Ecofin Telecom
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

« Le cloud mobile est promis à un grand avenir »

  • Date de création: 19 mai 2012 05:53

(Agence Ecofin) - Pour les experts de BearingPoint, le cloud mobile va révolutionner notre manière de travailler.

Le service cloud, ou informatique dématérialisée, révolutionne tout l’écosystème de l’informatique. Désormais, l’utilisateur a la possibilité – via Internet – de solliciter une ou plusieurs applications en temps réel, à volonté et en toute transparence.

Pour les entreprises, la standardisation et la qualité de service élevée à moindre coût offrent ainsi des économies d’échelle importantes. Autre innovation majeure : le « pay as you go », ou paiement à l’usage. Le cloud mobile est une déclinaison particulière du cloud. Comme son nom le laisse deviner, il s’agit d’accéder à des applications en mode SaaS depuis des terminaux mobiles (smartphones, tablettes, etc.).

Cependant, le cloud mobile se distingue du SaaS traditionnel. Tout d’abord car l’environnement mobile ne permet pas encore de répondre à l’une des promesses du SaaS, à savoir s’appuyer sur un client léger sur le terminal. Les débits mobiles, aujourd’hui plus faibles que ceux du fixe, la couverture 3G ainsi que les coupures de réseau imposent la plupart du temps des applications installées sur le terminal mobile.

Enfin, la composante mobile du cloud offre de nouvelles perspectives et de nouveaux usages qui en font une famille du cloud à part entière. Dans la famille du cloud, le cloud mobile est sans doute promis à un grand avenir, aussi « prometteur que l’utilisation du mail a modifié les comportements au travail », selon les auteurs Erik Campanini et Sylvain Chevallier de BearingPoint. En tant que déclinaison du cloud, il permet d’accéder à des applications en mode « Software As A Service » (SaaS) depuis des terminaux mobiles comme les smartphones ou les tablettes. « Dans les cinq prochaines années, le cloud mobile sera un important relais de croissance sur le marché des télécoms et de l’IT B2B », déclarent les auteurs.

Une grande maturité des acteurs et des usages

Pour eux, le cloud mobile est appelé à révolutionner les manières de travailler et à transformer les métiers vers plus de mobilité. Les conditions sont réunies pour ce décollage. Il y a d’abord une maturité de l’offre (du mail en mobilité vers d’autres usages à plus forte valeur ajoutée via les ventes de tablettes en constante hausse dans le monde). Mais aussi une maturité des besoins (de la part des forces de vente, des unités d’intervention, des back-offices, etc.), une maturité des acteurs (avec l’amorce de la structuration de l’écosystème comme l’exemple du rachat de Sybase par Sap…). Selon les auteurs, la technologie est aussi arrivée à maturité (débits permettant le data mobile, croissance du cloud fixe avec un marché qui croîtra de +100% en 2015 par rapport à 2011 à 9,9 milliards d’euros). Les auteurs de l’étude font remarquer également qu’il y a une grande maturité des usages, avec près de 65% des possesseurs de smartphones qui utilisent ces services dans un cadre professionnel.
La présentation et le point de vue « Cloud mobile : et si l’entreprise devenait nomade » mettent en avant les convictions des deux experts de BearingPoint en décrivant tout l’écosystème de cette nouvelle technologie, avec les jeux des acteurs sur ce marché naissant, qu’il s’agisse de start-up, d’éditeurs, d’intégrateurs ou d’opérateurs télécoms. « Nous sommes convaincus que le cloud mobile va révolutionner les manières de travailler », expliquent-ils. Après la diffusion massive du mail en mobilité, le cloud mobile va transformer de nombreux métiers, et ce aussi bien dans les grands groupes que dans les TPE/PME. La technologie existe, les terminaux et les réseaux mobiles offrent un vrai confort d’utilisation. Accéder à de l’information au sein de l’entreprise, passer des commandes après avoir vérifié l’état des stocks et obtenu un accord pour une marge de manœuvre, recevoir des ordres de mission et faire des comptes-rendus d’interventions, ou tout simplement poser ses congés alors que l’on est sur le terrain, tout cela est aujourd’hui une réalité, fait remarquer l’étude.

La chaîne de valeur

Traditionnellement, les directions informatiques investissaient dans les infrastructures lourdes (serveurs, réseaux) et payaient des licences pour utiliser des logiciels. Avec le cloud computing, les dépenses informatiques passent de CAPEX en OPEX, ce qui donne à l’entreprise une lecture directe de ses coûts et soulage en même temps sa trésorerie, car elle n’a plus à débourser de gros montants d’un coup. Autre avantage, avec le cloud computing les entreprises n’ont plus à anticiper et à planifier leurs futurs besoins en informatique. Elles peuvent désormais tester puis déployer une nouvelle configuration informatique, augmentée ou au contraire réduite, en très peu de temps et avec assez peu de perturbations de leur fonctionnement général.

C’est pourquoi de nombreux acteurs prennent position (rachats, développements technologiques, intensification de la démarche commerciale…) sur ce marché. Pour les grands comptes, le marché devrait se construire autour des deux acteurs principaux que sont les éditeurs et les intégrateurs, déjà présents sur les systèmes d’information des entreprises. Mais ces deux familles d’acteurs doivent auparavant progresser sur les questions de mobilité et réussir à convaincre leurs clients de l’intérêt de ces nouvelles solutions. Pour devenir rapidement plus experts en mobilité, ils n’hésiteront pas à faire l’acquisition d’éditeurs spécialistes du cloud mobile dans les mois et les années à venir. Dans d’autres cas, ils choisiront de s’associer avec des opérateurs télécoms. Ces derniers pourraient profiter de l’occasion pour vendre des briques techniques (comme les services de Device Management) et des services facilitant le développement de solutions cloud mobile, en même temps que la connexion à leur réseau.

Aujourd’hui, de nombreuses catégories d’acteurs sont positionnées sur le marché du cloud mobile : éditeurs d’applications mobiles, éditeurs d’applications du cloud fixe, éditeurs d’ERP, start-up qui veulent profiter des taux de croissance, sans oublier les fabricants de terminaux mobiles et les opérateurs télécoms. Chaque type d’acteurs a la maîtrise d’un ou de plusieurs maillons de la chaîne de valeur. Les opérateurs télécoms contrôlent le réseau, qui est une brique essentielle d’un service cloud, tandis que les pures players du cloud mobile ont, par essence, la maîtrise de l’intégration et du service cloud.

Depuis cinq ans, on observe des mouvements sur le marché, la plupart des acteurs cherchant à intégrer les différents niveaux et métiers de la chaîne de valeur, font encore remarquer les deux experts.

Par Mohamadou Diallo pour le magazine Réseau Télécom No 53

www.reseautelecom.com


 
GESTION PUBLIQUE

Le Zimbabwe va lancer la première phase de sa stratégie quinquennale de développement national en septembre prochain

Côte d’Ivoire : la part des marchés publics attribués aux PME passe à 40% en 2019 (+21,1 points)

Le minier Rio Tinto investira 1 milliard $ en cinq ans pour atteindre ses objectifs climatiques

Côte d'Ivoire : 96,8% des ressources prévues dans le budget 2019 ont été mobilisées (gouvernement)

 
FINANCE

Côte d’Ivoire : Afrikrea lève 1 million $ pour renforcer son équipe et financer son activité

Création d'ACEP Group, un nouveau groupe de microfinance au service des entrepreneurs africains

Afrique du Sud : Shoprite et Equities Property Fund mettent sur pied une JV pour le développement de projets immobiliers

Le spécialiste français des matériaux pour habitat durable, Saint-Gobain recapitalise sa filiale marocaine

 
AGRO

Côte d’Ivoire : l’exécutif reconnaît officiellement l’Apromac

Nigeria : Dangote Group lance un test de fonctionnement pour son usine d’engrais de 2 milliards $

Le Kenya ouvre son marché du blé aux exportateurs américains

Togo : vers une usine de transformation du gingembre et du poivre à 22 millions $, d’ici à 2022

 
ELECTRICITE

GERD : l’Éthiopie n’enverra pas de représentant au prochain round des négociations

Kenya : les marges de la Kenya Power plongent de 92 % pour l’exercice budgétaire précédent

Côte d’Ivoire : la KfW débloque 6 millions € pour stimuler les investissements dans les énergies renouvelables

Burkina Faso : la SFI étudie les conditions de mise en place de capacité de stockage d’énergie

 
HYDROCARBURES

Congo : Zenith annonce des négociations avancées pour une plateforme de forage sur le pétrole de Tilapia

Malgré les alertes du FMI, le Soudan du Sud obtient toujours des prêts garantis sur les ventes futures de pétrole

Gabon : Maurel & Prom découvre du pétrole non commercial dans le puits d’exploration Kama-1

Libye : plus de 2 milliards de dollars de manque à gagner pour la NOC suite au blocus

 
MINES

Le gouvernement nigérian autorise la construction de deux nouvelles raffineries d’or

La fonderie d’étain rwandaise LuNa Smelter certifiée « exempte de conflits »

La Guinée est la juridiction la plus attractive au monde en matière de potentiel minéral (Fraser Institute)

Centrafrique : la Russie s’engage à œuvrer pour lever l’embargo sur les exportations de diamants

 
TRANSPORT

Air Côte d'Ivoire va introduire des services téléphoniques et Internet en vol sur sa nouvelle flotte A320neo

La RDC va construire un port moderne à Ndomba dans le Kasaï-Oriental

Le futur pont entre Bongor (Tchad) et Yagoua (Cameroun) sera une aubaine pour l’activité économique

Burkina Faso : le gouvernement met de l’ordre dans la gestion du fret en provenance et à destination du pays

 
ENTREPRENDRE

La plateforme Kandua propose un service en ligne d’artisans à domicile en Afrique du Sud

La startup sénégalaise Nano Air permet aux agriculteurs d’irriguer à distance leurs cultures

Des entrepreneurs togolais conçoivent une couveuse à œufs capable de fonctionner au gaz et à l’énergie solaire

Une startup nigériane veut inclure les gènes africains sous-représentés dans les tests pharmaceutiques

 
MULTIMEDIA

Comme 15 pays africains, la Tunisie interdit les sacs en plastiques sur son sol (Vidéo)

Mali : Moussa Diarra se sert de déchets plastiques pour concevoir des drones

Comment comprendre la "Titrisation" ? (Vidéo)

Yao Toyo, patron de JCAT et roi du soja bio togolais (Vidéo)

 
FORMATION

Ghana : lancement de la plateforme Study in Ghana, pour attirer les étudiants internationaux vers le pays

L'IDEP propose un cours en ligne sur la ZLECAf

Kenya : le gouvernement lance un programme de formation professionnelle des jeunes, avec l'appui de l'Allemagne

Coronavirus : l’OMS propose un cours en ligne en libre accès pour une meilleure riposte

 
COMM

Botswana : une pénurie de décodeurs perturbe la migration vers la radiodiffusion numérique

Nigeria : Netflix renforce ses positions dans la République fédérale

Nigeria : critiqué sur le montant du prêt demandé pour financer l’audiovisuel, le ministre de l’Information s’explique

StarTimes lance une chaîne dédiée à Nollywood