Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

AFFICHE PUB ECOFIN Finance

Le palmarès 2019 des « 100 start-up africaines dans lesquelles investir » confirme le dynamisme de l'entrepreneuriat en Afrique

Le palmarès 2019 des « 100 start-up africaines dans lesquelles investir » confirme le dynamisme de l'entrepreneuriat en Afrique
  • Date de création: 17 avril 2019 17:28

(MYAFRICANSTARTUP) - MyAfricanStartup.com publie ce jour la deuxième édition de son palmarès annuel des 100 start-up africaines innovantes dans lesquelles investir. L’initiative vise à accroitre la visibilité des start-up à fort potentiel auprès des investisseurs africains et internationaux.
 
La publication ce jour de la deuxième édition du palmarès MyAfricanStartUp 100 s’inscrit dans un contexte de forte attractivité du secteur Tech en Afrique. D’après le récent rapport annuel du fonds de capital-risque Partech Africa, les investissements étrangers dans les start-up africaines ont doublé en 2018 soit 1,16 milliard de dollars d’investissement (+102% par rapport à 2017). L’introduction en bourse de la première « licorne africaine » le 13 avril dernier traduit également le progrès de l’écosystème numérique en Afrique.

Télécharger ici le palmarès complet

Face à la montée des investissements sur le continent, le palmarès annuel des 100 start-up africaines répond aux besoins des investisseurs internationaux de cibler qui seront les pionniers de l’innovation et du secteur privé africain dans les années à venir. Christian Kamayou, fondateur de MyAfricanStartup.com a déclaré : « Les investisseurs doivent identifier efficacement des start-up africaines pour évaluer des opportunités. Grace à ce palmarès, nous répondons à ce besoin et nous fournissons un outil précis et fiable aux investisseurs pour décrypter le marché, comprendre les tendances et dénicher les futures pépites ».

Pour parvenir à cette sélection 2019 de 100 start-up, quinze personnes issues de l’équipe MyAfricanStartUp, du Groupe HEC Paris et de l’Association HEC Junior Conseil ont été mobilisées sur une période de huit mois afin d’évaluer au total 928 jeunes pousses selon des critères basés sur la connaissance du marché et l’offre proposée, la pérennité du business model ainsi que la capacité de l’entreprise à pouvoir apporter des solutions à une problématique identifiée.

Au total, 22 pays africains sont représentés dans ce palmarès 2019. Parmi lesquels on retrouve un pays lusophone, dix pays francophones, neuf pays anglophones et trois pays arabophones. Les trois pays les plus emblématiques représentent près de 50% des startups du palmarès.

Les start-up retenues se déploient dans les secteurs les plus innovants tels que la Fintech (services financiers et inclusion financière), les services et commerce, Telecoms, les biotechs & santé, l’Edtech, le tourisme & transport, le développement durable et l’Agribusiness.
 
Pour réaliser le palmarès, MyAfricanStartUp.com a été soutenue depuis sa création par la Banque africaine de développement (BAD) ainsi que par des partenaires stratégiques qui ont constitué l’équipe d'évaluation et de sélection : HEC Paris, Orrick, Emerging Capital Partners (ECP), Air France, CFAO. Depuis 2019, l’Organisation Internationale de la Francophonie, Okan Consulting, CNP Assurances, Investisseurs et Partenaires ont rejoint le collège des partenaires soutenant cette initiative.
 
« L’équipe Okan est très heureuse de soutenir à nouveau cette deuxième édition du palmarès des startups, une initiative qui parait fort utile, dans un contexte où de jeunes africains brillants lancent des entreprises et ont besoin de capitaux, de coaching et de partenariats internationaux pour créer les licornes africaines de demain », ajoute Benjamin Romain, associé du cabinet Okan Consulting. 
 
Afin de réaffirmer notre confiance aux potentiels de ces 100 start-up, un événement sera organisé prochainement et rassemblera à Paris, les acteurs clés du capital-risque, de l’impact investing et de la formation. Cette rencontre sera également l’occasion de rassembler les leaders de l’écosystème start-up africain.

À propos de MyAfricanStartUp

Créé en 2015, MyAfricanStartUp est une initiative africaine d’appui au secteur privé.
Elle a pour objectif, via diverses initiatives, de soutenir la création et le développement de start-up, ces jeunes sociétés innovantes à fort potentiel de croissance. Nous ciblons en priorité les startups « early-stage » avec des besoins de financement inferieurs à 1M de dollars. Lancé en 2015 avec l’appui de la Banque Africaine de Développement, MyAfricanStartup édite depuis 2017 MyAfricanStartUp 100, « le Palmarès annuel des 100 startups africaines innovantes dans lesquelles investir » avec l’appui de partenaires institutionnels, académiques, ou privés.

34246 myafrica


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

La Gambie et les Emirats arabes unis signent un accord de protection mutuelle de leurs investissements

La CEDEAO veut adopter un plan d’action pour rapatrier les biens culturels africains détenus à l’étranger

Ghana : le Fonds vert pour le climat octroie 20 millions $ à la résilience des femmes aux changements climatiques

La BAD exclut Lutoyilex Construct Ltd et son directeur général pour une durée de 36 mois pour pratiques frauduleuses

 
AGRO

L’Inde maintiendra ses subventions au secteur sucrier malgré les griefs du Brésil et de l’Australie

Algérie : le gouvernement suspend le responsable de l’OAIC pour des soupçons de corruption

Afrique du Sud : Tongaat Hulett négocie un gel des paiements de dettes à 10 créanciers

LA FAO sonne l’alerte sur la progression de la faim dans le monde en 2018

 
ELECTRICITE

Algérie : le renouvelable et le nucléaire à la rescousse pour réduire la dépendance au gaz

Zimbabwe : Power Ventures propose de construire une centrale solaire de 107 MW à Chidome

Egypte : des développeurs indépendants désireux d’implanter 2 150 MW de centrales éoliennes

Tunisie : un nouvel appel d’offres pour la mise en place de 107 MW de centrales solaires

 
HYDROCARBURES

Mauritanie : Expro remporte un contrat pour mettre hors service le champ pétrolier Chinguetti II

Ghana : un ancien patron de la GNPC soulève le manque de transparence dans les récents accords de GNL

Nigeria : la NNPC publie des lettres d’attribution des nouveaux swaps pétroliers

Afrique du Sud : une politique énergétique de plus en plus tournée vers le gaz naturel

 
MINES

Botswana : Kavango acquiert une nouvelle licence de prospection à Ditau

Tanzanie : la durée de vie de la mine New Luika prolongée jusqu’en 2025

Namibie : la mine d’uranium Rössing est désormais une propriété chinoise

Afrique du Sud : MC Mining obtient un financement de 245 millions de rands pour le projet Makhado

 
TELECOM

Ouganda : la taxe sur les réseaux sociaux n’a généré que 17,4 % de la somme annuelle escomptée en 2018

Zimbabwe: le ministre des télécoms demande aux ambassadeurs de vendre la vision TIC du pays à l’étranger

Ghana : 2000 coupures de fibre optique et 600 vols d’équipements, seulement pour le 1er semestre 2019

Rapport de TM Forum sur le processus d’appel d’offres : vers la fin d’un système obsolète ?

 
FORMATION

La Fondation Mondiale contre la Faim propose des bourses aux jeunes Africains dans le domaine de l'alimentation et de l'agroalimentaire

L’Université inter-Etat Cameroun-Congo va ouvrir ses portes en octobre 2019

Maroc : le gouvernement lance une plateforme de formation en ligne

L’Afrique doit former 300 000 personnes chaque année jusqu'en 2023 pour combler son déficit en ingénieurs (Etienne Ehouan Ehilé)

 
COMM

Tchad : les réseaux sociaux sont de nouveau accessibles

Seychelles : les autorités s’engagent à protéger la liberté de la presse

Sénégal : l’université virtuelle proposera bientôt une formation pour les professionnels africains des médias

Données personnelles : le régulateur américain de la concurrence inflige une amende de 5 milliards de dollars à Facebook

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique