Ecofin Entrepreneur
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Créer un service de motos-taxis à la demande

Créer un service de motos-taxis à la demande
  • Date de création: 10 novembre 2020 13:04

(Agence Ecofin) - Les métropoles africaines font face à un problème de trafic routier. Entre embouteillages et augmentation des frais de transport, le réseau routier subit une pression grandissante. Pour cause, la croissance rapide de la population causée par l’exode en raison des opportunités d’emplois, des études ou à d’autres avantages qu’offre la vie en milieu urbain. De ce fait, les populations adoptent de plus en plus les motos-taxis jugés plus pratiques pour les déplacements urbains.

Créer une start-up proposant un service de motos-taxis à la demande peut très vite devenir rentable. En effet, selon certaines estimations, le marché des motos-taxis en Afrique subsaharienne pourrait peser environ 80 milliards de dollars, et les investisseurs soutiennent avec enthousiasme les start-up qui s'engagent à faire progresser ce secteur.

Les connaissances nécessaires

Une start-up de transport doit généralement obtenir une licence et se faire enregistrer dans la ville où elle va exercer son activité. On doit de ce fait se renseigner sur les procédures administratives à suivre et les associations auprès desquelles on peut s’inscrire, si nécessaire.

À part l’acquisition des compétences pour la conduite de véhicules à deux roues, la création d’une start-up proposant un service de motos-taxis doit avant tout, passer par une étude commerciale. Pour assurer le bon fonctionnement du business, il est préférable de commencer l’activité avec des clients en compte, ce qui implique d’avoir des compétences particulières en relation-client. Le choix d’une structure juridique et d’une assurance est important, mais il est fréquent d’enregistrer son entreprise après avoir réalisé ses premiers bénéfices.

Comment apprendre ?

Il existe deux façons de créer une start-up de transport en Afrique. La première, consiste à proposer une plateforme regroupant des conducteurs qui possèdent et exploitent leurs propres véhicules. Il peut s’agir d’une application ou d’un site web où des clients peuvent réserver une course. La seconde consiste à créer soi-même sa ligne de transport, c'est-à-dire posséder plusieurs motos-taxis, et employer d'autres personnes pour les exploiter. Cette option plus coûteuse permet tout de même à la start-up de s'étendre et de se développer plus rapidement tout en aidant l'entrepreneur à se concentrer entièrement sur la gestion de son service.

Quel budget pour se lancer ?

Un motocycle ordinaire coûte entre 500 et 1500 dollars, selon la marque et le pays d'achat. La plupart des motos-taxis fonctionnent à l’essence, et le coût du carburant est généralement inférieur à 8 dollars par jour, selon le prix du carburant dans le pays. Le capital de démarrage peut être assez important en raison du coût élevé d’un bon motocycle et des frais liés à l’importation. Il faudra également prendre en compte la création de la plateforme en ligne pour les réservations. Si on n’a pas l'argent nécessaire, on peut s’associer aux membres de sa famille ou à des amis pour démarrer.

On peut commencer avec environ 2 motos-taxis, et les utiliser pour évaluer la demande et le potentiel d’un tel projet. Avec les premiers bénéfices réalisés, on pourra par la suite passer à l'échelle industrielle et acheter d'autres véhicules à mesure qu’on gagne de la clientèle. Il est d’ailleurs déconseillé d’acheter un grand nombre de motocycles, cela pourrait conduire à la ruine dès le départ.

Quel matériel ou équipement ?

Pour lancer un service de motos-taxis, à la demande, on aura besoin d’une plateforme de réservation en ligne, d’une location, des motos-taxis (achat ou collaboration avec des conducteurs propriétaires), d’une licence et des enregistrements au niveau de l’administration, d’un service d’assurance, du matériel de maintenance et d’entretien, si possible.

Où s’approvisionner ?

Si on a le budget nécessaire, on peut directement importer les motos-taxis de la Chine ou de l’inde. Au cas contraire, il est préférable de se rapprocher des propriétaires de motos-taxis et de proposer une offre de mise en relation entre les clients et les conducteurs, via une plateforme en ligne.

Comment trouver des clients ?

Pour attirer la clientèle, on devra présenter les avantages du gain de temps en déplacement. Ce type de start-up permet à de nombreuses personnes d’éviter une perte de temps considérable. De plus, le service de motos-taxis est accessible pour la majorité des personnes des classes moyenne et pauvre, qui représentent la plus grande partie de la population africaine. Si on a les moyens, on peut proposer un service équipé de casques de protection. Garantir la sécurité des clients est un atout pour les entreprises de mobilité.

A quel volume/budget devient-on rentable ?

Il existe trois modèles courants pour un service de motos-taxis. La plateforme de mise en relation entre conducteurs et clients contre une commission, la location-vente où l’employé verse une somme lui permettant d’être propriétaire du motocycle après une période déterminée, et la dernière, qui consiste à acheter des motos et à les louer aux chauffeurs moyennant un bénéfice journalier.

Un motocycle peut rapporter jusqu'à 25 dollars par jour en servant des dizaines de clients qui préfèrent un service rapide et flexible. En fonction du nombre de commandes, la marge journalière peut atteindre 40 à 60 % des revenus par jour. Dans ce cas, les conducteurs sont responsables des frais de carburant et conservent tout montant supérieur à la somme journalière payé à la start-up. A noter que, l’entrepreneur est généralement responsable des frais d'enregistrement, d'assurance, d'entretien et de réparation.

Aïsha Moyouzame


Aïsha MOYOUZAME

Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

RDC : signature d’un plan de départ des forces de la MONUSCO d’ici 2024

Togo : avec un taux de réussite de 92%, l’expérience des Maisons de Justice sera étendue sur tout le territoire

100 millions de dollars alloués à African Parks pour préserver la biodiversité en Afrique

Centrafrique : la Banque mondiale va injecter plus de 120 millions USD pour soutenir l’économie mise à mal

 
FINANCE

Installée à Lomé, la Banque de développement du Mali se présente au patronat togolais

Fonds boursiers: la rentabilité de retour en Afrique masque des risques et fragilités

Ecobank CI : chiffres d’affaires, résultats nets et … coût du risque en hausse au premier semestre 2021

La société de paiement australienne Zip Co s’apprête à racheter la fintech sud-africaine PayFlex

 
AGRO

En faillite, l’ex-filiale de Rougier au Cameroun, prend langue avec ses créanciers alors que des ex-salariés licenciés protestent

Pr Jacques François Mavoungou : « Au Gabon comme dans la sous-région, la filière manioc est menacée par les maladies »

Hausse mondiale des coûts : construire ensemble une chaîne de valeur de la banane juste et durable (Afruibana)

Subventions mondiales à l’agriculture : la FAO appelle à un changement de paradigme

 
ELECTRICITE

Mozambique : le gouvernement met en place une réglementation sur l’accès à l’énergie hors réseau

GERD : Le Conseil de sécurité de l’ONU appelle à la poursuite des négociations avec l’Union africaine

Zimbabwe : le gouvernement demande l’aide du Mozambique et de la Zambie pour combler le déficit énergétique

Afrique du Sud : FirstRand ne financera plus de centrales à charbon

 
HYDROCARBURES

Nigéria : 11 usines de gaz de pétrole liquéfié et 2 stations-service non autorisées fermées à Abuja

Nigeria : Dangote recherche un prêt pour financer sa méga raffinerie de pétrole

Libye : le gouvernement encourage le retour dans le pays des compagnies pétrolières occidentales

Egypte : meilleurs résultats pour la société publique d’exploitation des pipelines sur l’exercice financier 2020-2021

 
MINES

Longtemps boudé pour son passé, le nucléaire revient en grâce… pour le bonheur des producteurs africains d’uranium

Guinée : le colonel Doumbouya demande plus de « contenu local » dans le secteur minier

Le Ghana signe un accord de 1,2 milliard $ avec Rocksure International pour l’exploitation de la bauxite

Ouganda : aucun gramme d’or vendu en juillet, après l’instauration d’une taxe à l’export

 
TELECOM

Alphabet a réussi à connecter les deux Congo avec l’Internet à haut débit par laser

La Gambie sollicite l'expertise du Ghana pour développer son secteur des télécoms

Orange Tunisie, avec l’appui de la Fondation Orange, lance son appel à projets Villages pour l’année 2021

L’Angola s’est mis en quête d’un partenaire pour la gestion et l’exploitation des infrastructures d’Angola Telecom

 
TRANSPORT

Gabon : Kumar Mohan nommé directeur général du Nouveau Port International d’Owendo

Le Cameroun et le Nigéria désormais reliés par un pont de 408 m

Ghana : la première certification Green Terminal décernée à Meridian Port Services du port de Tema

La compagnie américaine United Airlines revient au Nigeria après 5 ans d’absence

 
ECHO

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

Via Ovétal, la Camerounaise Diane Njoya veut populariser les essences africaines dans le cosmétique

De retour du Gabon, Didier Raoult se déclare « très impressionné » par la qualité de la prise en charge Covid

 
FORMATION

RDC : l’arrimage au LMD sera effectif à la prochaine rentrée académique

5 écoles de commerce africaines parmi les 286 meilleures au monde (classement)

Maroc : le gouvernement lance « Campus connecté », un projet pour faciliter l’enseignement à distance

Le Rwanda annonce une académie spécialisée dans les drones

 
COMM

Cap-Vert : SPI/FilmBox lance un bouquet en partenariat avec Unitel T+

Instagram propose un nouvel outil pour découvrir des entreprises

La Côte d’Ivoire annonce une subvention pour le personnel des médias à la retraite dès fin septembre

Nigeria : les autorités annoncent la fin de la suspension de Twitter pour « très bientôt »

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Rencontre avec Florence Roux, créatrice de la marque IVINDO