Ecofin Telecom
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

« Le cloud mobile est promis à un grand avenir »

  • Date de création: 19 mai 2012 05:53

(Agence Ecofin) - Pour les experts de BearingPoint, le cloud mobile va révolutionner notre manière de travailler.

Le service cloud, ou informatique dématérialisée, révolutionne tout l’écosystème de l’informatique. Désormais, l’utilisateur a la possibilité – via Internet – de solliciter une ou plusieurs applications en temps réel, à volonté et en toute transparence.

Pour les entreprises, la standardisation et la qualité de service élevée à moindre coût offrent ainsi des économies d’échelle importantes. Autre innovation majeure : le « pay as you go », ou paiement à l’usage. Le cloud mobile est une déclinaison particulière du cloud. Comme son nom le laisse deviner, il s’agit d’accéder à des applications en mode SaaS depuis des terminaux mobiles (smartphones, tablettes, etc.).

Cependant, le cloud mobile se distingue du SaaS traditionnel. Tout d’abord car l’environnement mobile ne permet pas encore de répondre à l’une des promesses du SaaS, à savoir s’appuyer sur un client léger sur le terminal. Les débits mobiles, aujourd’hui plus faibles que ceux du fixe, la couverture 3G ainsi que les coupures de réseau imposent la plupart du temps des applications installées sur le terminal mobile.

Enfin, la composante mobile du cloud offre de nouvelles perspectives et de nouveaux usages qui en font une famille du cloud à part entière. Dans la famille du cloud, le cloud mobile est sans doute promis à un grand avenir, aussi « prometteur que l’utilisation du mail a modifié les comportements au travail », selon les auteurs Erik Campanini et Sylvain Chevallier de BearingPoint. En tant que déclinaison du cloud, il permet d’accéder à des applications en mode « Software As A Service » (SaaS) depuis des terminaux mobiles comme les smartphones ou les tablettes. « Dans les cinq prochaines années, le cloud mobile sera un important relais de croissance sur le marché des télécoms et de l’IT B2B », déclarent les auteurs.

Une grande maturité des acteurs et des usages

Pour eux, le cloud mobile est appelé à révolutionner les manières de travailler et à transformer les métiers vers plus de mobilité. Les conditions sont réunies pour ce décollage. Il y a d’abord une maturité de l’offre (du mail en mobilité vers d’autres usages à plus forte valeur ajoutée via les ventes de tablettes en constante hausse dans le monde). Mais aussi une maturité des besoins (de la part des forces de vente, des unités d’intervention, des back-offices, etc.), une maturité des acteurs (avec l’amorce de la structuration de l’écosystème comme l’exemple du rachat de Sybase par Sap…). Selon les auteurs, la technologie est aussi arrivée à maturité (débits permettant le data mobile, croissance du cloud fixe avec un marché qui croîtra de +100% en 2015 par rapport à 2011 à 9,9 milliards d’euros). Les auteurs de l’étude font remarquer également qu’il y a une grande maturité des usages, avec près de 65% des possesseurs de smartphones qui utilisent ces services dans un cadre professionnel.
La présentation et le point de vue « Cloud mobile : et si l’entreprise devenait nomade » mettent en avant les convictions des deux experts de BearingPoint en décrivant tout l’écosystème de cette nouvelle technologie, avec les jeux des acteurs sur ce marché naissant, qu’il s’agisse de start-up, d’éditeurs, d’intégrateurs ou d’opérateurs télécoms. « Nous sommes convaincus que le cloud mobile va révolutionner les manières de travailler », expliquent-ils. Après la diffusion massive du mail en mobilité, le cloud mobile va transformer de nombreux métiers, et ce aussi bien dans les grands groupes que dans les TPE/PME. La technologie existe, les terminaux et les réseaux mobiles offrent un vrai confort d’utilisation. Accéder à de l’information au sein de l’entreprise, passer des commandes après avoir vérifié l’état des stocks et obtenu un accord pour une marge de manœuvre, recevoir des ordres de mission et faire des comptes-rendus d’interventions, ou tout simplement poser ses congés alors que l’on est sur le terrain, tout cela est aujourd’hui une réalité, fait remarquer l’étude.

La chaîne de valeur

Traditionnellement, les directions informatiques investissaient dans les infrastructures lourdes (serveurs, réseaux) et payaient des licences pour utiliser des logiciels. Avec le cloud computing, les dépenses informatiques passent de CAPEX en OPEX, ce qui donne à l’entreprise une lecture directe de ses coûts et soulage en même temps sa trésorerie, car elle n’a plus à débourser de gros montants d’un coup. Autre avantage, avec le cloud computing les entreprises n’ont plus à anticiper et à planifier leurs futurs besoins en informatique. Elles peuvent désormais tester puis déployer une nouvelle configuration informatique, augmentée ou au contraire réduite, en très peu de temps et avec assez peu de perturbations de leur fonctionnement général.

C’est pourquoi de nombreux acteurs prennent position (rachats, développements technologiques, intensification de la démarche commerciale…) sur ce marché. Pour les grands comptes, le marché devrait se construire autour des deux acteurs principaux que sont les éditeurs et les intégrateurs, déjà présents sur les systèmes d’information des entreprises. Mais ces deux familles d’acteurs doivent auparavant progresser sur les questions de mobilité et réussir à convaincre leurs clients de l’intérêt de ces nouvelles solutions. Pour devenir rapidement plus experts en mobilité, ils n’hésiteront pas à faire l’acquisition d’éditeurs spécialistes du cloud mobile dans les mois et les années à venir. Dans d’autres cas, ils choisiront de s’associer avec des opérateurs télécoms. Ces derniers pourraient profiter de l’occasion pour vendre des briques techniques (comme les services de Device Management) et des services facilitant le développement de solutions cloud mobile, en même temps que la connexion à leur réseau.

Aujourd’hui, de nombreuses catégories d’acteurs sont positionnées sur le marché du cloud mobile : éditeurs d’applications mobiles, éditeurs d’applications du cloud fixe, éditeurs d’ERP, start-up qui veulent profiter des taux de croissance, sans oublier les fabricants de terminaux mobiles et les opérateurs télécoms. Chaque type d’acteurs a la maîtrise d’un ou de plusieurs maillons de la chaîne de valeur. Les opérateurs télécoms contrôlent le réseau, qui est une brique essentielle d’un service cloud, tandis que les pures players du cloud mobile ont, par essence, la maîtrise de l’intégration et du service cloud.

Depuis cinq ans, on observe des mouvements sur le marché, la plupart des acteurs cherchant à intégrer les différents niveaux et métiers de la chaîne de valeur, font encore remarquer les deux experts.

Par Mohamadou Diallo pour le magazine Réseau Télécom No 53

www.reseautelecom.com


Ecofin Télécom     




 
GESTION PUBLIQUE

Tchad: le gouvernement veut recruter 20 000 jeunes dans la fonction publique en 2020

Le Togo annonce la création de cellules d’investigation financière au sein de la police et de la gendarmerie

La Beac fixe les conditions pour transférer hors de la Cemac les revenus du travail des non-résidents et des résidents étrangers

Zambie : pas de crise alimentaire et pas besoin d’aide extérieure pour faire face à la pire sécheresse depuis 1981

 
FINANCE

Oragroup obtient un financement de 20 millions d’euros du fonds Africa Agriculture and Trade Investment Fund (AATIF)

Afrique du Sud: Truworths International Ltd envisage la fermeture de 15 de ses magasins de vente de chaussures au Royaume-Uni

Ghana : la banque centrale révoque les licences de 23 sociétés d’épargne et de financement pour insolvabilité

Le nigérian LandWey s’offre 25 % de parts dans le capital de son concurrent Vistafront

 
AGRO

Maroc : les exportations de tomates vers l’UE ont progressé de 10 % entre octobre 2018 et mai 2019

Kenya : les exportations de fleurs coupées vers l’Australie sont menacées de suspension

Caoutchouc : le plafonnement des exportations mondiales ne sera pas reconduit

Cameroun : hausse de 4,2% des exportations de cacao pour la campagne 2018-2019

 
ELECTRICITE

Eolien : le parc saoudien de Dumat Al Jandal (400 MW) établit un record mondial de coût de production avec 0,0199 $/kWh

Zimbabwe : le déficit électrique a augmenté les importations de diesel de 66% en juin 2019

Madagascar : une ligne de 220 kV reliera bientôt les réseaux interconnectés d’Antananarivo et de Toamasina

Madagascar : le directeur général de la Jirama limogé par le Conseil des ministres

 
HYDROCARBURES

Nigeria : la NNPC dévoile les consortiums qui lui livreront les 14 milliards de litres d’essence pour satisfaire la demande

Le pétrolier chinois CNOOC élargit son empreinte en Afrique de l’Ouest avec une amodiation en Guinée Bissau

Maroc : Genel compte attirer un investisseur sur la licence d’exploration Sidi Moussa pour une amodiation

La Chine s’engage à porter la production pétrolière du Nigeria à 3 millions b/j, d’ici 2023

 
MINES

Namibie : la mine d’étain d’Uis entre en production

Cameroun : des universitaires russes vont former des étudiants et des professionnels dans les secteurs extractifs, à Yaoundé et à Douala

RDC : le Chinois Huayou annule un investissement dans une mine de cobalt à cause de la chute des prix

La Zambie appelle les entreprises sud-africaines à investir dans la province de Copperbelt

 
FORMATION

L’AUF lance un appel à candidatures pour un projet d’incubation destiné jeunes entrepreneurs de Tunisie, Algérie et Maroc

Les 15 meilleures universités africaines en 2019, selon le classement de Shanghai

Le spécialiste sud-africain de l'éducation Curro Holdings prévoit d'investir 14 millions $ sur le continent africain

Un atelier de formation au Kenya, destiné aux femmes africaines exerçant dans le domaine de la conservation de l’environnement

 
COMM

Afrique du Sud : la SABC perd les droits de diffusion du championnat anglais de football

Kenya : les autorités annoncent le cadre légal pour taxer les fournisseurs étrangers de contenu à la demande

La Chine veut collaborer avec des entreprises africaines pour réaliser des documentaires

Afrique : Facebook étend sa lutte contre les infox diffusées sur sa plateforme au contenu en langues locales

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Télécom