Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Entretien avec Donaldson Nukunu Sackey, le footballeur togolais qui a créé sa cryptomonnaie

  • Date de création: 20 février 2021 16:52

(Agence Ecofin) - A la suite d’un investissement massif de 1,5 milliard $ réalisé par Elon Musk, CEO de Tesla dans le Bitcoin, le cours de cette monnaie virtuelle a bondi pour dépasser récemment les 50 000 $. Le contexte international semblait favorable à ce que Togo First allume ses projecteurs sur Donaldson Sackey, footballeur international togolais, entrepreneur, la trentaine, styliste et architecte, qui a récemment créé sa propre monnaie électronique.  Pourquoi avoir lancé sa propre cryptomonnaie ? Quels sont les enjeux autour des cryptomonnaies dans un contexte où la plupart des banques centrales notamment celles africaines y sont rétives ? Les cryptomonnaies, menaces ou sauveurs de l’Afrique ? Quel avis le jeune entrepreneur a-t-il sur le sujet ? Lecture !

Togo First : Qui est Donaldson Nukunu Sackey ?

Donaldson Nukunu Sackey : Donaldson Nukunu Sackey est un entrepreneur qui possède plusieurs entreprises en Europe et en Afrique. Il est le PDG de Timeless Capital Technology. Il a également été footballeur professionnel et international togolais. Grâce à son travail, il est apparu deux fois dans le magazine Forbes et une fois dans Forbes 30 Under 30.

donaldson

Togo First : Vous étiez un joueur de football, un international togolais. Comment passe-t-on du statut de footballeur à celui de créateur de monnaie électronique ? Qu'est-ce qui explique cette évolution vers l'entrepreneuriat fintech ? Que s’est-il passé M. Donaldson Nukunu Sackey.

DNS : Je pense que nous apprenons beaucoup en cours de route, ce qui pourrait être important pour nous plus tard. J'ai toujours été intéressé par les technologies. Mon père, qui était informaticien à l'époque, m'a beaucoup influencé. À l'âge de 12 ans, j'ai donc commencé à réparer les ordinateurs de mes camarades de classe de l'époque pendant mes temps libres. Plus tard, je suis allé dans une école de commerce et, parallèlement à ma carrière de footballeur, j'ai commencé à étudier l'informatique à l'université des sciences appliquées. Je pense que nous apprenons beaucoup dans notre vie et que le temps vient où nous les appliquerons. Pour moi, créer une cryptomonnaie qui soit propre au Togo, c’est du service rendu au pays.

TF : En septembre dernier, vous avez procédé au lancement de votre propre cryptomonnaie, la Timeless Capital Coin. Quelle est la particularité de cette nouvelle monnaie électronique ?

DNS : Le Timeless Capital Coin est une cryptomonnaie alimentée par un écosystème d'outils et de services basés sur la Blockchain, conçus pour les entrepreneurs des pays à économies émergentes d'Afrique et d'ailleurs. Elle permet aux entrepreneurs de convertir leurs monnaies fiats en cryptomonnaies. Elle pourrait être le sauveur de l'Afrique à bien des égards ; elle aidera ses États à surmonter les principaux obstacles à leur émergence, notamment une forte inflation, une mauvaise gestion des fonds et la corruption.

La particularité du Timeless Capital est qu'il y aura une banque physique de cryptomonnaie dans le futur, de sorte que les clients pourront convertir leur devise cryptomonnaie en monnaie fiat ou l'acheter à la Banque de Cryptomonnaie Timeless Capital. Notre monnaie sera associée à diverses entreprises et sera également établie comme moyen de paiement.

Nous allons également nous pencher sur les aspects sociaux, en particulier au Togo, par la création des écoles et des programmes de technologie blockchain.

TF : Quelle est la valeur du Timeless Capital Coin aujourd'hui sur le marché des cryptomonnaies ?

DNS : Le Timeless Capital Coin vaut actuellement 0,10 USD à la Bourse, mais nous travaillons à ce que dans les deux prochaines années, elle atteigne au moins 1 USD. Bien sûr, on ne sait jamais, elle peut dépasser nos attentes. 

TF : Avec Timeless Capital Coin, vous pouvez faire du "rêve africain" une réalité. Comment cette monnaie basée sur le Blockchain pourrait-elle aider les jeunes entrepreneurs africains, en particulier les Togolais, pour qui l'accès au financement est un chemin de croix ?

DNS :  L'Afrique, dont la population est l'une des plus importantes au monde, peine encore à exploiter son économie numérique. Il ne fait aucun doute que le potentiel est énorme car plus de la moitié de la population a moins de 25 ans. Notre objectif est de former cette jeunesse sur la cryptomonnaie et lui donner la possibilité de découvrir le monde qui l’entoure. 

Beaucoup de personnes en Afrique utilisent plus d'un téléphone et n'ont pas vraiment de compte bancaire, alors pourquoi ne pas utiliser cette fonctionnalité pour créer une plateforme avec un système bancaire pour elles ? Cela permettra aux entrepreneurs d'Afrique, ainsi qu'à ceux du Togo, d'exploiter leur économie numérique.

TF : En parlant de votre crypto-monnaie, vous dites qu'elle "pourrait être le sauveur de l'Afrique à bien des égards", en aidant le continent à surmonter des obstacles majeurs, la mauvaise gestion des fonds publics et la corruption. Comment peut-on s'attaquer à ces problèmes séculaires avec de l'argent ?

DNS : Si nous parlons de système Blockchain, ce n'est pas seulement la cryptomonnaie, c'est plus la technologie qui se cache derrière. La technologie de Blockchain peut permettre, à des personnes qui ne sont pas reliées aux services bancaires, d’avoir accès à des ressources qui auraient pu leur être inaccessibles.

Par exemple, les gens auraient accès à de nouvelles façons d'économiser de l'argent, de payer leurs factures et d'autres personnes grâce à une application décentralisée basée sur la Blockchain, de solliciter des prêts, de vendre leurs propres produits et services et de créer leurs propres ressources pour occuper d'autres créneaux dans leur société.

TF : La montée en puissance des cryptomonnaies ces dernières années soulève des questions de cybercriminalité. Au Togo, par exemple, plusieurs réseaux ont été démantelés. Comment se protéger aujourd'hui contre les systèmes d'escroquerie ?

DNS : Le Timeless Capital met beaucoup l'accent sur l'enseignement des technologies de Blockchain. Nous allons mieux former les gens à reconnaître les escroqueries. De telles choses arrivent par manque de connaissances sur la cryptomonnaie. Nous ne pouvons pas blâmer les cryptomonnaies ici, car les escroqueries se produisent partout.

TF : Comment voyez-vous le marché africain de la cryptomonnaie et de la Blockchain dans les prochaines années ?

DNS : Les cryptomonnaies existent depuis plus d'une décennie maintenant, mais qu'est-ce qui motive vraiment la crypto-renaissance de l'Afrique aujourd'hui ? Cela est lié à différents facteurs, tels que la capacité des Africains, quand il s’agit de financement, à mettre en œuvre les changements technologiques modernes. En Afrique, le secteur des technologies de pointe s'est développé, et c'est particulièrement vrai dans les pays subsahariens. L'Afrique sera l'un des continents les plus forts en cryptomonnaie, car elle représente un sentiment d'indépendance pour beaucoup. 

Étant originaire du Togo, je vois beaucoup de potentiel pour ce pays, car il n'est pas encore aussi répandu en Afrique de l'Ouest. Si nous observons les sociétés de mobile money comme M-Pesa qui est active depuis 2007 et qui contrôle maintenant le marché du mobile money, je pense que nous devrions toujours être ouverts aux innovations lorsqu'elles sont lancées et ne pas être en retard. 

La Blockchain ou la technologie de cryptomonnaie est l'avenir de l'Afrique et facilite ou améliore les infrastructures numériques. Voulons-nous encore attendre qu'elle soit établie en Europe, en Amérique, en Asie avant de nous lancer ?

Propos recueillis par Fiacre Kakpo



Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Défis sécuritaires : N’Djamena veut doubler la taille de son armée

Le Maroc réceptionne ses premiers drones turcs Bayraktar TB2

Nigeria : plus de 21 milliards $ investis dans les infrastructures au cours des six dernières années (Osinbajo)

Les cinq informations de la gestion publique africaine qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

 
AGRO

L’Egypte pourrait devenir le 5ème importateur mondial de maïs d’ici 2030

Ghana : le Cocobod contracte un prêt syndiqué de 1,5 milliard $ pour ses achats de cacao en 2021/2022

Bénin : le kilogramme de coton sera échangé à 265 Fcfa en 2021/2022

Kenya Breweries investira 200 millions $ pour assurer la durabilité environnementale de ses activités d’ici 2030

 
ELECTRICITE

Maroc : mise en service imminente de la 1ère centrale photovoltaïque flottante du continent à Sidi Slimane

Namibie : le vol d’électricité dans la ligne de mire de la compagnie publique Nored

Afrique du Sud: six centrales détenues par la société AIIM entrent en exploitation commerciale

Kenya Power retire sa demande d’augmentation des tarifs d’électricité

 
HYDROCARBURES

Guinée équatoriale : la loi sur les hydrocarbures sera révisée pour attirer plus d’investissements

Pour Vitol, la pénurie d’énergie pourrait faire bondir le Brent à plus de 80 dollars baril cet hiver

Afrique du Sud : Sasol triple ses objectifs de réduction des émissions pour 2030

Trois compagnies pétrolières américaines violent les normes sur la transparence de l’ITIE

 
MINES

Comment le Ghana veut devenir un leader africain dans la transformation de la bauxite

Investissements dans le cobalt : la RDC menacée par l’Australie selon Fitch

Mali : Roscan Gold obtient 5 millions $ auprès d’Asante Gold pour développer le projet Kandiolé

Caledonia Mining élargit son empreinte aurifère au Zimbabwe avec une nouvelle acquisition à 4 millions $

 
TELECOM

Pour Huawei, l’infrastructure, la formation et l’efficacité énergétique seront au cœur de ses futurs investissements en Afrique

Huawei Connect 2021 : innover sans cesse pour accélérer la numérisation

Kenya : Safaricom annonce le lancement commercial de la 5G en 2022

Guinée-Bissau : Guinée Telecom et Guinetel ont obtenu à nouveau un titre d’exploitation de réseaux télécoms

 
TRANSPORT

Guinée : Bolloré Transport & Logistics fait don de 200 bouteilles d’oxygène à l’agence nationale de sécurité sanitaire (anss)

Tanzanie : la BAD alloue 116 millions $ pour moderniser un réseau routier de 160 km dans le sud

Bénin : un nouveau système d’information portuaire pour renforcer la digitalisation des services au port de Cotonou

Le Nigeria rejoint l’initiative World Logistics Passport en tant que hub pour l’Afrique de l'Ouest

 
ENTREPRENDRE

Rated 18 Shoes, marque zimbabwéenne de chaussures écologiques et socialement engagée

Gounou, la marque de chocolat fabriqué au Bénin

A Madagascar, des drones ambulances pour desservir les zones isolées

A 28 ans, Sakina Usengimana dirige une entreprise prospère d’exportation de fruits et légumes au Rwanda

 
ECHO

Transparence budgétaire des Etats africains (Department of State)

Emerson Sery, dit Commissaire Coco, étudiant et entrepreneur leader de la vente de noix de coco à Abidjan

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce des formations pour les acteurs des marchés publics

Maroc: des internautes lancent une campagne pour remplacer le français par l’anglais dans l’enseignement

L’Université du Rwanda va abriter le master en géologie du musée de l'Afrique en Belgique

L’UA lance son programme de bourse de formation pour les innovateurs technologiques africains

 
COMM

Vivendi, via sa filiale Canal+, est désormais premier actionnaire de MultiChoice, opérateur africain No1 de télévision payante

Togo : le Parlement adopte le projet de loi portant code du cinéma et de l’image animée

Gulli Africa & Ludikids rejoignent le mouvement #ProtègeTaTélé pour lutter contre le piratage de la production audiovisuelle

La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Avec Africa Pay, Thomas Clausi veut créer 15 000 emplois directs en Afrique