Ecofin Mines
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Mines

Potentiel minier sous-exploité (5e épisode) : le cas du Gabon

  • Date de création: 03 juillet 2020 16:59

(Agence Ecofin) - Ils disposent d’un sous-sol riche, hébergeant d’immenses ressources minérales, mais leurs secteurs miniers ne contribuent encore que faiblement (ou pas du tout) à l’économie. Nombreux sont ces pays africains qui n’arrivent toujours pas à valoriser leur important potentiel minier. Les raisons varient entre un manque de volonté politique et l’absence de mesures efficaces pour attirer les investisseurs. Au Gabon, le gouvernement veut renverser la tendance et faire des mines un grand contributeur au PIB. Pour ce faire, il faudra du temps, de la patience, mais également impulser la dynamique du manganèse à d’autres minéraux.

 

Pas encore un véritable pilier de l’économie

Le Gabon est la troisième économie d’Afrique centrale (13% du PIB régional en 2017) et un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. S’il est une des nations africaines où le PIB/habitant est le plus élevé (plus de 7 500 $), il doit sa bonne fortune en grande partie à son pétrole. Mais la dégringolade des prix de l’or noir oblige l’Etat à la diversification. Les Mines ont tout de la solution idéale pour atteindre cet objectif.

Alors que la richesse du sous-sol gabonais ferait rêver plus d’un, le secteur minier n'a contribué que pour 2% au PIB du pays en 2016. « Partie de 2% en 2016, la contribution du secteur minier au Produit intérieur brut est passée aujourd’hui à 6% », a déclaré début 2019 le ministre des Mines d’alors, Christian Magnagna. Mieux, selon des données de la Direction générale du Trésor français datant de 2018, le secteur contribuerait pour 6% aux exportations et 3% environ à l’emploi privé.

Pour parcourir tout ce chemin en peu de temps, le Gabon a pu compter sur l’exploitation du manganèse, son premier produit minier d’exploitation. Le pays est, avec l’Afrique du Sud, l’un des plus grands producteurs mondiaux du minerai.

Pour parcourir tout ce chemin en peu de temps, le Gabon a pu compter sur l’exploitation du manganèse, son premier produit minier d’exploitation. Le pays est, avec l’Afrique du Sud, l’un des plus grands producteurs mondiaux du minerai.

Pour que le gouvernement atteigne son objectif de porter la contribution du secteur minier au PIB à 10% d’ici 2021, le manganèse aura un rôle primordial à jouer. L’or, le second produit minier exploité, et les autres ressources naturelles du pays seront également déterminants.

 

Devenir le premier producteur mondial de manganèse

Le secteur gabonais du manganèse est dominé par trois sociétés. Il s’agit, en l’occurrence, de la Comilog (filiale du groupe français Eramet), son concurrent indien Nouvelle Gabon Mining, ainsi que la Compagnie industrielle et commerciale des mines de Huazhou (CICMHZ), filiale du chinois Commercial Industrial and Mining Company.

 1Gabon Comilog Moanda

Comilog, filiale du groupe français Eramet.

 

Ces trois compagnies ont permis au Gabon de produire en 2018 plus de 6 millions de tonnes de manganèse. Comilog est de loin le plus grand producteur du pays avec 4,5 millions de tonnes de ce total, un chiffre que la compagnie veut augmenter à 5 millions de tonnes, puis 7 millions, d’ici 2023. Quant à Nouvelle Gabon Mining, filiale du groupe indien Coalsale Group, elle a produit un record de 1,4 million de tonnes en 2018 et veut porter ce volume à 2 millions. De son côté, CICMHZ ne produit pour le moment que 390 000 tonnes, mais son objectif est de franchir rapidement le cap des 500 000 tonnes.

Comilog est de loin le plus grand producteur du pays avec 4,5 millions de tonnes de ce total, un chiffre que la compagnie veut augmenter à 5 millions de tonnes, puis 7 millions, d’ici 2023.

En 2019, la production de manganèse a augmenté pour atteindre 6,67 millions de tonnes. Selon les chiffres de la Direction générale de l’économie et de la politique fiscale, cette performance s’expliquerait par des améliorations opérationnelles sur les sites miniers, en particulier grâce à l’utilisation d’un nouveau procédé de traitement à sec du minerai et au renforcement des capacités de production du gisement de Biniomi près de Franceville.

2Gabon mining 2

Le challenger indien Nouvelle Gabon Mining.

 

Aujourd’hui, la production de manganèse du Gabon avoisine sans doute déjà celle de l’Afrique du Sud. Si les volumes actualisés de production de la nation Arc-en-ciel ne sont pas encore connus (plus de 6 millions de tonnes, annuellement, selon certaines sources), il ne fait pas de doute que le Gabon n’est plus loin, si ce n’est déjà le cas, de devenir le leader mondial du secteur.

 

Les autres richesses du sous-sol gabonais

En dehors du manganèse, le Gabon exploite en petites quantités de l’or, n’en produisant annuellement que 2 tonnes. Ce volume est principalement issu des opérations de la société marocaine Managem, le reste étant attribuable aux mineurs artisanaux. Selon les estimations, les ressources d’or du Gabon seraient beaucoup plus grandes et en grande partie inexplorées. En dehors de Managem, active dans l’exploration à Eteke, près de Mouila, notons la présence d’autres compagnies étrangères comme Goldstone Resources, ou plus récemment le canadien Nexus Gold.

Par ailleurs, dans le cadre de l’atteinte de ses objectifs d’augmentation de la contribution des Mines à l’économie, le Gabon a fait du minerai de fer une ressource stratégique. S’il n’exploite pas encore du fer, il faut dire que le pays en possède en grandes quantités. Le principal gisement se trouverait à Belinga, dans le nord-est, avec des réserves estimées à 1 milliard de tonnes.

S’il n’exploite pas encore du fer, il faut dire que le pays en possède en grandes quantités. Le principal gisement se trouverait à Belinga, dans le nord-est, avec des réserves estimées à 1 milliard de tonnes.

Dans le sud-est, la compagnie australienne Genmin Group veut exploiter dès la fin de cette année son gisement de fer de Baniaka. Citons également des sociétés comme IronRidge Resources, Waratah Resources ou encore Keras Resources.

Le sous-sol hébergerait également de vastes ressources de diamants, de niobium, d’uranium, de cuivre, de zinc ou encore de terres rares. Un grand potentiel que Libreville gagnerait à exploiter.

 

Se donner les moyens de ses ambitions

Quand il s’agit d’évaluer l’attractivité d’une juridiction minière, le premier critère qu’observent les investisseurs, en dehors du potentiel minéral, est la politique en vigueur. Ainsi, en dehors de vendre les énormes ressources de son sous-sol, attirer des compagnies étrangères pour une exploration accrue, voire une exploitation, passe aussi par des réformes en matière de réglementation.

3Un bateau charge manganese port mineralier Owendo

Le nouveau code minier ouvre de belles perspectives.

 

Le Gabon semble avoir compris cela, en témoigne l’adoption en juin 2019 d’un nouveau code minier qui réduit des taxes jugées trop contraignantes. Le code offre ainsi plus de flexibilité en matière d’imposition, selon la nature et la taille de la mine, et prévoit, entre autres, un taux à 0% pendant la période de recherche.

« Ce nouvel instrument inaugure de belles perspectives pour le secteur minier gabonais. Grâce à ce nouveau code, le pays ambitionne de faire du secteur minier un véritable vecteur de croissance », commente le nouveau ministre Vincent de Paul Massassa.

Au-delà de la nouvelle charte minière, notons entre autres grandes actions réalisées pour tirer plus de recettes des mines, la signature d’un accord avec les exploitants d’or. Ces derniers s’engagent à verser 10% de leur production à l’opérateur national des Mines. A en croire le ministre des Mines, ce modèle devrait s’étendre aux autres acteurs miniers dans les prochains mois. De plus, le gouvernement compte également s’appuyer sur le regroupement en coopératives des producteurs d’or et de diamants.

L’Etat gabonais œuvre pour se donner les moyens de ses ambitions. Si l’on ne sait pas encore quand la pandémie de covid-19 qui paralyse actuellement le monde prendra fin, ni l’étendue de ses probables répercussions sur les économies, le Gabon a de quoi garder de l’espoir. Même à moyen ou à long terme, ses efforts devraient finir par payer si les prix des matières premières guérissent du nouveau coronavirus.

 Louis-Nino Kansoun

 Louis Nino Kansoun



Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Le Royaume-Uni a alloué 15,9 milliards $ de financement climatique aux pays en développement en 10 ans

La Côte d'Ivoire table sur une croissance moyenne à plus de 7%, d’ici 2025

UEMOA : baisse de gains en perspective pour les investissements sur les titres d'emprunt émis par les Etats

76e AG de l’ONU : le président Akufo-Addo plaide pour l’admission de l’Union africaine au G20

 
FINANCE

Afrique centrale et de l’Ouest : réflexions en cours pour des alternatives au financement de l'informel

Alitheia IDF engage 3 millions $ pour soutenir la croissance de l’agro-industrie nigériane ReelFruit

BGFIBank Centrafrique : naissance de la 12ème filiale bancaire du Groupe BGFIBank

Afrique du Sud : la fintech Finclusion entre au capital de la start-up de gestion de la paie HelloHR

 
AGRO

L’Egypte pourrait devenir le 5ème importateur mondial de maïs d’ici 2030

Ghana : le Cocobod contracte un prêt syndiqué de 1,5 milliard $ pour ses achats de cacao en 2021/2022

Bénin : le kilogramme de coton sera échangé à 265 Fcfa en 2021/2022

Kenya Breweries investira 200 millions $ pour assurer la durabilité environnementale de ses activités d’ici 2030

 
ELECTRICITE

Namibie : le vol d’électricité dans la ligne de mire de la compagnie publique Nored

Afrique du Sud: six centrales détenues par la société AIIM entrent en exploitation commerciale

Kenya Power retire sa demande d’augmentation des tarifs d’électricité

Angola : 1,5 milliard $ pour électrifier le sud du pays par Sun Africa

 
HYDROCARBURES

Pour Vitol, la pénurie d’énergie pourrait faire bondir le Brent à plus de 80 dollars baril cet hiver

Afrique du Sud : Sasol triple ses objectifs de réduction des émissions pour 2030

Trois compagnies pétrolières américaines violent les normes sur la transparence de l’ITIE

Maroc : Halliburton va participer au développement du gaz d’Anchois

 
TELECOM

Kenya : Safaricom annonce le lancement commercial de la 5G en 2022

Guinée-Bissau : Guinée Telecom et Guinetel ont obtenu à nouveau un titre d’exploitation de réseaux télécoms

Interruption de la couverture réseau en Centrafrique : Huawei à pied d’œuvre pour rétablir les services de télécommunications

Cap-Vert : le groupe CVTelecom veut fusionner l’ensemble de ses activités pour apporter plus de valeur sur le marché

 
TRANSPORT

Bénin : un nouveau système d’information portuaire pour renforcer la digitalisation des services au port de Cotonou

Le Nigeria rejoint l’initiative World Logistics Passport en tant que hub pour l’Afrique de l'Ouest

En redressement judiciaire, Air Mauritius reçoit 279 millions $ de l’Etat

South African Airways relance officiellement ses opérations, mais sans ses nouveaux actionnaires

 
ENTREPRENDRE

Rated 18 Shoes, marque zimbabwéenne de chaussures écologiques et socialement engagée

Gounou, la marque de chocolat fabriqué au Bénin

A Madagascar, des drones ambulances pour desservir les zones isolées

A 28 ans, Sakina Usengimana dirige une entreprise prospère d’exportation de fruits et légumes au Rwanda

 
ECHO

Transparence budgétaire des Etats africains (Department of State)

Emerson Sery, dit Commissaire Coco, étudiant et entrepreneur leader de la vente de noix de coco à Abidjan

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce des formations pour les acteurs des marchés publics

Maroc: des internautes lancent une campagne pour remplacer le français par l’anglais dans l’enseignement

L’Université du Rwanda va abriter le master en géologie du musée de l'Afrique en Belgique

L’UA lance son programme de bourse de formation pour les innovateurs technologiques africains

 
COMM

Gulli Africa & Ludikids rejoignent le mouvement #ProtègeTaTélé pour lutter contre le piratage de la production audiovisuelle

La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique

Addy Awofisayo prend la tête du département musique de YouTube pour l'Afrique subsaharienne

Afrique du Sud : la SABC insiste pour que les opérateurs de télévision payante prélèvent la redevance TV

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Les réserves d’or des pays africains (Janvier 2021)

InfographieMines reserves or afrique