Ecofin Entrepreneur
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Créer une start-up de logistique

Créer une start-up de logistique
  • Date de création: 27 janvier 2021 15:23

(Agence Ecofin) - En matière de performance logistique, les pays africains sont à la traîne, et occupent des positions inférieures dans le dernier rapport de la Banque Mondiale « Connecting to Compete ». L’étude basée sur la pertinence de la chaîne de valeur logistique dénote des retards sur la qualité du transit douanier, des infrastructures, de l’organisation des expéditions et de la qualité des services logistiques.

Mais une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs veut résoudre ces problèmes, en proposant des solutions basées sur les nouvelles technologies. Les start-ups logistiques africaines attirent de plus en plus d’investisseurs, et les opportunités dans ce secteur ne feront que croître avec l'entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). Une opportunité pour de nombreux jeunes qui souhaitent se lancer dans un projet d’entreprise rentable.

Les connaissances nécessaires

Avant de se lancer dans un tel projet, l’entrepreneur se doit d’établir une étude du marché et comparer les modèles économiques propres à l’activité. On doit également se renseigner sur les implications administratives et réglementaires liées au projet.

De manière générale, les start-up de logistique interviennent dans la planification, la mise en œuvre, le contrôle et le transport des marchandises ou autres fournitures, au sein d’une chaîne d’approvisionnement reliant un point d’origine et une destination finale. Elles proposent un site web ou une application dans les activités suivantes : la gestion des flottes, les services à la demande (mise en relation), les services pour entrepôts, le suivi et la transmission des opérations de transport des marchandises. On peut cibler une niche ou choisir de regrouper les différentes opérations pour assurer la gestion de l’ensemble de la chaîne logistique sur une même plateforme.

Comment apprendre

Pour se lancer dans la logistique connectée, il faut avoir des compétences en logistique et en chaîne d'approvisionnement. Il faut également être outillé sur les différentes opérations logistiques, les investissements, la gestion des risques et des biens. L’apprentissage se fait dans les instituts de management, centres de formation et d’enseignement professionnels aux métiers du transport et de la logistique dans son pays. Des compétences en informatique et en programmation ou développement d’applications et de sites, sont nécessaires au sein de son équipe.

Quel budget pour se lancer ?

L’avantage d’une start-up logistique est que celle-ci peut fonctionner sans avoir à prévoir un budget pour l’achat de moyens de transport ou des entrepôts, les déplacements et le stockage étant assurés par les propriétaires de flottes et d’entrepôts. Pour un début, le budget concernera le développement de l’application ou du site web. Le coût final d’un tel projet dépend du choix et de la qualité de la plateforme qu’on veut créer, mais il peut varier en moyenne entre 1 000 USD et 10 000 USD, voire plus, si on commande des fonctionnalités avancées et un design personnalisé. On peut opter pour un site, une application simple ou une multiplateforme. La dernière option est de plus en plus adoptée par les entrepreneurs et est plus économique qu’une plateforme distincte.

Quel matériel ou équipement ?

Un projet professionnel exige des investissements alloués aux locaux et installations, le marketing, la promotion, et les opérations liées à la phase de démarrage. Outre la plateforme en ligne (application ou site web), il faut prévoir un système d’appel et de GPS pour suivre en temps réel les livraisons de camions en route et communiquer directement avec les chauffeurs, les fabricants et les distributeurs. On aura également besoin d’un système de sécurité des données et opérations sur le site ou l’application.

NB : Il est judicieux de proposer un moyen de paiement adapté aux réalités africaines, le continent étant majoritairement sous-bancarisé. Inclure une option de paiement flexible qui ne nécessite pas d’avoir une carte bancaire pourrait permettre de se tailler une belle part de marché dans les zones rurales.

Où s’approvisionner ?

L’approvisionnement concerne les outils et logiciels de développement de sites web et d’applications. Une plateforme de logistique comporte trois principaux panneaux à savoir le panel d'utilisateurs, le panel de conducteurs ou de répartiteurs, et le panel de l’administrateur. Pour créer notre plateforme, on devra solliciter un développeur qui va se charger des différentes fonctionnalités requises.

Comment trouver des clients ?

Selon des estimations de la Banque mondiale, il peut coûter jusqu'à cinq fois plus cher de transporter des marchandises en Afrique subsaharienne qu'aux États-Unis, en cas de problèmes logistiques et d’infrastructures routières. A cela s’ajoute les contraintes liées à la pandémie actuelle de Covid-19, qui a contraint de nombreux acteurs du domaine à adopter les solutions digitales pour assurer leurs activités. Ces arguments pourront permettre de se trouver des clients au sein des propriétaires de flottes de véhicules, des propriétaires et les conducteurs de camions, des destinataires des bien à transporter, et même les agriculteurs.

A quel moment/volume devient-on rentable ?

La rentabilité d’une entreprise se calcule généralement sur une période de trois à cinq ans. Elle peut varier en fonction du climat dans lequel on évolue. Une start-up de logistique fait payer aux prestataires (chauffeurs) entre 5 et 10 % de leurs honoraires. Elle tire également ses revenus auprès des propriétaires de flottes et de marchandises.

Pour avoir un aperçu sur la rentabilité du secteur, on peut s’inspirer de la célèbre plateforme Kobo360 du Nigérian Obi Ozor, qui, en seulement 3 années d’existence, a levé plusieurs financements importants dont un financement de 30 millions de dollars US auprès de Goldman Sachs et des banques. Elle a étendu ses activités au Kenya, au Ghana, au Togo, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et en Ouganda et compte plus de 50 000 conducteurs sur son application. Parmi ses clients, des grandes entreprises comme Dangote, DHL et Unilever.

Aïsha Moyouzame


Aïsha MOYOUZAME

Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Défis sécuritaires : N’Djamena veut doubler la taille de son armée

Le Maroc réceptionne ses premiers drones turcs Bayraktar TB2

Nigeria : plus de 21 milliards $ investis dans les infrastructures au cours des six dernières années (Osinbajo)

Les cinq informations de la gestion publique africaine qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

 
FINANCE

Togo : les raisons de la cession de la filiale Vie de Sanlam à NSIA

Le Fonds de Solidarité Africain offre sa garantie à Cofina pour lever 5 milliards FCFA

UEMOA : le conseil des ministres des finances a planché sur la répression des infractions boursières

L’agence américaine DFC cherche à investir 1 milliard $ dans le secteur agricole et au sein des pays émergents

 
AGRO

Côte d’Ivoire : une délégation de BAD évalue les avancées du projet agro-industriel de Yamoussoukro

L’Egypte pourrait devenir le 5ème importateur mondial de maïs d’ici 2030

Ghana : le Cocobod contracte un prêt syndiqué de 1,5 milliard $ pour ses achats de cacao en 2021/2022

Bénin : le kilogramme de coton sera échangé à 265 Fcfa en 2021/2022

 
ELECTRICITE

Maroc : mise en service imminente de la 1ère centrale photovoltaïque flottante du continent à Sidi Slimane

Namibie : le vol d’électricité dans la ligne de mire de la compagnie publique Nored

Afrique du Sud: six centrales détenues par la société AIIM entrent en exploitation commerciale

Kenya Power retire sa demande d’augmentation des tarifs d’électricité

 
HYDROCARBURES

Guinée équatoriale : la loi sur les hydrocarbures sera révisée pour attirer plus d’investissements

Pour Vitol, la pénurie d’énergie pourrait faire bondir le Brent à plus de 80 dollars baril cet hiver

Afrique du Sud : Sasol triple ses objectifs de réduction des émissions pour 2030

Trois compagnies pétrolières américaines violent les normes sur la transparence de l’ITIE

 
MINES

Comment le Ghana veut devenir un leader africain dans la transformation de la bauxite

Investissements dans le cobalt : la RDC menacée par l’Australie selon Fitch

Mali : Roscan Gold obtient 5 millions $ auprès d’Asante Gold pour développer le projet Kandiolé

Caledonia Mining élargit son empreinte aurifère au Zimbabwe avec une nouvelle acquisition à 4 millions $

 
TELECOM

Huawei Connect 2021 : les perspectives du Groupe dans une Afrique post Covid- 19

Pour Huawei, l’infrastructure, la formation et l’efficacité énergétique seront au cœur de ses futurs investissements en Afrique

Huawei Connect 2021 : innover sans cesse pour accélérer la numérisation

Kenya : Safaricom annonce le lancement commercial de la 5G en 2022

 
TRANSPORT

Guinée : Bolloré Transport & Logistics fait don de 200 bouteilles d’oxygène à l’agence nationale de sécurité sanitaire (anss)

Tanzanie : la BAD alloue 116 millions $ pour moderniser un réseau routier de 160 km dans le sud

Bénin : un nouveau système d’information portuaire pour renforcer la digitalisation des services au port de Cotonou

Le Nigeria rejoint l’initiative World Logistics Passport en tant que hub pour l’Afrique de l'Ouest

 
ECHO

Transparence budgétaire des Etats africains (Department of State)

Emerson Sery, dit Commissaire Coco, étudiant et entrepreneur leader de la vente de noix de coco à Abidjan

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce des formations pour les acteurs des marchés publics

Maroc: des internautes lancent une campagne pour remplacer le français par l’anglais dans l’enseignement

L’Université du Rwanda va abriter le master en géologie du musée de l'Afrique en Belgique

L’UA lance son programme de bourse de formation pour les innovateurs technologiques africains

 
COMM

Vivendi, via sa filiale Canal+, est désormais premier actionnaire de MultiChoice, opérateur africain No1 de télévision payante

Togo : le Parlement adopte le projet de loi portant code du cinéma et de l’image animée

Gulli Africa & Ludikids rejoignent le mouvement #ProtègeTaTélé pour lutter contre le piratage de la production audiovisuelle

La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Solutions de financement des PME africaines par Investisseurs & Partenaires