Pollution de l’air urbain : 4 solutions innovantes pour rendre nos villes plus respirables

Pollution de l’air urbain : 4 solutions innovantes pour rendre nos villes plus respirables

(Ecofin Hebdo) - La pollution de l’air est le thème de la journée mondiale de l’environnement qui sera célébrée le 5 juin 2019. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 7 millions de décès prématuré sont déplorés chaque année à cause de la pollution atmosphérique, soit en moyenne 800 personnes toutes les heures. Face à cette situation, un mouvement global se dessine et s’accélère dans la lutte contre la pollution. Plusieurs entreprises innovantes relèvent ce défi en mettant en place des solutions innovantes pour relever ce défi à l’ampleur inédit.

 

Au Mexique, l’art et la technologie se rejoignent pour purifier l’air

A Mexico, une initiative permet l’oxygénation des rues grâce à de la peinture. Dénommée Absolut Street Trees, le projet consiste en la réalisation de peintures murales géantes dans les rues. L’une de ces peintures est un arbre géant de 35 mètres réalisé sur le boulevard Paseo de la Reforma par le collectif d’artistes espagnol Boa Mistura. Cet arbre sera rejoint par deux compères réalisés par les artistes mexicains Revost et Seher One.

Absolut Street Trees

 

Ces arbres sont réalisés avec de l’Airlite, une peinture qui, exposée au soleil, permet l’oxygénation de l’air par une réaction chimique semblable à la photosynthèse. Selon les porteurs du projet, les trois peintures qui couvrent une superficie de 2000 mètres carré, permettront de neutraliser l’équivalent des gaz toxiques rejetés par 60 000 véhicules chaque année. Et une fois posée, la peinture peut subsister pendant 10 ans.

« L’art fait partie du changement, car il ne s’agit plus seulement d’une image ou d’un livre, il fait partie de la rue et devient une partie de la ville. Je me sens bien parce que je peux provoquer des changements environnementaux par le biais de mon travail.», s’est réjoui Revost, l’un des artistes participant au projet.

Ce dernier bénéficie de l’appui de l’entreprise française spécialisée en vins et en spiritueux, Pernod-Ricard. Selon Ana Carolina Herrera, la chef de marque dans le pays, ce projet a pour objectif de sensibiliser les jeunes au sujet des problèmes environnementaux tout en leur donnant l’opportunité d’apprécier l’art de rue urbain.

 

A Londres, Arborea développe la première feuille BioSolar au monde, avec l’appui de l’Imperial College

A Londres, l’Imperial College s’est associé avec la start-up Arborea pour mettre en place la première feuille BioSolar du monde. Arborea a développé un système de culture innovante qui facilite la croissance de plantes minuscules telles que les micro-algues, les diatomées ou les phytoplanctons sur de larges panneaux solaires. Ces panneaux peuvent par la suite être installés au sol ou sur des murs afin d’améliorer la qualité de l’air de l’environnement.

En effet, cette feuille BioSolar aspire le dioxyde de carbone contenu dans l’air et y rejette de l’oxygène. Sur une surface équivalente à celle d’un arbre, elles produisent autant d’oxygène de 100 arbres réunis, selon leurs développeurs. Le système de culture produit également de la biomasse organique dont Arborea extrait des additifs alimentaires qui sont intégrés dans les produits alimentaires à base de plantes.

Arborea

 

L’université procurera à la start-up un financement pour faciliter le développement d’une feuille pilote qui sera installée sur le campus du site sud. Grâce à cette première réalisation, les porteurs du projet pourront détecter et résoudre les éventuels problèmes survenant lors de la mise en conditions réelles de leur système.

« La pollution atmosphérique est l’un des défis les plus urgents auxquels doit faire face la ville de Londres. Cette collaboration avec Arborea est une opportunité exceptionnelle de démontrer les capacités des technologies propres sur notre campus. A travers notre plan directeur " White City", nous encourageons les initiatives qui ont un potentiel pour l’amélioration des conditions environnementales dans l’Ouest de Londres et dans le monde. » a affirmé Neil Alford, le responsable de la planification académique à l’Imperial College de Londres.

 

En Allemagne, Green City Solution développe des murs de filtres à air biotechonologique

La start-up allemande Green City Solution a mis en place le premier filtre à air biotechnologique intelligent du monde. Disposé sous la forme d’un mur vivant, installé contre des bancs en bois, le filtre à air est composé de plusieurs types de mousses qui absorbent les pollutions contenues dans l’air tout en le refroidissant. Des plantes sont mises en place pour protéger ces mousses et leur permettre de survivre et dans l’environnement urbain hostile à leur développement en raison de son ensoleillement. Les murs comportent également des panneaux solaires qui les alimentent en énergie. Ils ont un système de collecte de l’eau de pluie qui est redistribuée grâce à un système intégré d’irrigation.

Green City Solution Glasgow 4

 

Les mousses sont des purificateurs d’air naturel idéal à cause de leur capacité à filtrer les polluants présent dans l’air tels que les particules en suspension et les dioxydes d’azote.

« Dans les villes, où l’épuration de l’air est un défi majeur, les mousses ont à peine de quoi survivre en raison de leurs besoins en eau et en ombrage. Ce problème peut-être résolu en connectant différentes mousses sous une alimentation entièrement automatisé en eau et en éléments nutritifs, basée sur la technologie des objets connectés. », a affirmé Green City Solutions dans un communiqué. Selon la compagnie, ces murs peuvent absorber l’équivalent de plusieurs centaines d’arbres tout en occupant moins d’espace. Ce mur est déjà installé dans plusieurs villes européennes dont Paris, Berlin et Londres.

 

Aux Etats-Unis, 3M transforme les toits en surfaces antipollution

Aux Etats-Unis, le groupe de manufacture 3M a mis en place des granulés qui réduisent le smog, et transforment les bardeaux de toiture en des surfaces anti-pollution. Le smog est la brume brunâtre épaisse, résultant de polluants atmosphériques, qui limite la visibilité et se forme souvent dans les villes.

La compagnie jusque-là, produisait des granulés qui protégeaient les toits contre les rayons ultra-violets, gardant les bâtiments plus frais et les rendant moins dépendants de la climatisation.

Climate Resolve

 

Les nouveaux granulés dont il est question, sont conçus avec des revêtements photocatalytiques qui sont activés par les rayons ultra-violets. Une fois activés, ces granulés génèrent des radicaux qui se combinent avec les produits chimiques présents dans l’air pollué et les transforment en des ions solubles dans l’eau qui s’évaporent par la suite. Selon les études menées par le laboratoire national de Lawrence Berkelay, un toit moyen revêtu de ce granulé a la capacité de purification de trois arbres. « Nous considérons que la technologie de réduction du smog, intégrée aux matériaux de toiture traditionnels, constitue un grand pas en avant pour résoudre les problèmes de qualité de l’air et liés au climat. », a affirmé Jonathan Parfrey, le fondateur et directeur exécutif de Climate Resolve.

Gwladys Johnson

Gwladys Johnson

 

Les secteurs de l'Agence

● GESTION PUBLIQUE

● Finance

● Agro

● ELECTRICITE

● Mines

● Hydrocarbures

● TIC & Télécom

● Comm

Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo