Les ports soudanais et béninois font perdre au port de Douala, plus de 50% des parts des marchés tchadien et centrafricain

Les ports soudanais et béninois font perdre au port de Douala, plus de 50% des parts des marchés tchadien et centrafricain

(Agence Ecofin) - Après 5 ans d’hibernation, le 2ème Forum tripartite Tchad-RCA-Cameroun sur les questions portuaires, s’est achevé le 12 décembre 2017, à Ndjamena, la capitale tchadienne. 

Cette rencontre, qui a regroupé la communauté portuaire et les opérateurs économiques des trois pays, a été ponctuée par l’installation officielle du représentant du Port autonome de Douala (PAD) à Ndjamena. Un représentant à Bangui de l’entreprise publique camerounaise, chargée de la gestion du port de la capitale économique, la plus importante plateforme portuaire du pays, a également été désigné. 

Selon les responsables du PAD, la désignation des représentants dans ces deux pays, participe d’une stratégie de reconquête des marchés tchadien et centrafricain, pour lesquels le port de Douala sert de plateforme de transit des marchandises.

Seulement, apprend-on, depuis quelques années, les difficultés rencontrées par les opérateurs économiques centrafricains et tchadiens au port de Douala, ainsi que les tracasseries sur les corridors Douala-Ndjamena et Douala-Bangui, ont amené les importateurs et exportateurs de la RCA et du Tchad, à se tourner vers les ports du Soudan et de Cotonou (Bénin), pour le transit de leurs marchandises. 

Cette situation, a-t-on appris au cours du forum de Ndjamena, a fait perdre au port de Douala 50% du marché tchadien, et un peu moins pour le marché centrafricain. Il est donc question, à travers la mise en place des représentations du PAD à Ndjamena et à Bangui, de repositionner le port de Douala sur les marchés tchadien et centrafricain.

«Les représentations devront sonder régulièrement le fonctionnement des corridors, afin de relever à chaud les entraves qui persistent et de les relayer rapidement à qui de droit», explique Cyrus Ngo’o, le directeur général du PAD.

Pour rappel, selon les statistiques de la douane camerounaise datant de 2013, environ 340 milliards de francs Cfa de marchandises tchadiennes transitent, chaque année, par le port de Douala, contre 55 milliards de francs Cfa de marchandises centrafricaines.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

27-09-2017 - L’absence de fret et l’état des routes ralentissent le transport des marchandises sur le corridor Douala-Ndjamena

04-02-2013 - 340 milliards de FCFA de marchandises tchadiennes transitent par le Cameroun chaque année


Ecofin Gestion Publique     


Player


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance

GESTION PUBLIQUE TV

BoutonRS