Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Comm

Facebook étend son programme de fact-checking à 10 pays supplémentaires en Afrique subsaharienne

Facebook étend son programme de fact-checking à 10 pays supplémentaires en Afrique subsaharienne
  • Date de création: 10 octobre 2019 15:54

(FACEBOOK) - Facebook a annoncé aujourd’hui l’extension de son programme de vérification des faits par des organismes tiers (Third-Party Fact-Checking) à dix nouveaux pays d'Afrique subsaharienne, dont notamment la République Démocratique du Congo, la Côte d'Ivoire, la Guinée Conakry et le Burkina-Faso. Ce programme, conduit en partenariat avec l'Agence France Presse (AFP), Les Observateurs de France 24, Pesa Check et Dubawa s'inscrit dans le cadre de l'intensification des efforts engagés par la plateforme pour aider à évaluer l'exactitude et la qualité des informations qu'on trouve sur Facebook et réduire la propagation des fausses nouvelles.

5956 facebook

En collaboration avec un réseau d'organisations de fact-checking certifiées par l’IFCN (International Fact-Checking Network), le programme de vérification des faits de Facebook sera désormais disponible en Éthiopie, en Zambie, en Somalie et au Burkina Faso grâce à un partenariat avec l’AFP ; en Ouganda et en Tanzanie par le biais de Pesa Check et de l’AFP ; en République Démocratique du Congo (RDC) et en Côte d’Ivoire grâce à Les Observateurs de France 24 et l’AFP ; en Guinée Conakry via Les Observateurs de France 24 et enfin au Ghana avec l’aide de Dubawa.

Ces différents pays rejoignent l’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigeria, le Cameroun et le Sénégal, déjà bénéficiaires du programme de la plateforme via l’organisation Africa Check.

Les avis et signalements de la communauté font partie des nombreux signaux que Facebook prend en compte pour détecter les informations potentiellement fausses qui sont présentées aux organismes de vérification. Les articles locaux, de même que les photos et vidéos peuvent faire l’objet d’une vérification. Si un des partenaires identifie une information comme fausse, Facebook la fait apparaître plus bas dans le fil d’actualité ce qui fait baisser considérablement l’audience qui y est exposée et réduit immédiatement sa portée.

S’exprimant sur cette annonce, Kojo Boakye, responsable affaires publiques de Facebook en Afrique sub-saharienne a déclaré : "L'élargissement de notre programme de vérification des faits par des organismes tiers à 15 pays d’Afrique en un peu plus d'un an, couplé au récent développement du même programme dans les langues locales africaines, témoigne de notre engagement envers le continent. Agir pour contribuer à la lutte contre les fausses nouvelles sur Facebook est une responsabilité que nous prenons au sérieux. Nous avons bien conscience que la désinformation est un problème, et ce sont là des étapes importantes pour continuer à s'attaquer à ce défi. Nous savons que la vérification des faits par une tierce partie n'est pas la seule solution, elle n’est qu’une des nombreuses initiatives dans lesquelles nous investissons pour aider à améliorer la qualité de l'information que les gens voient sur Facebook. Nous avons déjà fait de grands progrès et nous continuerons d'investir pour faire en sorte que Facebook demeure un espace qui accueille toutes les opinions mais pas les fausses informations."

Dès lors qu’un média de vérification aura rédigé un article donnant davantage d’informations sur une actualité, Facebook le fera apparaître dans les articles connexes sur le fil d'actualité, sous la publication concernée. Les administrateurs de la page recevront également une notification s'ils partagent des actualités qualifiées fausses et les personnes qui ont partagé cette information ou sur le point de le faire seront également averties, pour pouvoir décider d'eux-mêmes, en connaissance de cause, de ce qu'ils lisent, partagent et ce à quoi ils se veulent se fier.

Partenaire du programme à travers huit pays, en langues française et anglaise, Phil Chetwynd, rédacteur en chef central de l’AFP a déclaré : "L'AFP se réjouit d'élargir avec Facebook son projet de vérification des faits. Nous sommes connus pour la grande qualité de notre journalisme à travers l'Afrique et nous allons mettre à profit notre réseau inégalé de bureaux et de journalistes sur le continent pour lutter contre la désinformation".

Eric Mugendi, rédacteur en chef de Pesa Check, qui assurera la vérification des faits en swahili et en anglais, a pour sa part ajouté : "Les réseaux sociaux comme Facebook n'ont pas seulement changé la façon dont les Africains consomment l’information. Ils sont souvent le principal accès au contenu numérique ou à l'Internet pour de nombreux Africains. Ils façonnent notre perception du monde, le discours public et notre façon d'interagir avec les personnalités publiques. Ce projet nous aide à élargir considérablement notre activité de vérification des faits pour débusquer les déclarations qui, autrement, pourraient causer des préjudices dans nos sociétés. Le programme nous aide à réagir plus rapidement et plus directement et nous constatons des résultats vraiment positifs dans nos interactions avec les éditeurs et le public lui-même. Ce projet aide également nos vérifications à atteindre un public beaucoup plus large que nous ne l'aurions fait autrement. Cela nous a aidé à mieux comprendre le manque d’information de qualité et les autres dynamiques virales qui sont à l'origine de la diffusion des fausses nouvelles en Afrique. Notre impact croissant est une contribution modeste mais tangible pour des sociétés mieux informées en Afrique."

Derek Thomson, rédacteur en chef des Observateurs de France 24, qui vérifieront les actualités en RDC, en Guinée et en Côte d’Ivoire a également réagi: "Nos utilisateurs africains nous envoient constamment des images et des messages discutables qu'ils ont reçus via les médias sociaux nous demandant : " Est-ce vrai ? Pouvez-vous vérifier ? ". Il est de notre responsabilité, en tant que journalistes spécialisés dans la vérification des faits, d'analyser l'information qui circule et faire remonter la vérité à la surface. Participer au programme de Facebook nous permet de nous assurer que nos vérifications de faits atteignent les personnes qui ont partagé ces fausses informations en premier lieu."

Enfin, Caroline Anipah, chargée de programme, Dubawa (Ghana) a conclu: " Dubawa est ravie d'être au Ghana où la mal information et la désinformation se sont répandues en raison des progrès technologiques et de la pénétration croissante d'Internet. Dubawa a l'intention d'améliorer la qualité de l'information mise à la disposition du public dans le but ultime d'enrayer la diffusion des fausses nouvelles et de promouvoir la bonne gouvernance.“

Pour en savoir plus sur le programme de fact-checking de Facebook : https://www.facebook.com/help/1952307158131536

Quelques conseils pour identifier les fausses nouvelles: https://www.facebook.com/help/188118808357379

5956 facebook1


Ecofin Comm     


 
GESTION PUBLIQUE

Le Fonds Monétaire International trouve enfin un accord avec la Guinée Equatoriale pour un programme économique

Finance climat : le Fonds vert ambitionne d’obtenir 9,3 milliards $ de promesses pour son réapprovisionnement

Ethiopie : 74,5 millions d’euros de l’Allemagne pour l’insertion professionnelle et la création d’emplois

Le Cameroun s’intéresse à l’acquisition du système antiaérien russe Pantsir-S1

 
FINANCE

Tunisie Leasing & Factoring veut renforcer ses activités dans le secteur du crédit-bail grâce à un apport financier de 16,6 millions $

La Conférence interafricaine des marchés d'assurances publie sa réglementation sur l'assurance islamique

Les conseils d’administration de la BRVM et du Dépositaire Central/Banque de Réglement se forment sur la gestion des risques

Biogaran, le premier laboratoire générique français, annonce le lancement de ses activités au Gabon

 
AGRO

Gambie : le gouvernement lance un projet de 26 millions $ en faveur des petits ruminants

L’Ouganda anticipe une hausse de 16 % des exportations de café en 2019/2020

Ethiopie : les autorités enquêtent sur un potentiel détournement de fonds destinés aux sucreries

Tunisie : la BAD organise un séminaire d’achèvement du projet pilote d’utilisation des drones dans le secteur agricole

 
ELECTRICITE

Congo : l’E2C renforce sa capacité à détecter et à résoudre les pannes des équipements souterrains

Ghana : l’annulation de la concession de l’ECG fait perdre 190 millions $ de financement à l’Etat

Gambie : 30 % de la population rurale électrifiée grâce aux solutions solaires off-grid d’ici à 2030

Cameroun : 20% des connexions au réseau électrique sont illégales

 
HYDROCARBURES

Panoro Energy signe un accord de cession de ses parts, au terme duquel il se retirera du Nigéria

Libye : Petrofac empoche des contrats d’ingénierie avec la Waha Oil Company

Nigeria : Eni démarre la production de gaz et de condensats sur sa dernière découverte Obiafu 41

Angola : Sonangol augmente sa participation dans la plus grande banque privée du Portugal

 
MINES

La construction du plus grand projet de platine du Zimbabwe commencera début 2020

Burkina Faso : Nordgold veut alimenter ses mines Bissa et Bouly avec de l’énergie solaire

Guinée : à Kourakoto, la SMB fait preuve d’exemplarité dans la gestion du risque environnemental et social

Sundance Resources espère conclure un nouvel accord avec le Cameroun sur le projet de fer de Mbalam avant juin 2020

 
TELECOM

Telkom et Airtel reprochent au gouvernement kenyan un silence qui a accentué le retard de leur fusion

Kenya : l’université Moi injectera 2 millions $ dans l’extension de son usine d’assemblage d’appareils informatiques

La Tanzanie fournira de la connectivité Internet à haut débit au Burundi

Cameroun : MTN, Orange et le consortium Arago-Epi Use se disputent le marché de la digitalisation de la fonction publique

 
FORMATION

Afrique du Sud : UNISA s’associe à Snapplify pour améliorer l’accès aux contenus de formation à ses étudiants

US News & World Report classe 52 universités africaines parmi les 1500 meilleures du monde

L’Université virtuelle du Sénégal s’associe à l'Institut Pasteur pour proposer une formation en ligne sur la résistance aux agents antibactériens

Afrique du Sud : l’Université de Stellenbosch lance une formation d'ingénieurs de données, accréditée par le Conseil d'ingénierie

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Comm