ENTETE PUB ECOFIN Gestion

Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

COP24 en Pologne : la BAD « plus que jamais résolue » à poursuivre la lutte contre le changement climatique en Afrique

  • Date de création: 18 décembre 2018 18:07

(BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT) - Si la COP24, le sommet mondial annuel sur le climat, fermait officiellement ses portes vendredi 14 décembre 2018, à Katowice, en Pologne, les négociations se sont poursuivies durant le week end, faute d’agrément quant aux modalités concrètes de l’application de l’Accord de Paris dès 2020 – qui vise à limiter le réchauffement à 2°C, voire 1,5°C, par rapport au niveau pré-industriel – par les 197 parties signataires.

Négociations serrées : des avancées timides, des négociateurs africains déterminés

Depuis deux ans, les 50 pays africains qui ont ratifié l'Accord de Paris­ mettaient l'accent sur la nécessité de bâtir un cadre concret et transparent pour la finance climatique. Aussi, les négociateurs africains – dont l’AGN qui bénéficie de l’appui de la Banque –, ont-ils négocié pied à pied, pour amener les pays développés, grands responsables du changement climatique, à tenir leurs engagements notamment. Ceux-ci doivent aider ceux-là à mener leur transition écologique – une solidarité scellée dans l’Accord de Paris, conclu en décembre 2015.

La Banque fidèle à son rôle de porte-parole de l’Afrique et de chef de file

La Banque africaine de développement, durant les deux semaines qu’a duré l’événement, a assumé son rôle : celui de premier défenseur des intérêts de l’Afrique et un soutien sans faille aux négociateurs africains ; celui de porte-parole des intérêts de l’Afrique, outre celui de diffuseur de connaissances, d’expérience et d’expertise. Ce, grâce aux quelques cinquante table-rondes et conférences organisées en son Pavillon, riches de l’intervention et des vues partagées par la trentaine d’experts divers que la Banque a dépêchés sur place pour traiter de la lutte contre le changement climatique dans tous ses volets et les différents secteurs concernés : eau et assainissement, agriculture et forêts, transports et urbanisation, dimension de genre et parité hommes-femmes, rôle de la société civile, rôle du secteur privé, météorologie et technologies ad hoc, énergies renouvelables, mise en œuvre des Contributions déterminées au niveau national

Chaque jour, du 3 au 14 décembre 2018, ce sont près de 200 personnes en moyenne qui sont venues assister aux événements organisés par la Banque – seule ou en collaboration avec d’autres partenaires. La Banque avait ouvert la COP24 sur la Journée de l’Afrique, organisée en collaboration avec l’Union africaine, la Commission économique pour l’Afrique de l’ONU et le NEPAD. Et elle a fermé les portes de son Pavillon, au dernier jour du sommet, sur un événement également symbolique : un débat qui a réuni de jeunes leaders, du continent et d’ailleurs, journalistes, experts et militants, tous acteurs de la lutte contre le changement climatique.

La Banque est plus que jamais résolue à poursuivre son travail de lutte contre le changement climatique en Afrique et son œuvre de plaidoyer pour en défendre les intérêts.

Lutter contre le changement climatique : ne surtout pas renoncer

« Nous voyons des femmes qui perdent leurs moyens de subsistance, nous voyons des enfants affamés, des communautés complètement réduites à néant par les tornades et les ouragans. C’est cela qui nous motive, qui est notre moteur, qui fait que nous allons redoubler d’efforts pour veiller à minimiser les effets néfastes du changement climatique sur nos communautés »,  ainsi déclaré ainsi Anthony Nyong (photo), directeur du Département changement climatique et croissance verte à la Banque, à la fin de la COP24. Et d’ajouter : « Nous continuerons de travailler avec ceux qui sont conscients de l’urgence et de la nécessité de répondre aux défis de l’Afrique, et c’est ce sur quoi nous allons nous concentrer. Afin de fournir au continent africain les ressources dont il a besoin, pour que le changement climatique ne réduise pas à néant les quelques progrès qu’il a réalisés. Nous voulons continuer à faire fructifier les acquis, et non pas en enregistrer de nouveaux, pour ensuite les voir détruits. »

Car l’urgence est là… Si la décision finale de la COP « insiste sur l’urgence d’une ambition accrue », elle ne précise aucun calendrier – ce qui n’est pas de meilleure augure pour les pays en développement en général, ni pour les pays africains en particulier, parmi les plus affectés au monde par les effets du changement climatique.

Rendez-vous est donc pris pour la COP25, qui se tiendra au Chili.

Pour la Banque africaine de développement, la « lutte » se poursuit et elle est résolue à rester sur la ligne de front. Toujours pour défendre les intérêts de ses 54 États membres et de leurs populations.

#AfricaCOP24

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur notre site web dédié : www.cop24afdb.org


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Zambie : Stanbic Bank recevra un prêt de 15 millions $ de la SFI pour soutenir des PME dirigées par des femmes

La Banque européenne d'investissement envisage investir 33,7 millions $ dans des PME en Angola

Le britannique AgDevCo annoncé dans un investissement dans le secteur agroalimentaire en Tanzanie

Augmentation de capital pour BGFIBank Côte d’Ivoire

 
AGRO

Algérie : le gouvernement suspend le responsable de l’OAIC pour des soupçons de corruption

Afrique du Sud : Tongaat Hulett négocie un gel des paiements de dettes à 10 créanciers

LA FAO sonne l’alerte sur la progression de la faim dans le monde en 2018

L’insécurité alimentaire a augmenté de 28% en 2019/2020 dans la région de la SADC (rapport)

 
ELECTRICITE

Egypte : des développeurs indépendants désireux d’implanter 2 150 MW de centrales éoliennes

Tunisie : un nouvel appel d’offres pour la mise en place de 107 MW de centrales solaires

BAD : une facilité de 56 millions € pour accompagner l’électrification au solaire de 4,5 millions de personnes

Togo : 90 MW de centrales solaires seront construites dans le cadre du programme Scaling Solar

 
HYDROCARBURES

Afrique du Sud : une politique énergétique de plus en plus tournée vers le gaz naturel

Le Nigérian Mohammed Barkindo reconduit au poste de secrétaire général de l’OPEP

L’AIE prédit une nouvelle surabondance de l’offre pétrolière pour 2020

Libye : l’une des plus grandes centrales électriques du pays va opérer un switch du pétrole vers le gaz

 
MINES

Botswana : Kavango acquiert une nouvelle licence de prospection à Ditau

Tanzanie : la durée de vie de la mine New Luika prolongée jusqu’en 2025

Namibie : la mine d’uranium Rössing est désormais une propriété chinoise

Afrique du Sud : MC Mining obtient un financement de 245 millions de rands pour le projet Makhado

 
TELECOM

Ghana : 2000 coupures de fibre optique et 600 vols d’équipements, seulement pour le 1er semestre 2019

Rapport de TM Forum sur le processus d’appel d’offres : vers la fin d’un système obsolète ?

Togo : Lomé dispose désormais du haut débit accessible via la fibre optique, à domicile pour 15 000 FCFA

Zimbabwe : le gouvernement souhaite privatiser TelOne et NetOne d’ici la fin de l’année

 
FORMATION

Maroc : le gouvernement lance une plateforme de formation en ligne

L’Afrique doit former 300 000 personnes chaque année jusqu'en 2023 pour combler son déficit en ingénieurs (Etienne Ehouan Ehilé)

La Russie décide d’octroyer 60 bourses aux étudiants béninois

Le gouvernement égyptien propose des bourses d’études aux étudiants sénégalais

 
COMM

Sénégal : l’université virtuelle proposera bientôt une formation pour les professionnels africains des médias

Données personnelles : le régulateur américain de la concurrence inflige une amende de 5 milliards de dollars à Facebook

Zambie : l’agence de communication Boomtown remporte le budget média de Lafarge

Zambie : les médias locaux de mauvaise foi concernant la part de contenu chinois diffusée par StarTimes

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance