Sibanye-Stillwater, le sud-africain qui veut devenir l’un des leaders mondiaux du platine et de l’or

Sibanye-Stillwater, le sud-africain qui veut devenir l’un des leaders mondiaux du platine et de l’or

(Ecofin Hebdo) - En décembre 2017, la compagnie minière sud-africaine Sibanye-Stillwater a annoncé la conclusion d’un accord pour acquérir Lonmin, troisième plus grand producteur de platine au monde derrière Anglo American Platinum (Amplats) et Impala Platinum (Implats). La transaction de 285 millions £ devrait permettre au groupe de ravir la place de deuxième producteur de platine à Implats, mais fait partie intégrante d’un projet plus large, lancé depuis plusieurs années. Zoom sur les ambitions de grandeurs d’une des compagnies majeures cotées à la bourse de Johannesburg.

Fusion avec Lonmin, une transaction qui bouscule le marché mondial du platine
«La proposition de fusion avec Lonmin positionne le groupe élargi Sibanye-Stillwater comme un producteur minier leader sur le marché des métaux du groupe du platine (PGM), en Afrique du Sud», commentait Neal Froneman lors de l’annonce de la transaction. En effet, en fusionnant avec Lonmin, Sibanye-Stillwater, qui produit actuellement 1,7 million d’onces de platine-palladium-rhodium-or (4E), pourrait produire 2,8 millions d’onces de 4E en voyant ses réserves prouvées et probables augmenter de 31,7 millions d’onces.

En plus, pour Sibanye-Stillwater, un autre grand avantage sera la possibilité de profiter du complexe de traitement métallurgique de Lonmin, une des trois compagnies pleinement intégrée en Afrique du Sud.

En plus, pour Sibanye-Stillwater, un autre grand avantage sera la possibilité de profiter du complexe de traitement métallurgique (incluant des installations de raffinage de métaux précieux et de base) de Lonmin, une des trois compagnies pleinement intégrée en Afrique du Sud. Le groupe prévoit de s’en servir pour le traitement les minerais qui seront extraits sur ses mines voisines. Toutes les synergies qui seront réalisées créeront de la valeur pour ses actionnaires.

Sibanye mineR

Sibanye-Stillwater a prévu de licencier le tiers des employés de Lonmin.

Pour les actionnaires de Lonmin, la transaction est également bénéfique. Alors que la société souffrait de grandes difficultés financières causées par la faiblesse des prix du platine, ils pourront, selon les termes annoncés, échanger chacune de leurs actions contre 0,967 action de Sibanye-Stillwater. Toutefois, la main d’œuvre en pâtira, Sibanye-Stillwater prévoyant de licencier le tiers des employés de Lonmin dont le plus grand projet est celui de Marikana.

Une ambition ponctuée par de grosses transactions

En septembre 2016, l’ex Sibanye Gold fait son entrée dans le Top 40 des plus grandes capitalisations boursières listées sur la JSE (bourse de Johannesburg). Cet accomplissement, qui donne la mesure de son envergure et son poids, sera suivi par de grosses transactions-acquisitions.

Fusion avec l’américain Stillwater pour 2,2 milliards $
En 2017, Sibanye Gold finalisera une transaction annoncée depuis fin 2016, celle de l’acquisition pour 2,2 milliards $ de la société américaine Stillwater. A travers cet accord de fusion, la compagnie, devenue désormais Sibanye-Stillwater, espère étendre son envergure sur le marché au-delà de l’Afrique du Sud. Dans le même temps, elle ajoute à son portefeuille trois grands projets, dont deux mines souterraines de PGM en production (Stillwater et East Boulder), et la mine Blitz. En plus d’augmenter ses volumes de productions, ces mines lui permettront d’être plus compétitif sur le marché.

Prise de contrôle des mines de Rustenburg d’Anglo American pour 331 millions $
En octobre 2016, l’ex Sibanye annonce la clôture de la transaction d’acquisition de l’ensemble des actifs de platine d’Anglo American à Rustenburg en Afrique du Sud, pour 331 millions $. Les opérations comprennent les mines Bathopele, Siphumelele et Thembelani ainsi que Khomani et Khuseleka, deux usines de traitement, et des infrastructures connexes de surface. Le deal faisait de la compagnie la deuxième plus grande société en Afrique du Sud par la valeur marchande dans le top 5 des producteurs de métaux du groupe de platine.

Rustenburg mines

2016 : acquisition de l’ensemble des actifs de platine d’Anglo American à Rustenburg.

 

Acquisition d’Aquarius Platinum pour 294 millions $
Une année plus tôt, la compagnie acquiert la totalité du capital-actions d’Aquarius Platinum en déboursant une somme totale de 294 millions $. La société incorporée aux Bermudes, possède d’importants actifs dans le secteur du platine en Afrique du Sud et au Zimbabwe. Le plus grand projet d’Aquarius est la mine de Kroondal, en laquelle Sibanye voit une belle opportunité de création de valeur supplémentaire pour ses actionnaires. Il représente en effet une des plus grandes réserves de platine d’Afrique du Sud et produit environ 217 000 onces par an.

Un gros deal de 1,3 milliard de rands sur l’or avec DRD Gold
Si aujourd’hui le nom de Sibanye-Stillwater fait automatiquement penser aux métaux du groupe de platine, il ne faut pas oublier que la compagnie est l’un des majors de la production d’or. En novembre 2017, la compagnie annonce son accord pour acquérir 38% de participation dans DRD Gold, en échange d’un certain nombre d’actifs de traitement et de stockage. Elle dispose également de la possibilité d’exercer une option pour faire augmenter cette participation à 50,1%. La valeur de la transaction est évaluée à 1,3 milliard de rands. «Nous sommes ravis du potentiel inhérent à l’investissement et nous sommes impatients de nous associer à DRDGOLD pour construire une entreprise internationale de retraitement de surface, leader dans l’industrie», commente Neal Froneman, PDG de Sibanye-Stillwater.

De grandes ambitions face à l’instabilité du marché

De la petite compagnie, avec juste trois mines, née d’une scission avec GoldFields, Sibanye joue aujourd’hui dans la cour des grands et, derrière ce grand succès se cache un homme, le PDG Neal Froneman, surnommé «Mr Fix It». 

Les grandes ambitions du groupe sont intéressantes en cela qu’elles peuvent bénéficier de la période de légère stabilité que traverse actuellement le secteur minier mondial, et profiter non seulement aux actionnaires mais également aux pays où il opére, notamment l’Afrique du Sud.
Mais la volatilité des marchés des produits de base appelle à ne pas trop s’avancer dans les prévisions. Il ne faut pas oublier la grande crise que le secteur a vécu en 2015 et qui a profondément destabilisé les géants du marché.
Selon un rapport du réseau d’entreprises PwC, les 40 plus grandes compagnies minières au monde ont enregistré cette année-là une perte collective nette de 27 milliards $. L’industrie s’en relève avec peine.
Sibanye-Stillwater rêve grand, mais elle ne doit pas perdre de vue cet adage qui dit : « Faites attention à ce que vous voulez, car vous pourriez l’avoir ».

 

Neal Froneman, alias Mr Fix It
Agé de 57 ans, Neal Froneman possède plus de 30 ans d’expérience dans l’industrie minière et le développement d’entreprise. Avant d’être nommé PDG de Sibanye le 1er janvier 2013, il a occupé plusieurs postes importants au sein de grandes compagnies minières. Il était notamment PDG d’Aflease Gold (devenu Gold One en 2009), d’Uranium One (société créée principalement grâce à lui), et a travaillé pour Gold Fields, Harmony Gold et JCI Ltd.

 Neal Froneman

Celui que l’industrie surnomme Mr Fix It est reconnu comme un anticonformiste minier, percevant de la valeur là où les autres ne voyaient que des problèmes. A ce titre, il a fait de Sibanye, qui après la scission avec Gold Fields n’avait que trois anciennes mines, un des géants de l’or en Afrique du Sud, alors que la plupart des acteurs du marché n’y croyaient pas. Ce fait d’armes, il veut le réitérer dans le secteur du platine. Et pourquoi pas celui du charbon, si l’on en croit certaines rumeurs ?

 

Louis Nino Kansoun

Louis-Nino Kansoun

Les secteurs de l'Agence
Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo