Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Qatar: l'ambition démesurée

  • mercredi, 28 décembre 2011 21:45

Tunisie, Libye, Égypte, Syrie... La minuscule monarchie du Golfe a joué, et joue encore, un rôle clé dans les révolutions arabes. Derrière cet activisme tous azimuts, il y a un homme : l'émir Al-Thani.

Nicolas Sarkozy peut être parfois cruel avec ses amis. C'est avec l'émir du Qatar qu'il a préparé dans le plus grand secret sa guerre contre Kadhafi. Avec lui encore qu'il a armé et encadré les rebelles. Mais, quand le président français décide de célébrer la chute du dictateur libyen à Tripoli, le 14 septembre, il emmène ses deux autres complices, le Premier ministre britannique David Cameron et l'intellectuel Bernard-Henri Lévy. Son grand allié arabe, lui, est exclu de la fête. Le souverain qatari "était furieux", se souvient un responsable français.

Pourquoi cette rebuffade ? Hamad ben Khalifa al-Thani, qui se considère comme le vrai architecte de la révolution, aurait voulu être le premier à fouler le sol de la Libye libre. N'a-t-il pas tout donné à la cause ? Une télévision, des monceaux d'armes, de l'argent à profusion, des Mirage, même ses forces spéciales ? Et aux Occidentaux, une caution arabe ? Et pourtant, en ce jour de gloire, Nicolas Sarkozy prend le risque de mécontenter celui qui fut depuis les premiers jours du quinquennat son principal partenaire dans la région. Pis, il prend ouvertement ses distances avec lui. 

A l'Hôtel Corinthia, siège du nouveau pouvoir libyen, lors d'une réunion à huis clos, il met en garde les dirigeants de la rébellion. “Ne vous laissez pas faire par les Qataris. Il ne faut pas qu'ils vous imposent leur agenda”, lance-t-il à ses hôtes surpris, Moustapha Abdeljalil, président du Conseil national de Transition, et son Premier ministre, Mahmoud Djibril. Avant d'ajouter : “Personne d'autre que les Libyens ne sont chez eux en Libye.” Une réponse à l'émir qui, au nom de son appui militaire et financier, s'était cru autorisé à dire, tel un vice-roi : “Je me sens chez moi en Libye.”

En coulisse, le Qatar a joué et joue encore un rôle clé - certains disent exorbitant - dans le “printemps arabe”. “C'est un cas unique ! s'écrie Bernard-Henri Lévy. Nous avons assisté à la naissance d'une puissance régionale de la taille d'une tête d'épingle.” De Tripoli à Tunis, en passant par Le Caire ou Damas, cet émirat du Golfe à peine plus grand que la Corse est intervenu sur tous les fronts. Dans quel but ? La question hante les chancelleries. Etrange de voir cette monarchie absolue œuvrer au triomphe de la démocratie. Plus intrigant encore : par qui veut-elle remplacer les tyrans d'hier ?

Derrière cet activisme tous azimuts, il y a un homme : l'émir Al-Thani, arrivé sur le trône en 1995 après avoir déposé son père. Un jeune souverain obnubilé par l'invasion irakienne du Koweït, cinq ans plus tôt, et convaincu de la nécessité de faire exister son pays sous peine de disparaître.centre de recherche londonien. A l'époque, le Qatar, tout juste sorti du giron  

Afin de mettre son royaume à l'abri, l'émir cherche à s'attirer les bonnes grâces de tout le monde au prix de multiples contorsions : les Américains d'abord, auxquels il offre la plus grande base aérienne hors des Etats-Unis. Israël ensuite, avec qui il noue, cas unique dans le Golfe, un début de lien diplomatique. Les islamistes, enfin, des plus modérés aux plus radicaux, qu'il finance et accueille dans ses palaces. Tous les tenants d'un islam politique, du leader du Hamas, Khaled Mechaal, au chef du parti tunisien Ennahda, Rached Ghannouchi, ont été un jour ses invités.

Cette presqu'île sableuse est devenue une formidable tribune. Pour rayonner, rien ne vaut une chaîne d'information mondiale. Au coeur du dispositif de promotion de la marque Qatar se trouve un vaste complexe protégé comme une caserne. Seule ou presque dans le monde arabe, Al-Jazeera, la télévision créée par l'émir dès la première année de son règne, ouvre son antenne aux opposants de tout poil et autorise les débats les plus vifs. Une liberté de ton qui encourage l'esprit critique de toute une jeunesse et exaspère les autocrates.

Quand le “printemps arabe” commence, les Qataris disposent de tous les moyens pour tenir enfin le premier rôle. Un média vu par 50 millions de téléspectateurs, des coffres pleins de pétrodollars et des contacts privilégiés parmi les futurs révolutionnaires. “Ils ont aussi bénéficié d'un vide politique, de l'effacement des grands pays arabes sur la scène régionale", souligne Bassma Kodmani, du Conseil national syrien, la plate-forme de l'opposition à Bachar al-Assad.

Hosni Moubarak va être sa première cible. Un vieux confit oppose le raïs au souverain qatari. Lors du putsch familial de 1995, les gardes égyptiens qui assuraient la protection du père de l'émir actuel se sont battus jusqu'au bout. “Le fils, Al-Thani, a cru qu'ils obéissaient aux ordres du Caire”, raconte un bon connaisseur du dossier. De son côté, Moubarak ne supporte pas la concurrence du Qatar qui, sur le terrain diplomatique, multiplie les missions de bons offices au Liban ou au Soudan. Dès les premiers rassemblements place Tahrir, au Caire, Al-Jazeera prend le parti de la contestation. Dans l'enthousiasme du moment, ses journalistes gonflent outrageusement le nombre des manifestants. Son prédicateur vedette, l'Egyptien Youssef al-Qaradawi, exilé à Doha depuis un demi-siècle et qui anime la très populaire émission “la Charia et la Vie”, incite même les foules à renverser le «pharaon”. 

La chaîne se défend d'être au service du palais, son unique propriétaire. “Nous ne sommes pas le bras armé de la diplomatie qatarie, assure Mustapha Souag, le nouveau directeur d'Al-Jazeera. On ne se coordonne pas, on ne reçoit aucune instruction, mais il est vrai que notre couverture coïncide souvent avec l'action extérieure du Qatar.” Pourtant, comme le révèle un télégramme américain publié par WikiLeaks, l'émir ne se cache pas en petit comité d'utiliser sa télévision à des fins politiques. En janvier 2010, devant ses pairs du Golfe, il reconnaît qu'Al-Jazeera lui sert d'outil pour ménager Al-Qaida. Comment ? La chaîne relaie les communiqués du groupe terroriste. [...]

Christophe Boltanski et (à Doha) Vincent Jauvert - Le Nouvel Observateur

(Retrouver l'intégralité de cet article dans le "Nouvel Observateur" du 22 décembre 2011)
Ou à suivre sur le site http://tempsreel.nouvelobs.com
Jeudi 28 décembre, Quatar (2/3): les liaisons dangereuses
Vendredi 29 décembre, Quatar (3/3): le commandeur des sportifs
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
 
GESTION PUBLIQUE

Sommet de Sotchi: Vladimir Poutine accueille plus de 40 dirigeants africains pour discuter coopération

Burkina Faso : 144 millions $ d’investissements publics prévus pour l’eau et l’assainissement sur la période 2020/2022

Coopération bilatérale : Jean-Yves Le Drian en visite au Cameroun en plein sommet Russie-Afrique

Zone franc : trop peu industrialisées, les économies restent vulnérables aux cours des matières premières (Trésor français)

 
AGRO

Ethiopie : les autorités enquêtent sur un potentiel détournement de fonds destinés aux sucreries

Tunisie : la BAD organise un séminaire d’achèvement du projet pilote d’utilisation des drones dans le secteur agricole

OCP Africa et l’ITFC signent un mémorandum pour le renforcement de la productivité agricole africaine

L’Angola adhère au Centre régional de contrôle et de surveillance des pêches de la SADC

 
ELECTRICITE

Ghana : l’annulation de la concession de l’ECG fait perdre 190 millions $ de financement à l’Etat

Gambie : 30 % de la population rurale électrifiée grâce aux solutions solaires off-grid d’ici à 2030

Cameroun : 20% des connexions au réseau électrique sont illégales

Mis en cause, l’IPTL s’oppose à la condamnation de la Tanzanie à verser 185 millions $ à la Standard Chartered

 
HYDROCARBURES

Angola : Sonangol augmente sa participation dans la plus grande banque privée du Portugal

Egypte : au cours des 5 prochaines années, Dragon Oil va investir 1 milliard de dollars dans le golfe de Suez

CEMAC : les entreprises pétrolières vont devoir appliquer la nouvelle réglementation de change, avertit la BEAC

L’Afrique du Sud envisage de s’appuyer sur le gaz de schiste pour réduire le taux de chômage dans la région de Karoo

 
MINES

Sundance Resources espère conclure un nouvel accord avec le Cameroun sur le projet de fer de Mbalam avant juin 2020

De Beers maintient ses prévisions de production, malgré une performance en baisse au troisième trimestre

Mali : Hummingbird en passe d’atteindre son objectif de production annuelle à Yanfolila

Tanzanie : Armadale revoit à la hausse le potentiel du projet de graphite Mahenge Liandu

 
TELECOM

Kenya : l’université Moi injectera 2 millions $ dans l’extension de son usine d’assemblage d’appareils informatiques

La Tanzanie fournira de la connectivité Internet à haut débit au Burundi

Cameroun : MTN, Orange et le consortium Arago-Epi Use se disputent le marché de la digitalisation de la fonction publique

Côte d’Ivoire : le secteur des télécoms a réalisé un chiffre d’affaires de 373 millions $ au 2e trimestre 2019 (-2%)

 
FORMATION

US News & World Report classe 52 universités africaines parmi les 1500 meilleures du monde

L’Université virtuelle du Sénégal s’associe à l'Institut Pasteur pour proposer une formation en ligne sur la résistance aux agents antibactériens

Afrique du Sud : l’Université de Stellenbosch lance une formation d'ingénieurs de données, accréditée par le Conseil d'ingénierie

RDC : Kinshasa Digital lance les inscriptions en vue de l’ouverture de sa première école de codage en janvier 2020

 
COMM

Ghana : le régulateur des médias se défend d’empêcher la liberté d’expression

Russie-Afrique : les médias comme nouvel axe de collaboration

Cameroun : les éditeurs de la presse en ligne se regroupent en association

Burundi : les autorités vont-elles sanctionner l’hebdomadaire Iwacu et la radio Isanganiro ?

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique