Revue des projets miniers entrés en exploitation en 2017, et perspectives pour 2018

Revue des projets miniers entrés en exploitation en 2017, et perspectives pour 2018

(Ecofin Hebdo) - Deux années se sont écoulées depuis la grande crise qu’a vécu le secteur minier mondial avec l’effondrement des prix des matières premières. L’industrie a du attendre toute l’année 2016 avant de sortir du gouffre dans lequel cette crise l’avait plongée, après de multiples arrêts d’opérations, réductions de personnel et autres cessions. En 2017, les affaires ont repris leur cours normal et plusieurs nouvelles mines sont entrées en production, impliquant pour les compagnies et leurs pays hôtes, une augmentation de production et de recettes. Ecofin le fait le point des nouveaux projets entrés en exploitation en Afrique, et de ceux qui franchiront ce cap en 2018.

 

Afrique du Sud : le projet de chromite et de platine d’Hernic

L’Afrique du Sud est reconnue comme le plus grand producteur de platine au monde doté d’immenses réserves de métaux du groupe du platine (PGM). A la longue liste des mines de PGM en exploitation s’est ajouté en mars 2017 le projet Hernic, géré par Jubilee Metals Group. La compagnie cotée à Londres et Johannesburg a annoncé le démarrage de la production de platine sur le projet, un mois après celui de la chromite. Les volumes de traitement mensuels prévus à la mine sont de 55 000 tonnes pour les deux produits (chromite et métaux du groupe du platine) combinés.

 

 

Burkina Faso : le projet d’or de Houndé

S’il est encore loin des leaders du continent, le Burkina Faso n’en est pas moins un des plus grands pays producteurs d’or de l’Afrique de l’Ouest. Comme pour conforter ce statut, une nouvelle mine d’or est entrée en production dans le pays des hommes intègres durant le mois d’octobre. Attendue depuis plusieurs mois, il a fallu attendre le 20 octobre 2017 pour qu’Endeavour Mining annonce la première coulée, d’environ 980 onces, sur son projet Houndé.

 burkina faso la mine d or de hounde

Le projet d’or de Houndé

Une fois en production commerciale, la mine devrait livrer annuellement 190 000 onces d’or (un peu plus de 5 tonnes) sur les dix premières années d’exploitation.

 

 

Burundi : le projet de terres rares de Gakara

Groupe de 17 métaux rares disposant de propriétés exceptionnelles et utilisées dans la fabrication de produits de haute technologie, les terres rares n’étaient, jusqu’à début décembre, pas encore produites en Afrique, malgré l’incroyable richesse du continent. La première mine à entrer en production sur le continent est celle de Gakara, au Burundi, conférant à son propriétaire Rainbow Rare Earth le statut d’unique producteur de terres rares du continent et l’un des rares producteurs en dehors de la Chine. La compagnie s’attend à des taux de production 5000 tonnes par an, d’ici fin 2018.

Rainbow rare earth burundi

Rainbow Rare Earth est le seul producteur de terres rares en Afrique.

 

Mali : les projets d’or de Fekola et Yanfolila

Lors de l’annonce de ses prévisions de production début 2017, le gouvernement malien a mentionné deux projets censés booster sa production, en l’occurrence Fekola et Yanfolila. Une année plus tard, l’on peut dire que les objectifs ont été atteints, l’Etat ayant annoncé une hausse de 5% à 49,6 tonnes de la production industrielle, stimulée par le démarrage de l’exploitation des deux projets.

Le projet Fekola

L’entrée en production de la mine Fekola est survenue en octobre 2017, soit trois mois plus tôt que prévu. La compagnie minière B2Gold a indiqué après l’annonce qu’elle fera avancer les travaux pour faire entrer la mine en phase de production commerciale. Fekola devrait livrer durant les trois premières années de production une moyenne annuelle de 400 000 onces à un coût global de 604 $/oz. Au cours des sept premières années, elle devrait produire en moyenne 374 000 oz/an.

Le projet Yanfolila

Il aura fallu attendre fin décembre (précisément le 19 décembre) pour voir Hummingbird Resources produire son premier lingot d’or à la mine Yanfolila. Le volume de production attendu pour la première année d’opération est de 130 000 onces d’or.

 

 

Guinée : le projet de bauxite de Boké

Leader incontesté de la bauxite en Afrique, la Guinée occupe la quatrième place mondiale des producteurs du minerai d’aluminium. Si son objectif pour 2020 est d’atteindre 60 millions de tonnes de production, à court terme elle pourrait déjà ravir au Brésil sa place de 3e plus grand producteur. Ainsi, lorsqu’Alliance Minière Responsable (AMR) a annoncé début décembre 2017, le démarrage de l’exploitation de son permis de bauxite de Boké, la Guinée s’est rapprochée plus que jamais de cet objectif. La production totale prévue à Boké devrait atteindre entre 6 et 10 millions de tonnes dès 2018. Grâce à cette exploitation, gérée par une coentreprise entre AMR et la Société Minière de Boké (SMB), la Guinée devrait même passer la barre des 50 millions de tonnes de bauxite produites dès 2018.

 

 

Mozambique : le projet d’or de Manica

Le Mozambique est plus connu pour ses ressources de graphite ou encore de charbon, mais son sous-sol est également riche en or. L’un des projets les plus en vue ces dernières années dans ce sous-secteur était Manica, une concession aurifère appartenant à Xtract Resources. En 2017, la compagnie engagera des entrepreneurs miniers pour développer la concession en deux parties séparées (la moitié Est et la moitié Ouest). Plus tard au cours de l'année (octobre 2017), les deux entrepreneurs ont annoncé le démarrage de la production sur les deux gisements.

 

 

RDC : le projet de cuivre et cobalt KCC (reprise de production)

Le premier producteur de cuivre du continent et leader mondial du cobalt, la RDC, a retrouvé en décembre une de ses grandes sources de production. Il s’agit de la mine KCC gérée par Katanga Mining, où les opérations avaient été suspendues en septembre 2015 pour la construction d’un projet de lixiviation. La compagnie, filiale du géant minier Glencore, a annoncé le 11 décembre, le démarrage de la mise en service de la première partie de son circuit de lixiviation installé à KCC. Ses objectifs de production sont 150 000 tonnes de cuivre et 11 000 tonnes de cobalt pour l’exercice 2018, et 300 000 tonnes de cuivre et 34 000 tonnes de cobalt pour l’exercice 2019.

 

 

Tanzanie : le projet de charbon de Rukwa

En 2017, l’actualité tanzanienne a été marquée par les réformes de son bouillonnant président John Magufuli, notamment dans le secteur des mines. Ces réformes, qui ne sont pas passées facilement, n’ont pas empêché certaines compagnies de poursuivre leurs opérations. Edenville Energy a annoncé en octobre l’entrée en phase d’exploitation de sa mine de charbon de Rukwa, huit mois après la décision de développement. Elle s’attend à ce que les niveaux de production augmentent jusqu’à atteindre 10 000 tonnes par mois en janvier 2018. La mine Rukwa porte sur 3 gisements situés sur le champ houiller de Rukwa, à l’Ouest de la Tanzanie.

 

 

Et en 2018…

 

 

Deux projets entrés en production simultanément (Côte d’Ivoire, Sénégal)

Perseus Mining et Toro Gold n’ont rien de commun à part le fait qu’elles sont toutes deux des compagnies minières opérant en Afrique de l’Ouest. Coïncidence, les deux sociétés ont annoncé lundi 29 janvier 2018, l’entrée en production, à la même date (26 janvier), des deux mines qu’elles gèrent respectivement en Côte d’Ivoire et au Sénégal.
Dans la nation éburnéenne, la première coulée d’or à Sissingué est survenue un mois plus tôt qu’initialement prévu. Perseus Mining, dont c’est le deuxième projet en exploitation après Edikan au Ghana, a indiqué que les travaux sont en cours pour l’entrée en phase de production commerciale avant le 31 mars 2018. La mine devrait produire annuellement une moyenne de 70 000 onces sur les cinq prochaines années.

 Mako camp

Le camp de la mine de Mako, Sénégal.

Au Sénégal, 41,2 kg ont été produits lors de la première coulée d’or à Mako, survenue deux semaines plus tôt que prévu. Toro Gold prévoit de produire, une fois la phase de production commerciale atteinte (d’ici la fin du premier semestre), 135 000 onces par an.

 

 

Devraient rejoindre la liste…

 

 

Le projet de résidus d’or d’Elikhulu (Afrique du Sud)

En Afrique du Sud, la compagnie cotée à Londres et Johannesburg, Pan African Resources, s’attend à ce que son projet de résidus Elikhulu entre en production au dernier trimestre 2018. La mine devrait livrer annuellement 50 000 onces d’or sur 13 ans à un coût global de moins de 550 $/oz.

 

 

Le projet de diamant de Mothae (Lesotho)

Plus connue pour ses opérations en Angola sur le projet Lulo, Lucapa Diamond a acquis en 2017 une autre mine de diamant, celle de Mothae, au Lesotho. La compagnie prévoit de démarrer l’exploitation du projet au début du deuxième semestre 2018.

 mothae new

La mine de diamant de Mothae, sous la neige.

Selon son plan de développement, la mine devrait livrer annuellement 498 000 carats sur une durée de vie de 13,5 ans et générer des revenus bruts de 776 millions $. Quoi de plus beau pour le Lesotho, dont la plus grande mine de diamants, celle de Letšeng a produit en ce début d’année la cinquième plus grosse gemme de l’histoire, une pierre de 910 carats.

 

 

Le projet de graphite de Montepuez (Mozambique)

Au Mozambique, Battery Minerals prévoit de faire entrer sa mine de graphite de Montepuez en phase de production en décembre 2018. La compagnie compte exporter au cours de la phase initiale entre 45 000 et 50 000 tonnes de graphite et augmenter la production à 100 000 tonnes de concentrés de graphite en 2022. En attendant, elle conclut déjà des accords de prélèvements ou de livraisons avec des clients étrangers, en attendant que l’exploitation commence.

 

 

Le projet de lithium d’Arcadia (Zimbabwe)

Si les prévisions de Prospect Resources s’avèrent justes, le Zimbabwe verra en 2018, l’entrée en production de sa mine de lithium d’Arcadia. Le projet héberge, selon les estimations, la plus grande ressource déclarée selon le code JORC pour un projet africain, et la 6e au monde. Il aurait le potentiel de produire 808 000 tonnes d’oxyde de lithium (Li2O), soit 2 millions de tonnes de carbonate de lithium équivalent.

 

 

Le projet de plomb et de zinc de Kabwe (Zambie)

BMR Group et Jubilee Metals devraient démarrer la production commerciale de leur projet de plomb, vanadium et zinc de Kabwe en Zambie, d’ici la fin de l’année 2018. Selon les estimations actuelles, le projet hébergerait 164 000 tonnes de zinc et 272 000 tonnes de plomb. Les deux compagnies le développeront en coentreprise.

Dossier réalisé par Louis-Nino Kansoun

Louis Nino Kansoun

Les secteurs de l'Agence
Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo