Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Human Rights Watch accuse l’Ethiopie de monopoliser les télécoms pour museler les opposants

  • Date de création: 25 mars 2014 14:02

(Agence Ecofin) - L’organisation Human Rights Watch (HRW) vient de publier son dernier rapport sur la violation des droits de l’Homme en Ethiopie. Intitulé « They Know Everything We Do: Telecom and Internet Surveillance in Ethiopia » (« Ils savent tout ce que nous faisons : Surveillance Télécom et Internet en Éthiopie »), le document de 100 pages décrit diverses technologies acquises par le gouvernement éthiopien auprès de plusieurs pays et utilisées pour faciliter la surveillance des opposants politiques présumés à l'intérieur du pays et dans la diaspora.

D’après Human Rights Watch, la plupart des technologies utilisées pour surveiller l'activité des télécommunications en Éthiopie ont été fournies par le géant des télécoms chinois ZTE, qui collabore avec le pays depuis 2000. ZTE est d’ailleurs l’une des deux entreprises chinoises qui ont gagné le marché pour la modernisation des équipements d’Ethio Telecom, unique opérateur des télécommunications du pays et outil de surveillance du gouvernement.

Le rapport d’HRW dévoile aussi que plusieurs entreprises européennes ont également fourni une technologie de surveillance de pointe à l’Éthiopie. Il y a le système FinFisher de la société Gamma International, basée au Royaume-Uni et en Allemagne, ainsi que le système de contrôle à distance de la société italienne Hacking Team. Ces outils permettent aux services de sécurité et de renseignement d'accéder à des fichiers et des informations sur l'ordinateur de la cible infectée. Ils peuvent entrer des frappes et des mots de passe et activer la webcam et le microphone d'un périphérique, le transformant de fait en un dispositif d'écoute. 

Le rapport qui été rédigé sur la base de plus de 100 entretiens avec des victimes d'abus et avec d'anciens responsables des renseignements d’Éthiopie et de 10 autres pays, entre septembre 2012 et février 2014, explique pourquoi l’Etat garde le monopole sur l'ensemble des services de téléphonie mobile et d’Internet du pays.

Pour Arvind Ganesan, le directeur de la division Entreprises et droits humains à Human Rights Watch, « le gouvernement éthiopien utilise le contrôle de son système de télécommunications comme un outil pour réduire au silence les voix dissidentes».

Lire aussi

19/08/2013- Ethio Telecom signe un contrat de 800 millions de dollars avec le chinois ZTE

12/11/2013- D’après l’UIT, le secteur éthiopien des TIC est l’un des plus chers au monde

Enveloppe Recevez chaque semaine la lettre
Ecofin Droits