Côte d’Ivoire : la deuxième phase du programme national d’investissement agricole va coûter 20 milliards $

(Agence Ecofin) - La mise œuvre du deuxième Programme national d'investissement agricole (PNIA) de la Côte d’Ivoire, couvrant la période 2018-2025, va coûter 11 905 milliards FCFA (environ 20 milliards $). L’annonce a été faite à l’issue d’un conseil des ministres du gouvernement ivoirien tenu hier mercredi 22 novembre 2017. 

Le PNIA II couvre les sous-secteurs de l’élevage, de l’agriculture, de la pêche, de l’aquaculture, la gestion de l’environnement, les questions de sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que les problématiques de développement rural et de résilience des populations. 

Il se compose, par ailleurs, de six programmes articulés autour du renforcement et du développement de la valeur ajoutée agro-sylvo-pastorale et halieutique et la stimulation d’une croissance inclusive, en vue de garantir le développement rural et le bien-être des populations. 

En outre, selon les autorités ivoiriennes, en réponse à la nécessité d’une meilleure synergie d’action et de résultats, le PNIA II innove avec l’intégration de l’approche des zones « d’Agro-Pôles ». Ainsi, neuf zones d’agro-pôles ont été définies et chacune d’elle intégrera en amont toutes les activités qui permettent d’améliorer la productivité agricole. En aval, la zone d’agro-pôles prendra en compte toutes les activités et besoins de l’ensemble des acteurs privés et publics pour la conservation, la transformation et la commercialisation des produits agricoles. 

Elaboré en ligne avec le PNIA 1, ce deuxième programme d’investissement agricole qui, selon le gouvernement ivoirien, constitue « l’unique cadre harmonisé de l’ensemble des interventions dans le secteur agricole », sera séquencée sur les périodes 2018-2020 et 2021-2025. L’objectif étant de parvenir à une agriculture ivoirienne durable, compétitive et créatrice de richesses soutenues. 

Pour rappel, la première phase du programme national d’investissement agricole de Côte d’Ivoire (PNIA 1), d’un cout initial de 2040,50 milliards Fcfa (environ 3,6 milliards $) couvrait la période 2012-2017. Toutefois, selon le gouvernement ivoirien, le montant des ressources disponibles pour sa mise en œuvre du PNIA I ne s’élève actuellement qu’à 1622 milliards FCFA (environ 3 milliards $). 

En termes de résultats, le PNIA 1 a permis aux productions agricoles de Côte d’Ivoire d’enregistrer une certaine croissance, si l’on en croit les données fournies par le ministère ivoirien de l’agriculture. Ainsi, le total de la production des cultures pérennes et de rente est passé de 4 631 000 tonnes en 2011 à 5 148 000 tonnes en 2016. La production des cultures vivrières est, quant à elle, passée de 11 803 000 tonnes en 2011 à 7 341 000 tonnes en 2016. Les revenus ainsi cumulés par les producteurs sont eux passés de 3370 milliards FCFA (environ 6 milliards $) en 2012 à 6148 milliards FCFA (environ 11 milliards $) en 2016, soit une croissance de 82% en 5 ans.

Il ressort néanmoins du PNIA 1 que le potentiel agro-industriel de la Côte d’Ivoire a été insuffisamment développé. Les taux de transformation des principales productions tendant à stagner. Par exemple, en ce qui concerne l’anacarde, le taux de transformation est passé de 5,3% en 2012 à 6,5% en 2016. Quant au cacao, dont le pays est le premier producteur mondial, le taux de transformation a très légèrement progressé passant de 29% en 2012 à 31% en 2016.


Ecofin Agro     


Player


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro