroun, la région de l’Est et une partie de la région du Centre, notamment dans le département du Mbam, dont le climat est sec. Bref, l’anacardier est une culture des zones chaudes, plus la pluviométrie est abondante, moins les rendements sont bons.

Au Cameroun, il y a des personnes qui veulent se lancer dans cette culture, mais sont confrontées à l’indisponibilité ou alors l’insuffisance des plants. Que prévoit la stratégie nationale de développement de la chaîne de valeurs de la filière anacarde à ce sujet ?

Il faut penser à la production de plants d’anacardiers à grande échelle. Avec les petites pépinières derrière la maison, on ne peut pas développer une véritable filière. Il faut passer à la production des plants à l’échelle industrielle. Par exemple, pour obtenir 10 000 tonnes de noix de cajou par an, il faut avoir 11 millions de plants. Il nous faut donc développer des plants à hauts rendements, parce qu’il y a aussi des pertes qu’il faut prendre en compte. Sur le cacao, par exemple, le taux de mortalité des plants atteint 35% pour des plants traditionnels.

L’Institut de recherches agricoles pour le développement (IRAD) implémente actuellement un programme visant à produire 10 millions de plants d’anacardiers d’ici à 2021. Est-ce que ces plants sont génétiquement efficaces ?

Je ne peux malheureusement pas me prononcer sur l’aspect génétique de ces plants, parce que ne connaissant pas leur origine. De mon point de vue, l’IRAD doit d’abord génétiquement caractériser ce matériel végétal, puis sélectionner le matériel qui est utilisable dans toutes les zones agroécologiques propices à la culture de l’anacarde au Cameroun. Cela prendra un peu de temps. C’est la raison pour laquelle ceux qui ont besoin de plants doivent être un peu patients. Même si on importe des plants de l’Afrique de l’Ouest, il faut préalablement une étude d’adaptation à nos micro climats du Cameroun.

Les plants qui sont actuellement distribués ne garantissent pas forcément des rendements optimums. C’est juste pour intéresser les producteurs à cette culture, pour les fidéliser à la filière, le temps de mener des actions pour pouvoir obtenir des rendements plus intéressants.

En Côte d’Ivoire, l’anacarde a été baptisé «l’or gris», à cause de ses vertus en matière de développement économique des zones rurales. Quels peuvent être les atouts économiques d’une telle filière au Cameroun ?

Pour moi, l’anacarde est une spéculation agricole qui offre d’autres possibilités d’engranger des ressources dans les zones rurales. Dans les zones cotonnières de la partie septentrionale, par exemple, cette culture offre la possibilité d’avoir une autre source de revenus, en dehors du coton. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire est bien en avance dans ce domaine, mais ce pays a commencé comme nous le faisons en ce moment.

Mais, au bout de 5 à 7 ans, ils ont constaté que certains plants n’étaient pas de bonnes variétés. C’est la raison pour laquelle nous devons faire attention et doter la recherche de moyens nécessaires pour que nous puissions prendre un bon départ.

En Afrique de l’Ouest, la culture de l’anacarde est bien ancrée dans les mœurs et permet aux producteurs d’engranger des revenus importants, mais on constate que dans cette partie du continent la transformation est quelque peu délaissée. Que préconise la stratégie de développement de la filière au Cameroun, sur ce volet ?

Dans cette stratégie nationale, toute la filière est prise en compte, de la production à la transformation. De ce point de vue, il y a une grande exposition du matériel de transformation en Côte d’Ivoire au cours de ce mois de novembre 2018. Les acteurs de la filière au Cameroun vont y participer, pour voir et apprécier ce qui est disponible et peut le mieux convenir à leurs aspirations en matière de transformation de l’anacarde.

Comme dans la filière cacao, on risque de se retrouver dans la situation où des petits producteurs sont exclus de la transformation, parce que ne possédant pas les moyens pour acquérir les équipements, qui généralement sont plus à la portée de grands industriels… 

Aujourd’hui dans la filière cacao, on a déjà de petits équipements qui peuvent tenir dans une chambre. Cela est également possible dans la filière anacarde. Avec les évolutions technologiques, on a de plus en plus d’équipements de transformation adaptés aux besoins des petits producteurs.

En matière de développement de l’agro-industrie en Afrique, l’un des principaux obstacles c’est la difficulté à accéder aux financements. Sur ce volet, que prévoit la stratégie nationale sur laquelle vous avez travaillé ?

La stratégie a effectivement exploré cette question. Nous avons discuté sur comment monter des projets bancables et attirer les financements dans cette filière, notamment les ressources bancaires, étatiques et même des investissements étrangers.

Selon vous, à quel horizon le Cameroun pourrait-il devenir un pays de l’anacarde, si la stratégie nationale de développement de la chaîne de valeurs de cette filière est effectivement mise en œuvre ?

La stratégie sur laquelle nous avons travaillé, vise à faire en sorte que le Cameroun soit visible sur le marché mondial de l’anacarde dans cinq ans, c’est à dire en 2023. Je dis bien visible, pas plus pour l’instant.

Entretien avec Brice R. Mbodiam


Ecofin Agro     


 
GESTION PUBLIQUE

Egypte: le FMI donne son accord de principe pour le versement d’une tranche de prêt de 2 milliards $

Le Kenya espère conclure un accord avec le FMI sur un nouveau prêt d’ici deux mois

Zambie: 100 millions $ de la Banque mondiale pour améliorer la gestion des ressources naturelles

La Banque mondiale débloque près de 100 millions $ en faveur du Kenya  

 
FINANCE

Oragroup annonce des résultats 2018 en forte progression et la nomination d’un nouveau DG

Le gestionnaire sud-africain Investec Asset Management devient le premier actionnaire du fournisseur de logiciels wiGroup

MTN Nigeria est déjà en bourse, mais le grand public devra encore patienter pour acquérir ses actions

Cameroun: 15 milliards FCFA de dividende pour les actionnaires du groupe SABC au compte de l'exercice 2018

 
ELECTRICITE

La Namibie désire satisfaire elle-même 80% de sa demande électrique d’ici 2022

La Banque mondiale exclut pour 15 mois, la compagnie Sieyuan Electric pour fraudes

Le marché africain du solaire photovoltaïque pourrait peser 30 GW d’ici 2030 selon une étude allemande

L’initiative Power Africa a aidé à la mobilisation financière de 121 projets de 10 000 MW de capacité totale

 
HYDROCARBURES

Nigeria : la police de l’Etat de Rivers révèle que cinq travailleurs du secteur pétrolier ont été enlevés

Libye : la Sirte Oil Company achève avec succès un programme de tests de puits sur le champ Istiklal

L’Italie s’engage à importer du gaz naturel algérien jusqu'en 2027

Tanzanie : le retard du projet de GNL pourrait amenuiser les chances du pays d’attirer des IDE (Deloitte)

 
MINES

Afrique du Sud : l’AMCU n’obtient pas l’annulation de la transaction entre Sibanye et Lonmin  

Madagascar : Denham Capital veut investir dans le projet de zircon Beravina

Guinée : le milliardaire Robert Friedland envisagerait d’investir dans le secteur du fer

Namibie : Debmarine investira 468 millions $ pour construire un septième navire de récupération de diamants  

 
TELECOM

Les Seychelles envisagent une stratégie pour développer la technologie financière

Ouganda: MTN remporte le marché de fourniture de l’accès à Internet aux députés, évalué à 16,5 millions de shillings par mois

Côte d’Ivoire : les MTNers se sont enjaillés à la Djossy Party

Kaspersky Lab ouvrira un bureau au Rwanda, avec l’ambition d’étendre sa présence en Afrique de l’Est

 
COMM

L’Etat camerounais est désormais propriétaire d’Afrimedia SAS, le diffuseur d’Africa 24

Côte d’Ivoire : au Discop, les acteurs de l’audiovisuel veulent penser l’avenir du secteur

Nigeria : le ministre de l’information aurait validé, dans le cadre du passage à la TNT, un paiement à l’origine d’un scandale de corruption

Côte d’Ivoire-TNT : le gouvernement plafonne les prix du décodeur et de l’antenne UHF

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro